Le Lauzet-Ubaye

La vallée et la rive droite de l'Ubaye entre le Morgon et la Tête de Louis XVI

Le village du Lauzet est implanté dans un bref et modeste élargissement des gorges de la basse Ubaye. Il est dominé en rive gauche par de raides pentes boisées un peu monotones, installées sur les dalles des couches autochtones qui pendent vers la vallée ; en rive droite le versant est au contraire coupé par des ressauts successifs, formés par les barres calcaires des unités subbriançonnaises. Il culmine avec les alpages de la Gourette, que couronne le flysch à Helminthoïdes de la Tête de la Gypière (nappe du Parpaillon).

Les maisons du village s'appuient plus précisément contre la bosse rocheuse du "Château", formée de calcaires tithoniques, que l'érosion glaciaire a mieux respecté que les couches environnantes, plus calcschisteuses : ces calcaires arment un verrou* qui retient le petit plan alluvial du lac du Lauzet et que l'Ubaye a été obligée de franchir en gorges.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de l'Ubaye en amont du Lauzet
, vue depuis la route forestière du Gaudissart, vers l'altitude de 1400.
n.P = nappe du Parpaillon ; éc.rJ = écaille de Roche Juan (ployée en synclinal couché que traverse la ravin des Enfers) ; éc.Dr = écaille de Dramonasc (prolongement méridional du flanc inférieur du synclinal du Morgon) ; ØA = surface de chevauchement de la nappe de l'Autapie ; ØcC = chevauchement de l'écaille parautochtone de Champ Contier.
Remarquer dans l'autochtone : a) au niveau du village, la disparition des couches sénoniennes vers la droite, coupées par la discordance des calcaires nummulitiques (Nc) ;
b) à droite (sud) du village, la disparition des grès d'Annot (Ng), coupés en biseau, par la surface de chevauchement de la nappe de l'Autapie.



Coupe de l'extrémité sud- orientale du chaînon du Morgon (voir la coupe d'ensemble en fin de page)


La présence du verrou du Lauzet est due à ce que le fond de la vallée perce là toute l'épaisseur des nappes empilées et atteint leur soubassement autochtone. D'autre part il se situe à peu près à l'endroit où s'effilent les témoins les plus occidentaux de la nappe de l'Autapie, dont le flysch à Helminthoïdes est venu précocement en recouvrement sur les couches nummulitiques de l'autochtone, avant de se faire recouvrir par le matériel subbriançonnais, charrié ultérieurement.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de l'Ubaye à la hauteur et en aval du Lauzet
, vue du sud, d'avion, depuis l'aplomb des crêtes du bas Laverq.
ØsB = surface de chevauchement des nappes subbriançonnaises superposées à la nappe de l'Autapie ; ØcC = surface de chevauchement de l'écaille parautochtone de Champ Contier
Subdivisions de l'unité du Morgon sur la transversale du Lauzet : éc.Dr = écaille de Dramonasc (prolongement méridional du flanc inférieur du synclinal du Morgon) ; éc.rJ = écaille de Roche Juan.
L-j = Lias et Jurassique (non séparés) de la succession de l'unité du Morgon ; jm-s = jurassique moyen et supérieur de la succession de l'unité du Morgon ; ci-fn = succession de calcschistes et argilo-schistes allant du néocomien au flysch noir, au cœur du synclinorium du Morgon.
Remarquer comment la surface ØsB (de charriage du subbriançonnais supérieur) sectionne à tour de rôle, en biseau, les unités sous jacentes (y compris les formations supérieures de la succession autochtone).


En aval du village du Lauzet, l'Ubaye s'encaisse en gorges dans les formations encore assez massives des termes les plus élevés de l'autochtone (calcaires sénoniens et nummulitiques) puis dans les grès d'Annot où ses rives deviennent moins abruptes. Elle traverse de nouveau la succession, du Crétacé au Tithonique inclus, au niveau de Saint-Vincent-les-forts, avant de déboucher dans la partie terminale de la vallée, beaucoup plus large car ouverte dans les Terres Noires du flanc sud-oriental du Dôme de Remollon (voir la page "Saint-Vincent-les-Forts").

image sensible au survol et au clic

Les gorges du Pas de La Tour, vues de l'aval depuis la D.900, 2 km au NW du Lauzet (à l'aplomb oriental du hameau de la Mandeysse).
Ces gorges sont entaillées dans la partie supérieure de la succession autochtone, qui pend vers l'est (vers la gauche) et qui prend de l'altitude vers la droite (vers l'ouest) pour couronner la montagne de Dormillouse.
ØMa = chevauchement par-autochtone de la Mandeysse (à flèche très modeste, hectométrique) (voir aussi la page "Saint-Vincent-les-Forts") ; ØcC = chevauchement par-autochtone de Champ Contier ; ØsB = chevauchement des unités subbriançonnaises recouvrant la nappe de l'Autapie (cette dernière venue en recouvrement précoce sur l'autochtone).


Deux faits s'y observent :
- d'une part la succession post-jurassique est tranchée par une surface formant nécessairement avec les couches un angle assez ouvert ; en effet à la transversale des Blaches et de Roche Rousse les quelques 500 m d'épaisseur de ces couches y sont supprimés sur une distance horizontale n'excédant que peu le millier de mètres.

image sensible au survol et au clic

Les gorges aval de l'Ubaye 1 km au NW du Pas de La Tour, vues vers l'aval depuis la D.954
A ce niveau la rivière traverse les affleurements de Grès d'Annot de l'unité (pratiquement autochtone) de la Mandeysse, qui présentent ici des lits argileux plus épais que les bancs de grès et dont on voit presque la totalité (ils y sont donc peu épais).
ØA = surface de chevauchement de la nappe du flysch de l'Autapie ; ØcC = surface de chevauchement de l'écaille parautochtone de Champ Contier ; ØsB = surface de chevauchement des nappes subbriançonnaises superposées à la nappe de l'Autapie ; ØM = surface de chevauchement de l'unité du Morgon (l'unité des Séolanes s'intercale sous cette dernière au nord du grand ravin de l'Enduchet) ; sM = synclinal du Morgon.
Nol = "Schistes à blocs" (olistostrome, à éléments de taille décimétrique, de la fin de sédimentation du Nummulitique autochtone) ; Mr = calcaires et brèches périrécifaux de l'unité des Séolanes.


- d'autre part la succession autochtone est redoublée par des imbrications chevauchantes (que l'on peut donc qualifier d'écailles parautochtones*). Elles sont au nombre de trois :
La plus élevée (écaille de Champ Contier) entraîne des Terres Noires directement recouvertes par les nappes subbriançonnaises supérieures (donc provenant d'un secteur où les Terres Noires avaient été dénudées avant d'être recouvertes par ces nappes) ; elle les fait reposer sur une lame d'épaisseur décamétrique formée par le résidu du laminage de la nappe de l'Autapie
.


Coupe transversale à la vallée de l'Ubaye, peu en aval du Lauzet, selon l'axe du ravin du Pas de La Tour, par Cl. Kerckhove [retouché d'après la fig.99 du Guide Rouge "Alpes du Dauphiné" (Masson, 1983)].
ØMa, ØcC = surfaces de chevauchement des "écailles parautochtones", respectivement de La Mandeysse - Roche Rousse et de Champ Contier ; ØsB = surface de chevauchement des nappes subbriançonnaises supérieures (recouvrant la nappe de l'Autapie) ; ØM = surface de chevauchement de l'unité du Morgon (l'unité des Séolanes manque passagèrement, sans doute par effilement tectonique, sur cette transversale) ; ØA = surface de chevauchement du flysch de l'Autapie (lame pincée dans l'imbrication des écailles parautochtones).
Ci = Crétacé inférieur autochtone ; Sé = Sénonien autochtone ; Nc, Ns = Calcaires et calcschistes nummulitiques ; GA = grès d'Annot ; Sc à bl. = "Schistes à blocs" (olistostrome à petits éléments de la fin de sédimentation du Nummulitique autochtone).


Enfin ce secteur est l'un des très rares où l'on puisse voir, sous la chape des nappes, comment la couverture autochtone post-jurassique (Crétacé supérieur et Nummulitique) disparaît pour faire place, plus au nord, aux seules Terres Noires (qui affleurent partout au pourtour du Dôme de Remollon et dans la demi-fenêtre d'Embrun).

image sensible au survol et au clic

La rive droite de l'Ubaye au débouché des gorges aval du Lauzet, vue de l'ouest depuis le belvédère de Saint-Vincent-les-Forts, sur la D.900.
ØM = surface de chevauchement de l'unité du Morgon ; ØsB = surface de chevauchement des nappes subbriançonnaises superposées à la nappe de l'Autapie ; ØcC = surface de chevauchement de l'écaille parautochtone de Champ Contier : voir détails ci-après.


L'accident qui marque la terminaison septentrionale des couches nummulitiques et néocrétacées autochtones peut, à première vue, être également considéré comme la cassure de chevauchement d'une écaille parautochtone, l'écaille de Roche Rousse.

image sensible au survol et au clic

Détails de la rive droite de l'Ubaye au débouché aval des gorges du Lauzet (agrandissement du cliché donné plus haut)
ØsB = surface de chevauchement des nappes subbriançonnaises supérieures (superposées à la nappe de l'Autapie) ; ØcC = surface de chevauchement de l'écaille parautochtone de Champ Contier ; ØA = surface de chevauchement de la nappe de l'Autapie (réduite ici à une lame tectonique) sur la couverture autochtone ; ØrR = surface de chevauchement de l'écaille parautochtone de Roche Rousse.


Il a toutefois une géométrie bizarre :
- Il se termine vers le haut par une cassure sub-verticale, contre laquelle butent orthogonalement les bancs de grès d'Annot ;
- cette cassure est tranchée en discordance par la surface de charriage de la nappe de l'Autapie et coiffée orthogonalement par la lame décamétrique de flysch à Helminthoïdes qui représente ici cette nappe ; elle a donc sans doute fonctionné avant le charriage de cette dernière ;
- enfin cette cassure marque la limite septentrionale au delà de laquelle il n'y a plus de grès d'Annot (ni de Crétacé supérieur) conservé dans l'autochtone, sous les nappes de l'Embrunais ; il est d'ailleurs à noter, à cet égard, que ces grès ont perdu là beaucoup de leur épaisseur (réduite à moins de 100 m.) mais qu'il sont néanmoins toujours recouverts par la formation olistolitique argileuse : ceci veut dire que leur réduction ne résulte pas d'un rabotage par les nappes ...


Coupe d'ensemble du versant de rive droite de la basse vallée de l'Ubaye, par Cl. Kerckhove [d'après la fig.98 du Guide Rouge "Alpes du Dauphiné" (Masson, 1983)]
La position de l'écaille de Roche Rousse est désignée par "Cs" en bas de coupe à l'aplomb du mot "Vieille".


 


Carte géologique simplifiée des montagnes de la Basse Ubaye en aval de Barcelonnette
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Barcelonnette et Seyne.
consulter l'aperçu structural général sur les montagnes de la Basse Ubaye

Savines ; Le Sauze

versant W du Morgon

cirque du Morgon
Saint-Vincent les Forts

LOCALITÉS VOISINES

Montagnette

Dormillouse

vallée du Laverq

Tête de Louis XVI
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil EMBRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16