Dent de Ratier, Villargaudin

crêtes à l'ouest du confluent de la Rivière d'Arvieux avec le Guil

La Dent de Ratier représente l'extrémité septentrionale du petit chaînon de Croseras, qui est le plus sud-oriental du massif de Peyre Eyraute (et donc de la zone briançonnaise proprement dite) Les pentes orientales de la montagne s'y abaissent, par une série de ressauts jusqu'au village de Villargaudin. Celui-ci, situé en rive droite de la partie aval de la vallée d'Arvieux, domine l'entrée amont des gorges de la Chapelue (dans lesquelles s'engage le Guil en aval de son confluent avec la rivière d'Arvieux).
image sensible au survol et au clic

Les pentes orientales du massif de Peyre Eyraute (rive droite de la vallée d'Arvieux), vues de l'est depuis le hameau de Peynin, au dessus d'Aiguilles.
SL+rv = schistes lustrés ligures (à roches vertes) ; SLp = "schistes lustrés" piémontais ; u.Ch = unité de la Chapelue ; u.Ra = prolongement septentrional de l'Unité de Rasis (voir la page "Rasis").
Failles délimitant le linéament briançonnais oriental : f.C = prolongement septentrional de la faille de Ceillac ; f.Fr = faille du Col Fromage : c'est apparemment le prolongement méridional de la faille du Laus (voir la page "Lasseron"), elle même prolongement méridional de la faille des Acles ; f.FE = faille orientale du Col Fromage, prolongement probable de la faille orientale du Laus.
f.G (en jaune) = prolongement oriental probable de la faille (décrochement) du Guil


Le village lui-même est bâti à la marge sud-orientale de l'extension méridionale des schistes lustrés piémontais (non ophiolitifères) de l'unité d'Arvieux. Plus au sud-est les affleurements de ces schistes lustrés butent contre les quartzites (en succession renversée) de La Pignée, qui appartiennent à l'unité briançonnaise de La Chapelue.

 Cette terminaison se place dans le prolongement cartographique (voir en fin de page) de la faille décrochante NE-SW du Guil et semble en bon accord avec le jeu en décrochement dextre que montre cet accident plus au SW (voir la page "Croseras") ; en effet on retrouve aux Escoyères, 700 m plus au SW sur le coté sud-oriental de ce tracé, une mince bande de ces schistes lustrés qui est prise entre les cargneules qui y jalonnent le tracé de la faille de Ceillac.

Les pentes boisées qui s'élèvent à l'ouest du village en direction de la crête de Ratier sont donc d'abord constituées, jusqu'au niveau de l'épaule de Clot la Chalp, par ces schistes lustrés de l'unité d'Arvieux. Dans les pentes plus élevées que la bosse de Clot-La-Chalp, prédominent les affleurements de "marbres en plaquettes" qui sont à rapporter à l'unité des calcschistes de Ceillac (voir l'aperçu général sur cette entité) ; il en émerge l'arête rocheuse du petit chaînon N-S de la crête de Balari, armée par les calcaires du Malm : ces derniers y affleurent à la faveur d'un repli anticlinal, parallèle à celui des Croseras mais plus modeste.
Enfin ces "marbres en plaquettes" forment les deux versant des vallons qui s'élèvent, au nord comme au sud, jusqu'au col de Clauzis et c'est par une surface de chevauchementque la succession de la Dent de Ratier repose sur ces derniers dans le versant est de ses escarpements sommitaux : il faut vraisemblablement l'interpréter comme le chevauchement initial des écailles de Ceillac sur la nappe de la Clapière mais qui a subi là le renversement vers l'est qui est courant dans toutes les pentes à l'ouest d'Arvieux.

image sensible au survol et au clic

La crête de Croseras et les montagnes de la rive droite de la vallée d'Arvieux, vues du sud-est depuis le col de Bramousse.
f.Fn = faille N-S des Fouranes ; f.t = faille transverse à la crête ; f.B = faille de la limite occidentale des écailles de Bramousse (couloir de cargneules) ; f.C = faille de Ceillac ; f.G = faille (décrochement) du Guil.
ØcC = chevauchement (renversé) des écailles de Ceillac - Chiappera ; fH = klippes de flysch à Helminthoïdes


À l'ouest de Clot la Chalp, entre Le Queyron et la crête de Balari, les "marbres en plaquettes" sont en outre assez largement recouverts par du flysch à Helminthoïdes. La zone d'affleurement de ces couches affecte sur la carte la forme d'un îlot fermé dans lequel il faut voir un témoin isolé par l'érosion (c'est-à-dire une klippe*), sans doute à la faveur d'un pincement dans un repli synclinal, des nappes du flysch de l'Embrunais : il est comparable à celui, plus occidental, de Furfande et d'autres îlots plus petits, voire minuscules, se retrouvent en divers points (en particulier au revers ouest du sommet de la Dent de Ratier).

Il est à remarquer que ce sont là les témoins les plus orientaux des nappes de l'Embrunais et qu'il n'y a plus aucune trace du passage ces nappes à l'est de la faille de Ceillac (où l'on trouve au contraire des superpositions de schistes lustrés avec des terrains briançonnais.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional du chaînon de Croseras -Ratier, vu du nord, depuis le tournant d'altitude 1920 de la route D.902, au dessus de Brunissard.
f.C = faille de Ceillac (branche principale) ; f.B = faille secondaire, de Bramousse ; ØH = surface de chevauchement du flysch à Helminthoïdes ; u.cC = unités des calcschistes de Ceillac.
s.F = synclinal de Fontouse ; ØcC = chevauchement (renversé) des écailles de Ceillac - Chiappera ; f.Fn = faille des Fouranes.
"Schistes lustrés" piémontais de la klippe d'Arvieux : slj = calcschistes à lits de microbrèches (Jurassique moyen) ; Lp = calcaires du Lias.


Le versant de la montagne de Ratier qui regarde vers la vallée d'Arvieux est entaillé par les vallons de Fontouse et surtout de celui de Champ-la-Maison. Ils recoupent bien les prolongements des éléments structuraux observés ci-dessus en versant sud, mais, ils n'offrent que des pentes boisées, car exposées à l'Ubac, où l'analyse des détails de la géométrie structurale n'est guère possible.

L'entaille du haut vallon de Champ-la-Maison, jusqu'au col de Furfande montre que celui-ci correspond au tracé de la faille des Fouranes, cassure sub-verticale qui recoupe en biais les contacts entre les unités situées plus à l'est, dans le versant qui tombe vers la vallée d'Arvieux (voir la page "Clapouse").

image sensible au survol et au clic

Le haut vallon de Champ la Maison et le col de Furfande, vus du nord depuis la crête de l'Échelle - Fouranes (col 2199).
f.Fn
= faille des Fouranes
à droite : a.A = anticlinal des Ayes ; f.E = faille de l'Échaillon ; u.bT = unité du Béal Traversier, rattachable à la nappe d'Assan ;
à gauche : u.cC = unités des calcschistes de Ceillac - Chiappera; s.F = synclinal de Fontouse ; ØcC = chevauchement (renversé) des calcschistes de Ceillac.


La crête de Ratier proprement dite prolonge vers le nord celle des Croseras, laquelle est formée par le Jurassique, redressé à la verticale, jusqu'à son sommet 2681. Mais au nord de cette latitude, qui est celle du col de Furfande, jusqu'au-delà du piton rocheux de la Dent de Ratier elle est constituée par des escarpements de "marbres en plaquettes" (le Jurassique affleurant en contrebas sur le versant oriental).


La partie sommitale de la Crête de Croseras, vue du NW, depuis le Pic du Gazon
Les "marbres en plaquettes" du piton 2667 reposent sur les affleurements de flysch à Helminthoïdes de la marge orientale de la klippe de Furfande. Mais il appartiennent probablement au flanc inverse d'un synclinal couché qui reploie la surface de chevauchement du flysch (ØF) car ce dernier n'affleure pas dans le versant opposé de la crête.
f.t = faille transverse subverticale, au sud de laquelle le Jurassique de la crête sommitale, disposé en bancs très redressés, représente le flanc ouest d'un anticlinal déversé vers la droite.
snv = schistes noirs de la base du flysch à Helminthoïdes.


Le sommet même de la Dent de Ratier est constitué par un petit chapeau de calcaires du Malm qui doit sans doute être considéré comme un fragment de flanc inverse d'un synclinal couché ouvert du côté ouest. En effet de ce côté ouest de la crête affleure en outre, encadrée par des "marbres en plaquettes", une bande de schistes de base du flysch à Helminthoïdes : on ne peut guère l'interpréter que comme une petite klippe qui est pincée au cœur d'un synclinal couché et qui prolonge vers le nord les affleurements du versant est du col de Furfande (cliché précédent).


La Dent de Ratier, vue de l'ouest depuis le sommet du Pic du Gazon.
ØH = surface de contact tectonique du lambeau de flysch à Helminthoïdes (snv = schistes noirs de base) ; D = copeaux de Dogger, apparemment inclus.


Ces rapports entre le matériel de la nappe de la Clapière (Crête de Croseras) et le flysch de la klippe de Furfande indiquent clairement que la mise en place de cette dernière a été antérieure aux dernières compressions qui ont affecté le matériel briançonnais.

 

voir l'aperçu général sur le Queyras.
Voir l'aperçu général sur la tectonique du Briançonnais
voir la carte structurale du Briançonnais méridional.


Carte géologique simplifiée des gorges du Guil et du Queyras occidental
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Guillestre

Clapouse

Arvieux

Rochebrune
Furfande

LOCALITÉS VOISINES

Château- Queyras

Croseras, Le Veyer

Bramousse, Montbardon

Rasis
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/10/17