Champagny-en-Vanoise, Mio, La Chiaupe
les pentes méridionales du domaine skiable de La Plagne - Champagny

La localité de Champagny-en-Vanoise (ex "Champagny-le-bas") est cosntruite sur la paente de rive droite du Doron de Champagny, en aval du rétrécissement des gorges de La Pontille et au débouché du torrent du Reclard (= "clair ruisseau"). Elle est dominée par les basses pentes, encore escarpées d'une forte échine qui s'élève vers le nord pour culminer à la Roche de Mio (qui est un point stratégique du réseau de télécabines de la station de La Plagne). Ce chaînon secondaire, parallèle à celui de Bellecôte mais bien moins élevé, constitue la partie la plus septentrionale des affleurements du socle de la Vanoise nord-orientale et de la couverture siliceuse qui lui est adhérente.

image sensible au survol et au clic

L'entrée aval de la vallée de Champagny vue du sud-ouest, depuis la Dent de Villard.
cic. Ch. (tirets rouges) = lèvre orientale de la cicatrice de Champagny (frontière structurale entre Vanoise occidentale et Vanoise septentrionale) ; en tirets roses la lèvre occidentale de cet accident majeur ; la bande de gypses et cargneules qui est pincée entre les deux se rattache, vers le haut, à la nappe des gypses.
Au sud du Doron de Champagny le flanc ouest de la coupole de la Vanoise nord-orientale est formé par une bande de quartzites werféniens redressés à la verticale qui détermine, en rive droite du Doron de Pralognan, le pointement rocheux de la Tour du Merle. Plus bas sur la même échine les quartzites qui forment le pointement, un peu similaire, de la Roche du Moine appartiennent au contraire au flanc oriental de l'anticlinorium de la Vanoise occidentale.
Au nord du Doron de Champagny le flanc ouest de la coupole de la Vanoise nord-orientale est affectée de deux plis mineurs (d'ailleurs plutôt déversés vers l'est) : s.Bl = synclinal des Blanchets ; a.Ar = anticlinal des Arpettes (plus de détails à la figure suivante)


L'échine qui descend de la Roche de Mio vers le Doron, en passant par la Pointe de Vélière, est un lourd crêt, qui regarde vers l'est. La crête elle-même et son revers ouest sont constitués par les couches siliceuses de la couverture permo-triasique du socle du massif de Bellecôte. Mais son versant oriental est entaillé dans les micaschistes noirs qui constituent le sommet de la succession paléozoïque de ce socle.
L'entaille du Doron montre clairement comment toutes ces couches infléchissent progressivement leur pendage jusqu'à plonger à la verticale au niveau des gorges, en dessinant ainsi la charnière, très arrondie, du flanc ouest d'un ample anticlinal de la Pontille.
Sur la transversale du village ces couches font place à une bande de cargneules, de largeur hectométrique, dans laquelle le torrent de Reclard a creusé son lit. Sur l'autre rive les pentes dominant la partie ouest du village (notamment aux bords du hameau du Châtelard) montrent des roches très différentes : il s'agit de schistes argileux avec bancs de grès et conglomérats qui sont connus en géologie locale sous le nom d'Assise de Courchevel et qui sont considérée comme datant du passage du Houiller au Permien.

Les cargneules du lit du Reclard jalonnent une cassure majeure, qui juxtapose la Vanoise occidentale (à soubassement houiller) à la Vanoise orientale (à socle métamorphique) : on peut l'appeler cicatrice de Champagny car elle représente très clairement le prolongement septentrional de la cicatrice de Chavière, que l'on suit du sud au nord de la Vanoise depuis Modane (voir notamment la page "Dent de Villard").

image sensible au survol et au clic

L'extrémité orientale du chaînon du Mont-Jovet, vue de l'est, depuis la Roche de la Tome (abords méridionaux de la Pointe de Mio).
fE.Ch= faille orientale de la cicatrice de Champagny ; a.Ar = anticlinal des Arpettes (l'échine 2349 en représente seulement le flanc oriental, sub-vertical) ; s.Bl = synclinal des Blanchets : la bande de cargneules de la Rossa (sur laquelle est installée la remontée mécanique) en occupe le cœur. Ces plis d'ampleur hectométrique, d'axe presque N-S, affectent la retombée occidentale du bloc de socle de la Vanoise nord-orientale. Bien que d'importance mineure, ils se suivent en marge orientale de la cicatrice de Champagny, parallélement à cette dernière, sur une dizaine de kilomètres, jusqu'à l'extrémité septentrionale de la Montagne des Arpettes (voir la page "La Plagne").



Les rapports de ces cargneules avec les affleurements des pentes du versant sud du chaînon du Mont Jovet, situées plus à l'ouest, montrent qu'elles se rattachent à la "nappe des gypses" ; la géométrie du raccord de ces cargneules avec le matériel de cette nappe montre qu'elles représentent (en coupe) une sorte de pédoncule de cette masse de gypses et de cargneules, qui semble s'engloutir le long de cet accident en s'étranglant en profondeur, en même temps que, symétriquement, l'anticlinal de la Pontille fait également plonger vers la profondeur le socle de la Vanoise orientale.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la vallée de Champagny (pentes méridionales de la Roche de Mio)
vu du sud, depuis le Plan des Gouilles (pentes orientales du Grand Bec).

Les micaschistes supérieurs (mss) , recouverts par le Permien inférieur (Ps = schistes verts et violacés ; Pcg : conglomérats) dessinent très probablement un pli couché (sa charnière, invisible ici mais observable dans le versant nord de la Roche de Mio, se ferme sans doute en dessous du lit du Doron) car ils réapparaissent en succession renversée dans la boutonnière antiforme de Friburge (dont seul le flanc ouest est visible sur le cliché).
Cette structure est enroulée par l'ample charnière anticlinale de la Pontille (a.P) qui représente la retombée occidentale de la coupole se socle cristallin du massif de Bellecôte.
La bande de cargneules du col de la Chiaupe, à semelle de marbres jurassiques (ou triasiques ?) notés j, repose en discordance sur la série métamorphique renversée. Sa disposition, pincée en fond de gouttière, est attribuée à son recouvrement par les micaschistes, à la faveur d'un "chevauchement de Mio" (ØM) déversé vers l'est** .
J = Marbres d'âge inconnu (Jurassique ?)

À l'est de la Roche de Mio (dans les pentes situées au nord de Champagny-le-haut) les affleurements mésozoïques des pentes et du col de la Chiaupe posent un problème assez délicat. En effet leurs couches sont disposées à l'endroit, tout en reposant par un contact stratigraphique sur la partie renversée du complexe micaschisteux de Bellecôte.

On soulignera les grandes analogies de composition et surtout de situation de ces affleurements avec ceux de La Sauvire, qui se trouvent sur la rive opposée du Doron, au revers est du Grand Bec (voir la page "Grand Bec"). On remarque notamment que, dans les deux cas le mésozoïque repose sur le socle renversé (et plus précisément sur le coeur, érodé, du pli couché) par l'intermédiaire d'un coussinet attribué à du Permien conglomératique (mais n'est-ce pas un conglomérat à matériel permien ?).
Il est évidemment exclu que le socle cristallin ait pu avoir été renversé avant le dépôt du Jurassique et cela pose donc un problème qui n'a pourtant jamais été pris en considération, semble-t-il, par les auteurs. On trouvera une proposition inédite d'explication du problème général de ces affleurements mésozoïques transgressifs sur le socle de la Vanoise à la page "tectonique de la Vanoise".

image sensible au survol et au clic

Le versant sud du sommet de la Roche de Mio et du col de la Chiaupe vu du sud, depuis le col de la Becquetta (pentes orientales du Grand Bec).
ØM = chevauchement de Mio** ; J = Marbres d'âge inconnu (Jurassique ?)


** L'importance, voire la réalité même de ce rétro-chevauchement n'est pas du tout évidente et, en outre, elle ne suffit pas à expliquer la position bizarre de ces affleurements mésozoïques. Peut-être ne faudrait-il pas écarter une autre interprétation, qui semble assez adaptée aux données du terrain : elle consiste à voir dans ces affleurements le remplissage d'un simple paléo-vallonnement, dû à un ravinement, de la surface d'érosion qui tranche les structures du socle. Son emplacement,, au coeur du supposé pli-couché des micaschistes, aurait été déterminé par l'évidement du coeur de ce pli par l'érosion, car telle est également la situation du lambeau mésozoïque de La Sauvire, qui se trouve dans son prolongement sur la rive opposée du Doron, au revers est du Grand Bec (voir la page "Grand Bec"). Bien sûr, ce sillon sédimentaire aurait en outre été plus ou moins approfondi et rétréci par pincement lors de la tectonique alpine.

 



Carte géologique simplifiée des montagnes au nord de Champagny

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord-ouest ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges

aperçu général sur la Vanoise
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Moûtiers

Mont Jovet

La Plagne

Montchavin
Salins ; Feyssons

LOCALITÉS VOISINES

Bellecôte

Courchevel

Dent de Villard

Grand Bec
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière..

 accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/11/16