Les Gandy, Les Courriers

rive droite du Cozon et gorges de Pierre Fendue

En aval d'Entremont-le-Vieux, le lit du Cozon se rapproche progressivement des pentes orientales du chaînon de la Roche Veyrand pour finir par rejoindre le tracé du chevauchement de la Chartreuse orientale. Il le fait en se frayant un chemin au travers des plis dessinés par les calcaires jurassiques au front de ce chevauchement, qu'il tranche, en contrebas sud-est du village des Gandy, par les gorges de Pierre Fendue.

image sensible au survol et au clic

Le site des Courrier et les gorges du Cozon vu du sud, depuis le collet du Mollard de la Croix (à l'est de Saint-Pierre-d'Entremont).
La coupe naturelle de la rive droite du Cozon montre le contact tectonique entre Chartreuse médiane et Chartreuse orientale : on voit que le front ouest de cette dernière est affecté d'un pli-faille dont la charnière est bien dessinée dans le Tithonique (qu'entaillent les gorges de Pierre Fendue) et dont le flanc court se résume à une lame d'Urgonien.
Dans la partie gauche du cliché on a placé un signe de pendage qui indique que le Sénonien plonge sous la molasse miocène des Courriers : les ondulations du contour entre Sénonien supérieur et inférieur ne sont pas des plis mais des V topographiques*. Ce contour correspond d'ailleurs en grande partie au tracé du décrochement de la Tournette, DT (voir la carte ci-après), qui décale vers la gauche - donc dans le sens dextre - la limite entre Sénonien supérieur et inférieur.
En arrière-plan se développent les reliefs mous de la dépression des Entremonts, où se développe toute la succession stratigraphique (et notamment les épaisses couches à prédominance marneuse du Berriasien) de la Chartreuse orientale.
s.G = synclinal des Gandy (rompu par le chevauchement) ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.S = synclinal du Sappey ; a.P = anticlinal de Perquelin.




Coupe du versant est de la Roche Veyrand, en rive nord du vallon des Courriers
coupe un peu oblique à la ligne de collines qui s'élève depuis les gorges de Pierre Fendue jusqu'à la butte du Cucheron.

Le village des Gandy est suspendu en rive droite du Cozon nettement au dessus du lit de la rivière. Il est logé dans une petite combe N-S ouverte dans les marno-calcaires sénoniens du flanc est de l'anticlinal de la Chartreuse médiane. Au sud du village ce vallonnement est bordé du côté oriental par la falaise d'une crête rocheuse qui descend vers le village des Courriers. Cette crête, formée d'Urgonien à pendage vertical, représente le flanc est d'un synclinal des Gandy dont le cœur héberge au nord du village un affleurement de conglomérats à galets de silex, d'âge sans doute oligocène.

image sensible au survol et au clic

Le site des Gandy, vu du sud.
s.G = synclinal des Gandy ; Ø'', Ø', Ø3 = surfaces de cassure du couloir de failles du chevauchement de la Chartreuse orientale (Ø3 est la cassure principale) ; les tiretés courts indiquent seulement le pendage des couches.



 La route qui mène au village traverse aussi cette lame rocheuse en dessinant, avant d'y parvenir, un tournant fortement saillant vers le sud (point coté 996). On peut constater du côté ouest, au niveau du parking, que son Urgonien, bien que fortement broyé est presque en contact stratigraphique avec le Sénonien inférieur du vallon.

En fait l'épaisseur de cette lame urgonienne ne dépasse pas la cinquantaine de mètres car elle est étirée par le jeu de multiples failles de cisaillement et surtout tranchée du côté est par une cassure presque verticale qui la met directement en contact avec les couches du Berriasien marno-calcaire de de la Chartreuse orientale, remontés par le chevauchement de cette dernière

 Il s'agit plus précisément de voûte de l'anticlinal de l'Écoutoux, dont les couches forment la bosse 1019, qui porte un relais hertzien, ainsi que le versant qui en descend jusqu'au Cozon. On peut donc voir dans cette lame des Gandy un témoin résiduel, biseauté, du flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux. Le schéma d'organisation de ce couloir de failles, où l'Urgonien est recoupé par des cassures de Riedel branchées sur la surface de chevauchement (cliché ci-après) se montre donc, en définitive, très analogue à celui observable dans le flanc occidental de l'anticlinal médian à l'ouest de Corbel ; on peut considérer qu'il réalise d'assez près le schéma des plis-failles*.

Les marno-calcaires du Berriasien forment tout le revers oriental de la crête urgonienne du relai hertzien, jusqu'au replat de la bosse du Boucherin. Cette dernière est formée par leur soubassement normal de calcaires tithoniques, que le Cozon tranche sur son versant oriental en y ouvrant la gorge de Pierre Fendue. Le revers sud de cette bosse donne une coupe naturelle qui montre bien la forme de l'anticlinal de l'Écoutoux, et notamment le renversement de son flanc ouest sous l'effet d'entraînement dû au chevauchement.

image sensible au survol et au clic

La rive droite des gorges du Cozon, en amont de La Fracette vue du sud, depuis le collet du Mollard de la Croix, à l'est de Saint-Pierre-d'Entremont.
Ce cliché complète celui présenté en haut de page en analysant notamment le détail de la constitution de la lame étirée du flanc inverse du pli-faille.
Ø'', Ø', Ø3 = surfaces de cassure du couloir de failles du chevauchement de la Chartreuse orientale (Ø3 est la cassure principale) ; f.R = principales failles de Riedel observables.
DT = décrochement de la Tournette (il ne décale pas de façon perceptible - au moins sur ce cliché - le faisceau des surfaces de chevauchement) ; s.G = synclinal des Gandy ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux.


Le village des Courriers se situe au sud et en contrebas des Gandy et du Boucherin, dans un vallon au contraire transversal aux structures. Le village est donc dominé en rive gauche (septentrionale) par la lame urgonienne du relai hertzien qui s'abaisse jusqu'au lit du Cozon. Mais sous le village, dans le lit du Cozon, le décrochement de l'Alpette tranche et interrompt cette lame (voir ci-après) : il la décale vers le sud-ouest jusqu'au Petit Frou, où on la retrouve du côté sud-oriental du décrochement. Il est enfin à souligner que l'on voit en fond de vallon, au nord de ce décrochement, affleure la molasse miocène, au village même dans le lit du ruisseau.

À l'est des Courriers et des Gandy le cours du Cozon s'encaisse dans les gorges de Pierre Fendue, qui entaillent les calcaires du Jurassique supérieur de la marge ouest de la Chartreuse orientale. Elles montrent les plis qui accidentent cette dernière à ce niveau stratigraphique.

 À l'amont des gorges, depuis l'embranchement de la route des Teppaz, la route D.912 a d'abord un trajet presque N-S qui reste en rive gauche de la rivière : elle y suit pratiquement la surface des bancs supérieurs du Tithonique du flanc oriental du synclinal du Sappey. Puis, au pont coté 755, elle franchit la charnière de ce pli (en fait invisible et rompue par une faille mineure) et rentre alors dans son flanc occidental, dont elle ne coupe d'abord les bancs que très peu obliquement.
Le changement de direction qui affecte la route et le lit du Cozon, 200 m en aval du pont, leur fait traverser orthogonalement, d'est en ouest, l'anticlinal de l'Écoutoux. Le coeur de ce pli est atteint 200 m plus en aval, là où l'entaille de la route est dotée d'un fort élargissement pouvant servir de parking : on y voit très clairement, sur l'une et l'autre des deux rives du torrent, la charnière de ce pli dessinée par les bancs inférieurs du Tithonique.
Au débouché aval des gorges, jusqu'à l'embranchement de la route des Courrier, la route D.912 entaille le Berriasien inférieur du flanc ouest du pli, vertical ou légèrement renversé, mais peu déformé.



Le coeur de l'anticlinal de l'Écoutoux, en rive droite des gorges de Pierre Fendue, vu du sud, depuis la route D.912, 300 m en amont du hameau du Pont-du-Lac.
L'entaille de la gorge montre les charnières dessinées par chacun des bancs du Tithonique inférieur. L'axe du pli est incliné vers l'observateur (vers le sud). De ce fait, seule la charnière supérieure est vue selon son axe. Au contraire on voit le dessus des bancs (plus ou moins garni d'herbe) à la voûte des charnières inférieures (dont l'axe passe sous les pieds de l'observateur).


Le hameau du Pont-du-Lac, à l'embranchement de la route des Courriers, marque la sortie aval des gorges. Immédiatement en aval de ce point ce sont les couches du Berriasien supérieur, plus calcaires, qui affleurent à leur tour, notamment en rive droite, le long de la route. Mais elles sont là très déformées par de multiples failles mineures à pendage est (dans l'entaille de la route ces cassures sont même plus visibles que la stratification). Cette fracturation est assez évidemment due à la proximité de la surface du chevauchement de la Chartreuse orientale, car le tracé de celle-ci passe peu à l'ouest du tracé de la route : ces cassures sont les multiples failles secondaires "de Riedel" qu'a induit cet accident tectonique majeur dans les couches les plus proches.

image sensible au survol et au clic

Entaille de la D.912, 150 mètres en aval du Pont-du-Lac : Déformation microtectonique (à l'échelle métrique) du Berriasien dans le flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux.
Les strates (s0), à litage sub-vertical sont coupées et tordues de façon sigmoïde* par des cassures peu inclinées (f.R) qui sont des failles de Riedel* par rapport aux failles majeures (Ø sur la coupe ci-dessus) du chevauchement de la Chartreuse orientale. Le long de ces failles se rencontrent des poches amygdalaires de roche écrasée où se développe un feuilletage schisteux (s1).


La route atteint effectivement le tracé de la cassure principale du chevauchement (Ø3 sur les schémas), très peu en aval, entre 200 et 250 m de distance du Pont du Lac : il y est jalonné par une lame d'Urgonien broyé qui n'est épaisse que de moins de 10 m.

C'est enfin à l'extrémité aval de ces affleurements que se produit, dans le lit du Cozon, l'intersection de ce chevauchement par l'autre accident majeur du secteur que représente le décrochement de l'Alpette. Cet entrecroisement aboutit à un dispositif structural qui est assez complexe dans le détail car le décrochement s'y partage en plusieurs branches secondaires et parce que des copeaux de la lame urgonienne qui jalonne le chevauchement sont entraînés vers l'ouest le long de la branche septentrionale du décrochement (voir la carte ci-dessous).

 

Carte détaillée du secteur compris entre La Fracette et Les Gandy.

Notations stratigraphiques particulières à la figure : Ol = conglomérats à galets de silex et à patine rouille des Gandys (probablement oligocènes et contenus dans des poches karstiques du Sénonien supérieur) ; SCm = calcaires à silex massifs du sommet du Sénonien ; Tii = Tithonique inférieur du coeur de l'anticlinal de l'Écoutoux ; J = déjections fluviatiles, E = éboulis, Eb = éboulement à gros blocs (sans doute historique) et FG = alluvions fluvio-glaciaires torrentielles formant des terrasses en bordure et au dessus du lit du Cozon. 

Ø' désigne la surface de chevauchement limitant du côté occidental la bande d'Urgonien qui jalonne le chevauchement de la Chartreuse orientale. Ø3 correspond à la dislocation majeure, plus orientale, de cet accident.
Ces deux principales lignes de fracture sont décalées dans le sens dextre par un faisceau de failles de décrochements : DC (décrochement du Crêt) et DP (décrochement du Pin) sont des failles secondaires, "de Riedel"*, par rapport au décrochement principal de l'Alpette (DA), sur lequel elles sont branchées.
DT = décrochement de la Tournette. C'est une fracture de la même famille, qui se poursuit vers l'ouest aux ruines et à la Fontaine du Mont. C'est son rejet qui explique que l'on trouve de la molasse miocène aux Courriers, en contrebas du Sénonien qui supporte le vallon des Gandy (un décalage dextre se traduisant par une perte d'altitude pour des couches à pendage est).
Au sud de DA, l'anticlinal de l'Écoutoux est reporté très loin au sud-ouest par le mouvement de décrochement : il est donc en dehors de la carte. La localité de La Fracette se trouve, quant à elle, dans le synclinal du Sappey. L'anticlinal de l'Écoutoux et l'anticlinal de Perquelin sont également rompus par des failles longitudinales de moindre importance (abaissant leurs flancs orientaux), notées respectivement FL1 et FL2.



 On notera la présence, dans ce secteur, de plusieurs affleurements de molasse miocène qui jalonnent le chevauchement du côté ouest (village des Courriers, fond du vallon du Crêt au nord de la Fracette, sentier de la Coche au sud de la Roche Veyrand). Ils sont de taille réduite et aisément masqués sous la végétation (certains n'ont pu être observés qu'à la faveur des crevasses d'arrachement de glissements de terrain récents).
Ils témoignent, comme ceux du col du Mollard, de ce que la bordure du bassin sédimentaire miocène périalpin se situait au-delà, vers l'est, du domaine de la Chartreuse médiane (ce dont on aurait pu douter, en raison de l'absence de Miocène conservé dans les synclinal de la Chartreuse orientale).
Ils attestent du fait que la molasse miocène avait recouvert le mésozoïque de la Chartreuse médiane et que, d'un bout à l'autre du massif, le chevauchement de la Chartreuse orientale est bien un accident d'âge post-miocène.

 


Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian

La Cochette

Entremont le Vieux

Granier
Col de la Cluse LOCALITÉS VOISINES La Plagne

Roche Veyrand

La Fracette

Le Pinet, Alpette
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 29/12/18