chaînon de Pécé
La crête de rive orientale de la basse vallée de la Clarée, en aval de Plampinet

Au nord-est du village de Plampinet la rive gauche de la vallée de la Clarée est dominée par les puissants abrupts du sommet de Guiau qui sont formés sur toute leur hauteur, soit près de 1200 m, par des calcaires et dolomies triasiques. Ces abrupts se poursuivent vers le sud par ceux de la crête de Pécé dont ils sont séparés par la profonde entaille du torrent des Acles.
image sensible au survol et au clic

La rive orientale de la vallée de la Clarée à la latitude de Plampinet, vue d'avion du sud.
f.Cl = faille de la Basse Clarée ; f.E = accident de l'Échelle ; f.Ca = faille de la Casse ; f.A = faille des Acles ; f.B = faille des Baisses (= faille orientale des Acles).
u.B = unité de Roche Bernaude ; u.N = unité de Côte Névachaise ; u.E = unité de l'Échelle ; u.Pc = unité de Pécé.



Coupe suivant les crêtes de rive droite (nord) du vallon des Acles (coupe orientée conformément au cliché ci-dessus mais à l'envers par rapport au cliché ci-après).
u.E = unité du col de l'Échelle ; u.cN = unité de la Côte Névachaise ; u.Pc = unité de Pécé ; u.sF = unité des Sette Fontane ; uR = unité piémontaise externe des Rocce del Rouast ; u.L = unités de schistes lustrés ligures ; u.PE = unité piémontaise externe du Chaberton.
a.G = anticlinal couché de la Pointe Gaspard ; s.B = synclinal couché de la Roche Bernaude (voir la page "Rois Mages") ; a.P = anticlinal de Pécé (Rocher Barrabas).
f.Cl = faille de la Clarée ; f.AW = faille occidentale des Acles ; f.B = faille des Baisses (= faille orientale des Acles) ; f.Ca = faille de la Casse.
On peut être tenté de penser que la faille de la Casse correspond à la surface de chevauchement de l'unité de Pécé ; elle semble toutefois en être distincte et recouper les surface de charriage des différentes nappes.

Par une route pastorale assez exposée cette entaille fait accéder, du côté oriental de cet alignement de crêtes, à la dépression de bois et d'alpages des chalets des Acles, puis aux crêtes qui ceinturent le vallon des Acles (Arbours, Grands Becs) : leur constitution est très différente car elles représentent l'extrémité septentrionale du chaînon du Chaberton.

1/ Le versant occidental du chaînon de Pécé forme une longue muraille assez monotone, presque totalement formée de calcaires et dolomies triasiques briançonnais. Elle reste orientée N-S depuis Plampinet jusqu'aux Alberts et sa rectilinéarité traduit sans doute le fait que la vallée suit là une grande ligne de dislocation qui a été nommée pour cette raison la faille de la Clarée. Cet accident majeur tranche des nappes briançonnaises dont la disposition et la constitution sont différents selon le versant considéré de la vallée (voir la page "Val-des-Prés").
image sensible au survol et au clic

La crête de Pécé et la partie septentrionale de la Basse Clarée vues du nord-ouest, depuis la vire de la face est de la Grande Chalanche.
u.Pc = unité de Pécé ; u.cN = unité de Côte névachaise ; u.E = unité du col de l'Échelle ; u.L = unité de Lenlon (large demi-voûte peu déversée)
a.P = anticlinal déversé de la Pointe de Pécé. Noter la disposition à l'endroit des couches de ce pli (seulement déversé et non couché) à l'opposé de ce qui se passe, en dessous, dans l'unité du col de l'Échelle, qui est affectée par les plis suivants : s.B = synclinal couché de la Roche Bernaude ; a.G = anticlinal couché de la Pointe Gaspard ; s.Pl = synclinal couché de Plampinet.
f.Cl = faille de la Clarée (on a symbolisé par un schéma la disposition du plan de cassure, penté vers l'ouest, et le sens de son rejet, extensif).

En aval de Plampinet l'orientation du versant de rive gauche de la Clarée, parallèle à l'axe des plis, est très défavorable à la mise en évidence de ces derniers, qui n'apparaissent guère en coupe qu'à la faveur des entailles des deux ravins affluents, plus transversaux, des Acles et de la Lauze. Ailleurs les plis se devinent à la présence de dalles structurales incurvées en creux ou en bosse.

En fait un gros tiers inférieur du versant occidental de la crête de Pécé est formé par une grande dalle structurale ondulée qui appartient à la seule unité de l'Échelle (voir la page Échelle). Elle ne montre là que ses calcaires triasiques, renversés et affectés d'ondulations (qui prolongent vers le sud les plis couchés du chaînon des Rois Mages). Les ondulations en creux (flancs inverses d'anticlinaux) sont le plus souvent remplies de cargneules qui forment ainsi de larges flaques à flanc de versant.

Ces cargneules représentent soit la semelle de charriage de l'unité de l'Échelle, soit (plus vraisemblablement, un garnissage remonté par diapirisme le long de la faille de la Clarée. A ce propos il faut également signaler la présence de placages, en lambeaux isolés, de quartzites, qui sont accompagnés de roches variées appartenant au cortège habituel des "écailles intermédiaires" (un affleurement rapportable à ces unités, particulièrement important puisque long de près de 1 km, affleure en bas de pentes en face du Rosier et de Val des Près). En effet ces affleurements sont du même type que ceux que l'on rencontre de façon discontinue ailleurs le long de la faille de la Clarée.

image sensible au survol et au clic

La Crête de Pécé vue du nord, d'enfilade, depuis le col des Acles
f.Aw = faille des Acles (branche ouest) : noter l'important abrupt de faille qu'elle détermine dans le versant est de la crête de Pécé. Son compartiment oriental (à gauche) est en effet constitué par les terrains tendres (calcschistes du Malm - Crétacé inférieur prédominants) des "écailles intermédiaires" du col de Dourmillouse.
u.Pc = unité de Pécé supérieure ; u.cN = unité de Côte névachaise ; u.E = unité du col de l'Échelle.

L'image ci-dessus appelle deux commentaires :

NB1 : Le redoublement des couches triasiques verticales du versant est (= gauche) de la crête est assez énigmatique et son interprétation est donc sujette à caution (la surface de chevauchement qui a été tracée est seulement déduite du fait qu'aucune charnière ne se décèle dans la bande de dolomies ladiniennes qui court verticalement au revers gauche du sommet)...
NB2 : L'unité de Côte névachaise est presque totalement masquée par les éboulis dans ce versant. On voit néanmoins qu'elle s'intercale sous l'unité supérieure et qu'elle doit prolonger sur cette rive du vallon des Acles l'unité de la Côte Névachaise qui est dans une situation comparable sur la rive opposée (voir la page Acles).

2/ La crête de Pécé elle même est coiffée par une klippe de calcaires triasiques qu'il faut attribuer à une unité indépendante, l'unité de Pécé. En effet elle se différencie de celles de l'Échelle et de la côte Névachaise, qu'elle coiffe au nord du torrent des Acles, par le fait qu'elle est disposée à l'endroit. De plus elle est séparée de ces unités inférieures par une surface, inclinée vers l'est, qui tranche les flancs des plis des unes et des autres de ces unités. Cette surface basale de l'unité de de Pécé ne se présente donc pas comme une surface d'imbrication de nappes mais plutôt comme une cassure postérieure aux plis qui ont affecté les nappes imbriquées : ceci empêche donc de déterminer quelle était, avant le jeu de cette faille, la position de l'unité de Pécé dans l'édifice des nappes empilées.
image sensible au survol et au clic

La Crête de Pécé vue de l'ouest, depuis la crête de Peyrolle
u.E = unité du col de l'Échelle ; u.cN = unité de Côte névachaise ; u.Pc = unité de Pécé.
f.Cl = faille de la Clarée ; f.A = faille des Acles (ces deux cassures, orientées perpendiculairement au regard, sont en fait masquées par des avant-plans).
d.Pc = faille (décrochement?) de Pécé ; d.Pi = faille (décrochement?) du Pierron.

Enfin la partie moyenne du versant est constituée par une unité intercalaire qui est encadrée par deux bandes de cargneules. Vers le haut on voit sans ambiguïté, notamment dans la coupe du ravin de la Lauze (et singulièrement dans les abrupts du Grand Pierron) qu'elle s'enfonce sous l'unité supérieure. Vers le bas, par contre ses rapports avec l'unité de l'Échelle sont plus ambigus. En effet elle en est séparée par des cargneules qui semblent plaquées sur le versant mais qui, dans la coupe du ravin de la Lauze, s'enfoncent verticalement entre les deux unités. De plus cette unité est affectée d'ondulations à plan axial peu penté, ce qui l'apparente avec l'unité de l'Échelle. En conséquence l'interprétation qui paraît la plus plausible consiste à considérer qu'elle représente la réapparition à l'affleurement de l'unité de la Côte Névachaise (masquée passagèrement par le chapeau de l'unité supérieure sous le sommet de Pécé).

En définitive la structure de la crête de Pécé est donc complexe et l'interprétation des rapports entre les trois unités qui la composent reste un peu conjecturale. Mais il faut remarquer que la disposition à l'endroit des deux unités supérieures ne s'inscrit en aucune manière dans le schéma simplifié qui admet un renversement généralisé de la marge orientale de la zone briançonnaise.

image sensible au survol et au clic

La Crête de Pécé vue du sud, d'enfilade depuis le pas de la Fanfare
u.cN = unité de Côte névachaise ; u.Pc = unité de Pécé ; éc.i = unités rattachables aux "écailles intermédiaires" (voir la page "Chalvet").
f.P = faille du sommet Pierron : elle abaisse, du côté est, la surface de chevauchement de l'unité de Pécé supérieure (tirets noirs gras) ; f.A = faille des Acles (branche occidentale).
On voit avec une grande évidence que la faille des Acles tranche orthogonalement l'empilement des nappes briançonnaises et que son jeu est donc plus tardif que la mise en place de ces nappes.

3/ Le versant oriental de la crête de Pécé, presque rectiligne aussi, est encore plus escarpé que l'occidental. Cela est dû à ce qu'il correspond à un abrupt de faille, celui de la branche occidentale de la faille des Acles. Cette faille juxtapose là, aux nappes briançonnaises empilées de sa lèvre occidentale, des terrains relativement tendres qui donnent un alignement de dépressions que jalonnent le col de Dormillouse, le haut ravin de la Lauze et le Pas de La Fanfare. Le matériel constitutif de cet ensemble très disloqué est sans doute d'origine plus interne, car ses caractères l'ont fait rattacher aux "écailles intermédiaires".

 La succession stratigraphique des unités du col de Dormillouse et du soubassement de la crête de Chalvet est très différente de celle des unités plus occidentales des deux rives de la Clarée. Elle se caractérise d'abord par la très grande réduction, voire l'absence totale, de carbonates triasiques et par la présence en lambeaux disjoints de quartzites du Trias inférieur.
L'essentiel de cette unité est formé de calcaires et de calcschistes à zones siliceuses (Malm-Néocomien) qui sont associés, en plusieurs points, à des affleurements de micaschistes : ces derniers sont interprétables comme des lames tectoniques de socle briançonnais ou (beaucoup plus vraisemblablement) comme des olistolites ou des méga-brèches d'âge Crétacé supérieur résultant d'une érosion de ce socle, connue ailleurs dans le domaine "ultra-briançonnais".

On doit penser que ces couches ont été remontées par le jeu de la faille, car des témoins présentant les mêmes caractères constitutifs affleurent sous les nappes briançonnaises dans les basses pentes du versant de rive gauche de la Clarée. Quoi qu'il en soit ces écailles se disposent en semelle sous l'unité piémontaise qui forme la crête de Chalvet et réapparaissent dans le revers est de cette dernière au col de l'Alpet et dans le ravin des Baisses (voir la page "Montgenèvre").

Au sud du ravin de la Lauze le versant occidental du chaînon de Pécé se réunit, au pas de la Fanfare, à celui du Chalvet - Fournéous. On y voit les témoins des écailles intermédiaire jalonner le contact entre unité des Fournéous et unité de Pécé : ils se disposent toujours assez clairement en semelle sous la première, notamment au lieu-dit Clot Enjaime. Le contact avec la seconde, qui correspond à la faille des Acles, est toujours jalonné par une vire de cargneules ; il se suit jusqu'au Rocher Deseur, mais il montre moins clairement les caractères d'une faille verticale puis se perd dans le versant de rive droite de la Durance.

Carte structurale schématique
des confins orientaux du Briançonnais entre Névache et Briançon

extrait de la carte d'ensemble du Briançonnais

même carte, de plus grande taille, avec légende


Carte géologique simplifiée des montagnes entre Névache et Bardonecchia
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


catalogue des cartes locales de la section Briançonnais
aperçu général sur la tectonique de la zone briançonnaise
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache

Névache

Guiau ; Barrabas

Acles
Roche Gauthier

LOCALITÉS VOISINES

Chaberton

Val-des -Prés

Chalvet ; Montgenèvre

Chaberton
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/01/20