Le Chevalier, Ventebrun, Tête Dure d'Enchastrayes

montagnes entre Ubaye et Bachelard, au sud-est de Barcelonnette

Le groupe montagneux du Chevalier est drainé du côté septentrional par le torrent des Terres Plaines et du côté nord-oriental par le vallon supérieur de Clapouse. Il correspond à un lambeau important de la nappe de flysch à Helminthoïdes du Parpaillon, le plus occidental subsistant sur la crête qui ferme la fenêtre de Barcelonnette du côté sud.

image sensible au survol et au clic

Le vallon du Chevalier (versant occidental du col de Restefond), vu du NE depuis les abords occidentaux de la caserne de Restefond.
Le dos des écailles de matériel briançonnaiset subbriançonnais a été dénudé et raboté par l'érosion glaciaire qui a aménagé cette partie haute du vallon de Clapouse.
n.P = nappe du Parpaillon ; Bs = panneau de matériel d'origine briançonnaise, à succession de type ultra- briançonnais ; sBi = panneaux subbriançonnais inférieurs formés de Dogger et de calcschistes néo-crétacés ; ØE = surface basale du charriage des nappes de l'Embrunais.


Sur cette crête il se situe au point d'embranchement du petit chaînon d'Enchastrayes, qui s'en détache vers le nord.
A la base de la nappe du Parpaillon est collée un importante écaille de matériel briançonnais (un "bloc-klippe"* en forme de grande dalle) qui apparaît, en contrebas de la crête, dans tous les vallons qui en descendent ; cette écaille devait initialement se prolonger par celles des Brecs de Barcelonnette (voir la page "Lan"), mais elle en est disjointe par une faille extensive importante, qui l'abaisse par rapport à elles et qui détermine le col de Fours.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive orientale du vallon du Sauze, vues du NW, depuis les pentes dominant Barcelonnette (cliché original obligeamment communiqué par M. H. WIDMER).
ØE = chevauchement basal des nappes de l'Embrunais (ici base des écailles de matériel briançonnais "Br") ; ØP = chevauchement de la nappe du Parpaillon ("n.P");
a.tP = anticlinal de Terres Plaines (coupé presque tangentiellement à son axe par la surface topographique) ; f.V = faille subverticale de Ventebrun ; f.R = faille subverticale de Rouchinière ; f.cF = faille pentée vers l'est (vers la gauche) du col de Fours.


Du côté sud, en rive droite du Bachelard, le rebord de l'écaille briançonnaise fait saillie vers le sud en formant l'éperon rocheux de Ventebrun, qui domine le village de Bayasse.
Ce versant de la vallée du Bachelard offre une coupe bien dégagée où l'on voit la superposition des unités charriées (nappe du Parpaillon et ses écailles basales de matériel briançonnais) sur les termes sommitaux de la succession autochtone (Grès d'Annot nummulitiques). On y remarque particulièrement le découpage de cet empilement par des failles parallèles orientées presque N-S, dont le rejet principalement visible consiste en un abaissement de leur lèvre orientale.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de la vallée du Bachelard, vue des dernières pentes septentrionales du col de la Cayolle (cliché original obligeamment communiqué par M. H. WIDMER).
n.P = nappe du Parpaillon ; éc.Br = écailles de matériel briançonnais ; f.B = faille de Bayasse : cette faille extensive affecte aussi bien les nappes que leur autochtone et abaisse son compartiment oriental de près de 200 m ; mais son pendage est très fort, ce qui suggère que son jeu ait eu également une composante en coulissement. Cette cassure est en fait la principale de tout un faisceau de failles parallèles de caractéristiques similaires.


Il est d'autre part à remarquer que ces couches nummulitiques sont tranchées en biseau, du SE vers le NW, par la surface de charriage : cela explique pourquoi ces couches n'affleurent pas sous les nappes sur le versant opposé de la crête, dans les pentes qui dominent le vallon d'Enchastrayes, où la série autochtone ne montre guère de terrains plus récents que les Terres Noires.

image sensible au survol et au clic

Les escarpements de la rive droite du Bachelard, au nord de Bayasse, vus du sud d'avion.
n.P = nappe du Parpaillon ; éc.Br = écailles de matériel briançonnais ; f.B = faille de Bayasse.



On voit sur le cliché ci-dessus que la surface de charriage des écailles briançonnaises coiffe un coussinet, de plusieurs dizaines de mètres d'épaisseur, formé par des schistes noirs olistolitiques ("Nol"). Or la surface de base de ce dernier tranche obliquement les bancs de grès d'Annot (dont le pendage des strates est indiqué par les tracés "s0").
Cela montre que la troncature des couches autochtones n'est pas due à un rabotage mécanique par l'avancée du matériel charrié mais qu'il s'est produit avant le dépôt de l'olistostrome (le processus de ce phénomène reste toutefois un peu énigmatique ...).

 



Carte géologique simplifiée des montagnes entre Bachelard et Haute Tinée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Barcelonnette.
consulter l'aperçu structural général sur lesmontagnes de la Basse Ubaye

Barcelonnette

Terres Plaines

Empeloutier
Le Lan

LOCALITÉS VOISINES

Restefond

(Cheval de Bois)

(La Cayolle)

(Sanguinière )
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil EMBRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16