Crève-Tête, Valmorel

entre la vallée de Celliers et celle des Belleville

Depuis le sommet du Cheval Noir se détache un long chaînon qui s'avance en promontoire vers le nord-est, en direction de la vallée de l'Isère, en constituant la crête de partage des eaux entre la vallée de Celliers (Eau Rousse) et celle du Doron de Belleville. Avant de s'abaisser jusqu'aux dernières échines boisées où a été aménagée la retenue suspendue (entièrement artificielle) de la Coche, il forme une dernière culmination avec la montagne de Crève-Tête (2341 m).

image sensible au survol et au clic

Le revers oriental du chaînon de Crève Tête et la vallée inférieure du Doron de Belleville
, vus du NE d'avion, depuis l'aplomb de Salins.
f.mT = faille de la moyenne Tarentaise ; f.C = faille de la Coche ; u.M = unité de Moûtiers (réduite à des lambeaux de houiller et de micaschistes, disjoints au sein d'une bande de gypses) ; ØQ = surface de chevauchement de l'unité du Quermoz ; ØuD = surface de chevauchement des unités ultradauphinoises.


image sensible au survol et au clic

Le versant oriental du chaînon de Crève-Tête, vu d'ensemble, de l'est depuis le sommet de Crêt Voland.
Cette perspective, orthogonale à l'allongement des contacts tectoniques, permet de voir les relations de biseautage mutuel des différentes unités.
f.mT = faille de la moyenne Tarentaise ; f.C = faille de la Coche ; u.M = unité de Moûtiers (réduite à des lambeaux de houiller et de micaschistes, disjoints au sein d'une bande de gypses) ; ØQ = surface de chevauchement de l'unité du Quermoz ; ØuD = surface de chevauchement des unités ultradauphinoises.


Le sommet de Crève-Tête est l'extrémité méridionale d'un crêt* bien caractérisé par sa dissymétrie, qui regarde du côté ouest vers la station de Valmorel et dont le revers oriental plonge vers la partie aval de la vallée du Doron de Belleville (il en forme les pentes de rive gauche en aval de Villarly).


Crève Tête et la rive gauche du Doron de Belleville vus de l'est, d'avion, depuis l'aplomb de Crêt Voland


L'arête de ce crêt doit son relief relativement acéré à ce qu'elle est armée par une puissante formation de conglomérats, d'âge mal déterminé (qui sont rapportés sans précision au Crétacé supérieur (?) - Nummulitique). Ils pendent vers l'E-SE et reposent du côté ouest, comme ceux de la zone ultradauphinoise, sur une semelle de matériel permo-houiller qui s'est avérée, en plusieurs points, être en réalité une brèche d'âge indéterminé ("Permien reconstitué").

image sensible au survol et au clic

La crête de Crève-Tête, devant le Beaufortain oriental et la basse Tarentaise vue d'enfilade du sud, depuis le sommet du Cheval Noir.
ØUD = chevauchement principal de la zone ultradauphinoise ; ØI = chevauchement de l'écaille intercalaire entre la zone dauphinoise et la zone ultradauphinoise ; ØN = chevauchement de la klippe* du Niélard.
BrP = brèches à matériel de schistes permiens (et calcschistes à microbrèches [Dogger ?] qui les surmontent. au col du Gollet).
En arrière-plan on a grossièrement indiqué la limite orientale de la zone dauphinoise, dans le secteur où la zone ultradauphinoise disparaît et se trouve relayée par la zone valaisane.


Cette constitution porte à y voir le prolongement le plus septentrional de la nappe ultradauphinoise des Aiguilles d'Arves, même si l'isolement tectonique et morphologique de cet ensemble ont conduit à l'en détacher sous le nom d'unité de Crève-Tête.

De fait, l'unité de Crève-Tête repose, dans les pentes boisées du versant ouest, sur une bande d'affleurements de Lias qui représente le prolongement septentrional de l'unité intercalaire que l'on suit depuis Montpascal sous le chevauchement de la zone ultradauphinoise.
Plus bas, dans les pentes des deux rives de la vallée de Valmorel - Les Avanchers, le Jurassique moyen affleure largement, comme à Saint-François - Longchamp et y montre de façon similaire des bandes synclinales de Bajocien argilo-calcaire intercalées dans les schistes aaléniens.

image sensible au survol et au clic

La montagne de Crève Tête vue du nord depuis Naves (Molençon) en rive droite de l'Isère
ØUD = chevauchement principal de la zone ultradauphinoise ; ØI = chevauchement de l'unité intercalaire (u.I) entre la zone dauphinoise et la zone ultradauphinoise (z.D) ; u.CT = unité de Crève-Tête ; u.Q = unité du Quermoz ; ØQ = surface de chevauchement (?) de l'unité du Quermoz
L-jm = jurassique inférieur et moyen du Quermoz ; csBr = brèches crétacées du Quermoz ; BrP = brèches à matériel de schistes permiens.


Par contre, bien que cette crête se poursuive jusqu'à la vallée de l'Isère, ce n'est pas le matériel de l'unité de Crève-Tête qui y détermine, en amont d'Aigueblanche, le défilé des "Échelles d'Hannibal". En effet dans la forêt des Pontets, au nord du col de la Coche les affleurements des brèches de Crève Tête s'effilent vers le nord, avant d'atteindre la vallée, coupés en biseau par la surface tectonique (chevauchement supposé) qui la sépare de l'unité valaisane du Quermoz : seuls les affleurements de cette dernière se poursuivent sur la rive droite de l'Isère (voir la page "Moûtiers").

 

Au sein du chapelet d'unités qui s'intercalent entre le domaine dauphinois à l'ouest et le domaine briançonnais à l'est, les deux unités de Crève-Tête et du Quermoz se relaient parfaitement du point de vue géométrique, en se biseautant mutuellement et en se plaçant dans le prolongement l'une de l'autre, comme si elles n'étaient séparées par aucun accident majeur. D'ailleurs, dans le secteur du barrage de la Coche, où est censé passer l'accident N-S qui les sépare, le tracé qu'en propose la carte géologique évoque plus, sur le terrain, un faisceau de failles subverticales relativement secondaires qu'une imbrication majeure (comme ce devrait être le cas s'il séparait vraiment deux unités étrangères l'une à l'autre).

Pourtant c'est bien entre ces deux unités que l'on est amené à placer la frontière majeure qui fait passer, du sud vers le nord de l'arc alpin, du domaine ultradauphinois au domaine valaisan, lesquels s'opposent fortement par leurs successions stratigraphiques :
- dans le domaine ultradauphinois une importante lacune d'érosion précéde une franche transgression nummulitique et le dépôt d'un flysch qui n'affleure que plus au sud ;
- dans le domaine valaisan l'on trouve des dépôts jurassico-crétacés (que caractérisent en outre des interruptions de sédimentation et des apports bréchiques plus ou moins importants) et il n'y a aucun Tertiaire avéré (les couches qui lui sont attribuées avec doute n'ont en tous cas aucun caractère transgressif).
Il est en outre remarquable que l'on ne relève nulle part d'indice qu'il ait pu y avoir une transition progressive entre ces deux successions, et notamment pas dans le secteur des chaînons de Crève-Tête et du Quermoz, où on s'attendrait particulièrement à les trouver, en raison de la multiplicité des unités qui y caractérisent la transition tectonique entre ces deux grands domaines paléogéographiques.

On peut donc s'interroger sur la signification exacte des rapports entre ces deux unités, et plus largement sur celle du passage du domaine ultradauphinois au domaine valaisan (qu'elles représentent dans ce secteur-clé) : leur juxtaposition y est-elle le résultat des déplacements importants liés à la tectonique compressive alpine (interprétation "classique") ou ne serait-elle pas plus originelle, découlant de la paléo-tectonique antérieure au Nummulitique : n'est-ce pas cette dernière, en effet, que l'on doit considérer comme responsable des profondes érosions et de l'abondance des brèches qui caractérisent l'un et l'autre de ces domaines ? ...

aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive droite de la Maurienne


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille "La Rochette"


Carte géologique simplifiée des abords de Crève-Tête

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud


Celliers ; Avanchers

(Naves)

(Moutiers)
Lauzière ; Madeleine

LOCALITÉS VOISINES

(Brides)

Mont Niélard

Nant Brun

(Crêt Voland)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/11/16