Entremont-le-vieux

au cœur de la vallée supérieure du Cozon

Les nombreux villages d'Entremont-le-Vieux (dont le chef-lieu est Épernay) occupent, en amont des gorges de Pierre Fendue, une vaste dépression largement garnie de prairies, où les versants de la vallée du Cozon s'épanouissent et sont parcourus par les nombreux affluents de ce torrent.
image sensible au survol et au clic
L'extrémité septentrionale de la vallée d'Entremont-le-Vieux, vue du sud (l'hiver ...) depuis l'échine du Boucherin (à l'est des Gandy).
"Bebc" = niveaux bioclastiques dans le Berriasien ; "Bei" = couches à ciment du Berriasien basal ; f.J = faille du Joigny ; a.P = anticlinal de Perquelin.

Le relief ouvert et plutôt mou de ce secteur correspond au fait que l'érosion n'y a rencontré aucun niveau particulièrement résistant, car la vallée s'y est affouillée dans une succession monotone de marnes et de calcaires argileux du Berriasien. Celle-ci se fait en outre remarquer par son épaisseur (plus de 600 m ; voir la page "Pellaz-Joigny") qui s'exprime par le fait qu'au nord d'Épernay tout le versant ouest n'est formé que de ces couches, jusqu'à la crête du Monfred incluse.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la dépression des Entremonts, vus du sud-est, depuis le sommet du Pinet.
a.M = anticlinal médian ; f.CM = faille du col du Mollard ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; s.S = synclinal du Sappey ; a.P = anticlinal de Perquelin ; d.T = décrochement de la Tournette ; d.P = décrochement des Pinchérins (prolongement oriental probable du précédent).

L'essentiel de la dépression d'Entremont-le-Vieux appartient à la Chartreuse orientale. Bien que surélevée tectoniquement par son chevauchement sur la Chartreuse médiane (qui forme le chaînon de l' Outheran), ses reliefs sont néanmoins moins élevés. Cette inversion de relief est liée au fait que, sur cette transversale de la Chartreuse orientale, il ne subsiste plus aucun témoin conservé de la carapace protectrice d'Urgonien, ni d'ailleurs des calcaires du Fontanil, même à l'aplomb de sa structure la plus déprimée qu'est le synclinal du Sappey.

 L'absence, ici, de tout témoin de la carapace urgonienne qui devrait coiffer ces couches tendres est sans doute liée à l'épaisseur accrue des couches berriasiennes au nord-ouest d'Épzenay et du col du Granier.

En effet cela a induit un épaississement global de la série stratigraphique de la partie ouest de la Chartreuse orientale, qui s'est ajouté à son soulèvement, par le jeu de son chevauchement, et à sa structure essentiellement anticlinoriale de ce domaine). Le résultat en a certainement été un fort surhaussement du sommet de la série stratigraphique par rapport à son altitude en Chartreuse moyenne et occidentale (et même, à un moindre degré, dans la Chartreuse orientale plus méridionale). De ce fait, lors de l'épisode d'aplanissement du quaternaire ancien, les termes les plus élevés de cette succession, c'est-à-dire la carapace calcaire de l'Urgonien et sa coiffe de Sénonien se sont vraisemblablement trouvés portés ici à une altitude supérieure à celle du rabaissement des reliefs qui s'est alors produit : ainsi l'essentiel de la Chartreuse orientale avait sans doute déjà été totalement débarrassé de sa carapace calcaire protectrice lors de l'entrée en jeu de l'érosion différentielle ultérieure, alors qu'en Jura et en Chartreuse plus occidentale celle-ci a été conservée sauf à la voûte, décapitée, des anticlinaux.

Les pentes inférieures de la vallée garnies de prairies ou de cultures, sont en outre tapissées par des alluvions à cailloutis et à gros blocs, souvent de caractère franchement glaciaire, d'autres fois seulement fluvio-glaciaires (avec lits sableux ou limoneux), qui affleurent en divers point en particulier dans les entailles de route ou de torrents.
Ces alluvions contiennent des éléments "exotiques", de provenance extérieure au massif chartreux ce qui attestent qu'elles ont été transportés par un glacier qui pénétrait dans la massif. Il ne peut s'agir que d'une langue glaciaire qui a pénétré dans la dépression d'Entremont-le-Vieux en passant par dessus le col du Granier : il s'agissait donc d'une langue diffluente* du glacier isérois d'âge wurmien, (mais qui n' a guère pu s'y engager que lors de son maximum d'extension).

 On peut s'étonner que cette langue glaciaire n'ait laissé que peu de traces sous forme de crêtes morainiques (les seules vraiment nettes sont celles des Bruyères, au dessus du Désert (cf page "col de la Cluse"). La raison en est sans doute que même à l'époque du maximum d'extension du glacier wurmien l'intérieur du massif n'était pas occupé par des glaciers locaux en amont de Saint-Pierre-d'Entremont. Les produits, proprement morainiques, de la fonte de la glace ont donc pu être largement balayés par les ruissellements de pentes et épandus en aval dans les pentes en aval d'Entremont-le-vieux, jusqu'à atteindre la dépression lacustre de Saint-Pierre-d'Entremont, dont le niveau de remplissage a atteint l'altitude d'environ 1100 m au maximum de Würm.
En effet l'emplacement de cette localité était, à cette époque submergée par les eaux que retenait du côté aval une langue glaciaire diffluente qui remontait dans la vallée du Guiers Vif en provenance des environs des Échelles (voir la page "Saint-Pierre-d'Entremont")


image sensible au survol et au clic

La vallée des Entremonts et le col du Granier vu du SW depuis le sommet la Cochette.
Le figuré émeraude "max. W" indique le niveau atteint par la glace iséroise à l'époque du maximum de la glaciation de Würm et le débordement qui devait s'ensuivre vers la dépression des Entremonts.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale (tracé masqué derrières les collines du Désert) ; f.cM = faille du col du Mollard ; d.A = décrochement de l'Alpette ; "Bemc" = Berriasien moyen et inférieur marno-calcaire.




légende des couleurs et des figurés

Du côté oriental la dépression des Entremonts est dominée par les abrupts urgoniens du Mont Granier et du Pinet, qui représentent simplement les couches les plus hautes de la succession stratigraphique de la Chartreuse orientale. Elles y sont disposées en un crêt* à pendage modéré vers l'est, qui correspond au flanc ouest du grand synclinal perché de la Chartreuse orientale. La continuité de cette barrière de falaises n'est que peu interrompue par le passage du décrochement de l'Alpette, qui détermine la position en cirque du village de La Plagne.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Granier et le fond de la vallée des Entremons, vus de l'ouest, depuis le sommet sud de l'Outheran (le village du Désert est caché derrière les feuillages de premier plan du cliché).
Depuis les pentes tombant sur le col du Granier jusqu'au bord gauche du cirque de La Plagne s'étend un talus boisé à pente régulière (mais forte), dû à ce que ce versant est couvert par une nappe d'éboulis anciens.
d.A = décrochement de l'Alpette ; d.P = décrochement des Pinchérins ; a.P = anticlinal de Perquelin ; s.S = synclinal du Sappey ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.


Sous ces falaises s'étend un talus régulier mais très incliné, où ne se marque aucun ressaut (en particulier on n'y voit aucune trace de la falaise habituelle des calcaires du Fontanil). Cela vient de ce que ce versant est tapissé par une vaste nappe d'éboulis, dont une bonne partie est consolidée en brèches de pente* (dont l'âge est relativement ancien) et que les éboulis meubles ne recouvrent souvent que de façon pelliculaire. Ceux-ci sont par contre plus abondants sur les flancs des quelques ravins, épanouis en entonnoir vers le haut, qui entaillent ce glacis d'éboulis anciens.

image sensible au survol et au clic

Le village d'Épernay, chef-lieu d'Entremont-le-Vieux vus du nord-ouest, depuis les basses pentes du Turroz.
a.P = anticlinal de Perquelin ; s.S = synclinal du Sappey ; d.P = décrochement des Pinchérins ; d.A = décrochement de l'Alpette.

Le chef-lieu (village d'Épernay) est situé à peu près à la latitude où la voûte de l'anticlinal de Perquelin s'ennoie vers le nord (du fait de son plongement axial dans cette direction) sous les marno-calcaires berriasiens. Au sud d'Épernay ce pli se montre décalé dans le sens dextre par une faille (pratiquement masquée partout par la couverture végétale) qui se place à la fois dans le prolongement du décrochement des Pinchérins, du côté nord-est (voir la page "Granier") et de celui de la Tournette, du côté sud-ouest (voir la page "Les Gandy").

 


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

col du Mollard

Pellaz - Joigny

col du Granier
Désert d'Entremont LOCALITÉS VOISINES Granier

Roche Veyrand

Les Gandy

La Plagne
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 29/12/18