En-Paris : Le plateau et son revers oriental

La rive droite de la Romanche entre La Grave et la vallée du Ferrand

Le plateau d'En-Paris est un bel exemple de relief conforme*, car la surface topographique s'y moule, à peu de chose près, sur celle de l'interface socle - couverture, mettant ainsi à nu sur de vastes portions de l'ancienne pénéplaine anté-triasique (on peut donc presque dire qu'il y a eu "résurrection" d'une paléo-topographie).

image sensible au survol et au clic

Le site du Lac Lérié, devant le chaînon de la Meije (plateau d'En-Paris) vu du nord-ouest.
L'observateur a les pieds sur les grès à patine brune de la base du Trias, qui enduisent la surface de la pénéplaine anté-triasique ; ils sont recouverts, à l'arrière gauche, par les bancs de dolomie triasique, reconnaissables à leur tranche jaune.
Le lac lui-même est retenu par un petit verrou de cristallin, ce dernier étant remonté par une petite faille extensive N-S.


L'extrémité septentrionale du massif cristallin y dessine une ample voûte, qui (à la différence de ce qui se passe dans sa couverture) ne présente pas trace de structures de chevauchement vers l'ouest. On le voit particulièrement bien au sommet des parois abruptes de la profonde et large gorge ("combe de Malaval") que La Romanche a entaillé tranversalement à travers cette voûte.

image sensible au survol et au clic

La gorge de la Romanche et le Plateau d'En-Paris
Vus du sud-est, depuis la crête du Peyrou d'aval (près du refuge E.Chancel). Ce cliché constitue la suite, vers l'ouest du panorama de la page consacrée à la rive droite de la Romanche au niveau de La Grave.
s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique : elle est tordue en voûte (ce qu'indique le symbole de charnière) et dénivelée par un système de failles anté-aaléniennes (en noir) qui délimitent un fossé effondré où est plus largement conservé le Lias calcaire ("graben de Galan").
Noter le repos direct de L'Aalénien sur le Trias au pied sud du Gros Têt.


Le Plateau d'En-Paris proprement dit est bordé du côté nord-ouest par une zone un peu déprimée de hauts alpages mamelonnés, qui sont drainés par le Rif Tort (ce torrent doit son nom au cours sinueux qu'il présente dans son cours amont avant de plonger vers la Romanche par une gorge très abrupte). Ces alpages sont essentiellement installés sur les marnes aaléniennes, qui ne sont séparés des affleurements du socle cristallin que par une mince frange de calcaires liasiques (qui affleurent aussi au rebord occidental de ce plateau d'alpages).

Cette situation concerne en fait le sommet et le revers est de la voûte du socle cristallin, où la série stratigraphique post-triasique est amputée de presque tout son Lias, à l'exception de flaques discontinues et minces de Lias basal. Ce fait indique clairement que l'on se trouve ici à la partie sommitale d'un ancien bloc de socle, basculé au Jurassique (voir la page d'aperçu général sur la vallée de la Haute Romanche).

image sensible au survol et au clic

Les alpages du Haut Rif Tort, vus du sud depuis le collet du Gros Serret (plateau supérieur d'En Paris)
La succession aalénien - Bajocien, normalement épaisse, coiffe directement (sans Domérien ni Toarcien) la série, très réduite, du Lias inférieur calcaire déposée à la voûte de l'ancien bloc de socle d'En-Paris.
ØuD = surface de chevauchement de la zone ultradauphinoise.


La partie orientale du plateau d'En-Paris s'abaisse jusqu'au thalweg du torrent du Gâ (Le Chazelet) par un rebord assez franc bien qu'arrondi. En fait la coupe du débouché amont de la gorge de la Romanche en aval du village des Fréaux et de la cascade du Saut de la Pucelle, permet de constater que cela correspond essentiellement à un escalier de failles orientées sensiblement N-S (elles y sont bien visibles par le décalage de l'interface socle - couverture qu'elles occasionnent).

image sensible au survol et au clic

La partie aval du vallon du Gâ (site du village du Chazelet) vu du sud - sud-est, depuis le Peyrou d'amont (abords de la station intermédiaire du téléphérique des vallons de la Meije).

f.1, f.2, f.3, f.4, = faille extensives jurassiques, cachetées par l'Aalénien (numérotées d'ouest en est) ; fol. = foliation* (litage cristallophyllien) des gneiss amphiboliques : elle est soulignée par des filons de granite clair à grain très fin (aplite) et montre une nette torsion antiforme (= crochon associé au jeu extensif des failles ??).
Les tirets rouges soulignent l'interface socle - couverture (= surface de la pénéplaine anté-triasique).
ØG1 = chevauchement de La Grave et du Pic du Mas de la Grave (considéré comme la limite occidentale du domaine ultradauphinois) ; ØG2 = chevauchement secondaire, satellite du précédent.


L'abrupt oriental du bloc basculé d'En-Paris n'est donc pas constitué, à ce niveau de la structure, par un plan de cassure unique, mais par un faisceau de cassures extensives (cela ne veut d'ailleurs pas dire que ces cassures ne se rassemblent pas en une seule, à des niveaux plus profonds qui nous restent ici cachés). Les faits observables au sud de la Romanche (faille de la Béous) suggèrent que c'est également le cas sur la rive occidentale du vallon d'Arsine et que, en outre le jeu de telles failles a pu aboutir au détachement, depuis le bord supérieur de cet abrupt, de larges copeaux de cristallin et de couverture attenante (voir la page "Arsine").

aperçu sur la vallée de la Haute Romanche
aperçu général sur le massif des Écrins


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille La Grave


Carte géologique simplifiée du versant septentrional de la Romanche aux environs de La Grave

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est

 


Grand Sauvage

(Mas de La Grave)

Trois-Évéchés
En-Paris occidental

LOCALITÉS VOISINES

La Grave N

Chambon

Meije , Rateau

Villar d'Arène
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16