Montagnes de la Tovière : Lavachet, Bellevarde
reliefs entre Val d'Isère et Tignes

Entre Val d'Isère et Tignes les pentes douces des alpages du Grand Pré de la Tovière séparent les Rochers du Lavachet à l'ouest de ceux de Bellevarde à l'est. Ils offrent un espace très ouvert qui constitue la partie occidentale du domaine skiable de Val d'Isère. Ce dernier se ferme vers le nord contre la barrière rocheuse qui court d'ouest en est depuis les chalets supérieur de la Tovière jusqu'à la gorge de la Daille en le séparant de la cuvette hébergeant le Lac du Chevril.

* Le terme de Tovière désigne des zones d'affleurements de tufs, c'est-à-dire de cargneules, dont l'abondance est effectivement la caractéristique marquante de ce domaine de hauts alpages.

image sensible au survol et au clic

Les alpages suspendus de La Tovière, au pied est de la crête de la Sana, vus du nord, à distance, depuis le col de la Pierre d'Arbine.
Seuls sont distingués les trois grands ensembles qui constituent ce secteur en s'y superposant.

Du côté NE le vallon de la Tovière descend en direction de l'Isère en séparant deux saillies rocheuses armées l'une comme l'autre de calcaires et dolomies du Trias moyen, la crête du Roc de la Tovière au nord et celle du Rocher de Bellevarde au sud.

image sensible au survol et au clic

Les gorges de la Daille, en aval de Val-d'Isère vu du sud-est (de l'amont), depuis la Tête du Solaise
Exemple particulièrement illustratif de verrou raboté par le glacier puis entaillé en gorge.
ØG = surface de chevauchement de la nappe des gypses a.D = anticlinal de la Daille : ce pli plonge fortement vers l'est (vers la droite) et les dolomies triasiques de la crête de la Tovière ne correspondent pas à la voûte du pli, contrairement à celles de la Plate de la Daille, mais à son flanc sud.
Les deux notations "tk" délimitent à peu près longueur de la gorge encaissée de la "vallée perdue".

Il se montre formé de cargneules sur toute la largeur de ses alpages : ces roches affleurent surtout en rive gauche de l'Isère, autour des chalets de la Tovière, où leur affouillement torrentiel a ciselé les gorges pittoresques du site de la "vallée perdue".

image sensible au survol et au clic

La gorge de la "Vallée perdue" en contrebas des chalets aval de la Tovière, vue d'aval.

Ces cargneules, qui se rattachent au grand ensemble de la "nappe des gypses", reposent ici sur les brèches et dolomies carniennes du sommet de la succession des dolomies triasiques des gorges de la Daille, comme si elles en représentaient la couverture stratigraphique normale.

En marge sud du vallon la large bande de cargneules du vallon de la Tovière contourne les escarpements du versant septentrional du Rocher de Bellevarde : compte tenu de l'absence avérée du Carnien de ce côté du vallon le contact des cargneules avec les couches du Trias moyen qui les constituent y semble plus clairement de nature tectonique.


Le versant nord du sommet du Rocher de Bellevarde, vu de la crête à l'est des chalets supérieurs de La Tovière.

image sensible au survol et au clic

Les pentes au nord du Rocher de Bellevarde, vues du Pas de La Tovière.
ØP = chevauchement du Planet ; ØG = chevauchement des la "nappe des Gypses" ; s.Bv = synclinal couché de Bellevarde.
tcA = calcaires anisiens (dolomies ladiniennes d'après la carte géologique ...) ; tcL = calcaires ladiniens ; tdni = dolomies ladiniennes noires inférieures ; tdbl = dolomies ladiniennes blanches ; tdns = dolomies ladiniennes noires supérieures.

Les couches du Trias moyen du sommet de la montagne de Bellevarde sont disposées à l'envers et dessinent en contrebas nord un pli antiforme déversé vers le vallon, c'est-à-dire un synclinal de Bellevarde ouvert vers le SE. Il est remarquable que le dessin de ce pli affecte également la surface de contact avec les cargneules (laquelle se confond d'ailleurs en plusieurs points avec des surfaces de couches) : ceci signifie que ce pli est postérieur au charriage de la nappe des gypses.

image sensible au survol et au clic

La montagne de Bellevarde, vue du nord depuis les pentes inférieures de la Grande Sassière (Plan de la Casette) : la relativement grande distance de cette prise de vue a pour avantage de réduire beaucoup les déformations perspectives.
ØPl = accident du Planet ; ØG = chevauchement des la "nappe des Gypses" ; ØsL = chevauchement des nappes de schistes lustrés de La Sana.
s.Bv = synclinal couché de Bellevarde.

Les couches affectées par ce pli sont en outre décalées par une cassure qui s'avère prolonger vers l'ouest le chevauchement du Rocher du Planet, accident de rive droite de la vallée de l'Isère qui la traverse à Val d'Isère même (son interprétation peu évidente)...

L'interprétation de la partie septentrionale de la Montagne de Bellevarde proposée ci-dessus est beaucoup plus simple que celle suggérée par la lecture de la carte géologique : elle découle de ce que les couches de l'extrados de la charnière synclinale (en marge du vallon de la Tovière) sont présumées ici appartenir aux alternances calcaréo-dolomitiques de l'Anisien (ici = "tcA") et représenter simplement la base de la succession stratigraphique du Trias moyen.
Au contraire l'attribution de ces couches à des dolomies ladiniennes, comme le fait la carte, oblige à interpréter la bande régulière de calcaires triasiques comme le cœur d'un anticlinal parfaitement isoclinal pris entre deux flancs de dolomies ladiniennes (le tout reployé). Or une telle structure apparaît peu vraisemblable, en raison du parallélisme de toutes les strates et de leur épaisseur qui est restée normale (ce qui veut dire qu'il ne s'est pas produit l'étirement des couches normalement associé à un tel type de plissement).

Du côté ouest l'extrémité du vallon de la Tovière est suspendue au dessus du village du Lavachet qui est installé sur le verrou de dolomies triasiques qui retient le Lac de Tignes : ces dernières représentent le prolongement de celles du Roc de la Tovière et plus précisément sans doute de celles du cœur du synclinal du Glaçon (voir la page "Chevril")

Il est dominé par les escarpements de la Pointe du Lavachet, qui y culminent par des calcaires triasiques mais montrent en contrebas des affleurements à pendage très redressé de Jurassique bréchique et de Crétacé supérieur : cela suggère d'y voir le flanc sud d'un synclinal faisant suite à celui de la Daille, dont le cœur serait occupé par les cargneules de la nappe des Gypses.

image sensible au survol et au clic

La partie occidentale des pentes de la Tovière (Pointe du Lavachet) vue des pentes inférieures de la Grande Sassière (Plan de la Casette).
n.Sa = nappe de schistes lustrés de la Sana ; n.G = nappe des Gypses ; s.T = synclinal hypothétique du Pas de la Tovière ; a.D = anticlinal de la Daille ; s.G = synclinal du Glaçon ; d.cF = décrochement dextre de Combe Folle.

Plus haut, peu sous la crête, ces couches sont tranchées par la surface de chevauchement de la nappe des gypses qui traverse le versant avec un pendage apparement faible mais en réalité tellement fort vers le S qu'il fait descendre le tracé de cette surface jusqu'au niveau du lac de Tignes.

image sensible au survol et au clic

Le côté occidental de la crêt de la Tovière, vu de l'ouest depuis le sentier du col du Palet (environs du point coté 2233).
En arrière-plan, au col de la Leisse (masqué au pied de la Pointe du Grand Pré), la nappe des gypses se poursuit vers la droite en s'insinuant entre la nappe des schistes lustrés et celle de la Grande Motte (n.gM), qu'elle recouvre.


aperçu général sur la Vanoise

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Tignes et Lanslebourg


Carte géologique simplifiée des abords sud- occidentaux du Manchet

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus au nord-ouest < cartes voisines > plus au nord-est
plus au sud-ouest ; plus à l'est
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges



Tignes station

Tignes - Chevril

Franchet
Grande Motte

LOCALITÉS VOISINES

Val d' Isère

Leisse

Charvet - Pissets

Les Fours
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 1/05/19