Grande Cayolle, col de la Cayolle

montagnes du cours supérieur du Bachelard

Le vallon de la Grande Cayolle draine le versant oriental du Mont Pelat et du Cimet et se jette dans celui du Bachelard 3 km au nord du col de la Cayolle. Ce dernier est traversé par la D.202, qui permet de passer depuis la vallée du Bachelard, affluent de l'Ubaye à la haute vallée du Var. Il représente le point culminant d'une dépression allongée N-S, entaillée dans la grande chape des Grès d'Annot qui représente le terme supérieur de la succession stratigraphique autochtone du massif de la Sanguinière et de Gialorgues, qui se développe plus à l'est.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud du col de la Cayolle, vu du sud-ouest depuis le sentier du col du Lausson.
ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais ; n.P = nappe du Pelat ; f.G = faille de la Gypière (la lèvre soulevée est celle d'arrière-plan, Eschillon - Sanguinière).
Ng = grès d'Annot autochtones (les tirets rouges indiquent le pendage des strates) ; Nol = formation olistolitique terminale du Nummulitique autochtone ; fgc = flysch gréso-calcaire de la nappe du Pelat.


La partie terminale de la montée au col se fait, sur les deux versants, dans les grès d'Annot faiblement pentés vers l'est ; mais ceux-ci supportent sur le versant est un lambeau de flysch calcschisteux appartanant la nappe du Pelat : c'est certainement cette circonstance qui a déterminé l'emplacement du col, par affouillement des schistes relativement tendres de cette entité.
La présence des ces couches est due à ce que, au niveau du col, leur substratum de grès d'Annot est partagé en deux panneaux par la faille de la Gipière, cassure extensive presque N-S qui en abaisse le plus occidental. Dans ce dernier la surface de base des nappes de l'Embrunais se trouve, encore maintenant, en contrebas de la surface topographique car l'érosion, qui a largement creusé dans le matériel de la nappe du Pelat, l'a totalement déblayé du côté ouest mais en a cependant respecté, à l'emplacement du col, un assez vaste lambeau sur le flanc est de celui-ci (pente de la Tête de la Gipière).

image sensible au survol et au clic

Les montagnes de rive gauche du Torrent du Bachelard (partie septentrionale du massif du Pelat) au nord du col de la Cayolle. (dessiné à partir d'une image extraite de "google-earth")
n.Pe = nappe du Pelat (2 digitations superposées : d.Ci = digitation du Cimet , d.TR = digitation de la Tour Ronde) ; f.G = faille de la Gipière, et son prolongement vraisemblable : f.V = faille du Verger.


Sur le versant nord le soubassement stratigraphique du Nummulitique (Sénonien et Crétacé inférieur) est assez rapidement entaillé par le Bachelard, dès en amont des lacets qui dominent le confluent des ponts du Pré des Fabres : cela est dû à ce que l'on rentre là dans le compartiment oriental de la faille de la Gipière, qui se prolonge vers le SE sur la rive opposée du torrent de la Cayolle en passant au SW des rochers du Vieux Brec.

Cette cassure voit là, dans la partie septentrionale de son tracé visible, son orientation s'infléchir vers le NW . Cela a pour résultat que son tracé se dirige assez précisément de façon à rejoindre le prolongement sud-oriental du tracé de la faille du Verger. Cet accident sub-vertical est relativement important car il met en contact les nappes du bord SW de la fenêtre de Barcelonnette avec l'autochtone de cette dernière dans la vallée du Bachelard en aval de Saint-Laurent (voir les pages "Cheval de Bois" et "Chapeau de Gendarme" et "Basse Ubaye").

image sensible au survol et au clic

Le versant SE de la montagne du Cimet, se profilant devant la rive droite de la vallée du Bachelard, vu du sud depuis le sommet du Mont Pelat (cliché original obligeamment communiqué par Mr. A. Dufour).
u.B = unités briançonnaises de la base de la nappe du Parpaillon (voir la page "Chevalier") ; d.Ci = nappe du Pelat (digitation du Cimet) ; d.tR = nappe du Pelat (digitation de Tête Ronde) ; ØE = surface basale des nappes de l'Embrunais ; f.B = faille N-S de Bayasse ; f.G = faille NW-SE de la Gipière ; f.L = faille N-S du Lausson.
fg = flysch gréseux nummulitique ; fgc = flysch gréso-calcaire nummulitique ; csF = flysch néo-crétacé du Bachelard ; Nol = formation argileuse olistolitique du sommet des grès d'Annot.


Le débouché du vallon de la Grande Cayolle et son confluent avec le torrent du Bachelard, au pont occidental du Pré des Fabres.

En amont de ce point de confluence des vallons la route menant au col suit le vallon du Bachelard, qui s'élève à 90° sur la gauche. Après avoir fait deux grands lacets elle rentre dans les couches des grès d'Annot en traversant la faille de la Gipière.
d.Ci = nappe du Pelat : digitation du Cimet ; d.TR = nappe du Pelat : digitation de Tête Ronde ; f.G = faille de la Gipière.


En contrebas nord du confluent du torrent de la Grande Cayolle avec celui du Bachelard ce dernier recoupe successivement toutes les couches du Crétacé et du Jurassique supérieur, jusqu'aux Terres Noires qu'il atteint au coude de la vallée, à Bayasse. Pourtant les escarpements de la rive droite (orientale) sont presque totalement constitués par les Grès d'Annot, nummulitiques : cel est dû à ce que ces couches sont abaissées par une importante faille de Bayasse, presque N-S et sub-verticale.

Cette faille affecte également la surface de charriage des nappes, au niveau des crêtes de rive septentrionale de la vallée (voir la page "Chevalier").

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional du col de la Cayolle (Haute vallée du Bachelard) (dessiné à partir d'une image extraite de "google-earth") .
d.TR = digitation de Tête Ronde (nappe du Pelat inférieure) ; d.Ci = digitation du Cimet ; d.TR? = écaille du Lavanchier
failles NW-SE : f.G = faille de la Gipière ; f.V = faille du Verger (son prolongement septentrional vraisemblable) ;
failles N-S : f.B = faille de Bayasse ; f.SE, f.SW : failles ouest et est de la Saume ; f.L =faille du Lausson.


Sur le versant sud du col de la Cayolle (voir la page "Sanguinière") il faut descendre tous les lacets de la N.202 pour atteindre, peu en amont du village d'Estenc, le soubassement de l'épaisse formation des Grès d'Annot. Cette dernière forme, presque jusqu'à Entraunes, tous les escarpements et les hauts vallons des deux rives de la vallée (massif de Sanguinière - Gialorgues en rive gauche et crêtes du Lac d'Allos en rive droite).

De ce côté du col, au niveau des lacets inférieurs, la faille de la Gipière se raccorde (d'après C. Kerckhove, information inédite) avec la surface de décollement de l'écaille par-autochtone des Tours du Lac d'Allos, au prix d'une inflexion listrique* qui réduit fortement son pendage.


Carte géologique simplifiée des montagnes du Haut Var.
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Barcelonnette et Larche.
consulter l'aperçu structural général sur lesmontagnes de l'Ubayette

Le Cimet

(Bayasse Le Chevalier)

(Restefond)
Mont Pelat 

LOCALITÉS VOISINES

(Saint Dalmas)

Lac d' Allos

Estenc Sanguinière

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

accueil VERDON

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/11/16