vallon de la Cochette, Plan des Cavales

versant ouest de la partie septentrionale du chaînon des Grandes Rousses

Le versant occidental du chaînon des Grandes Rousses est accidenté, en contrebas ouest de la crête principale, par la ligne de replats qui court à flanc de pente en formant une importante marche d'escalier sur la pente descendant vers l'Alpe-d'Huez et vers Vaujany (voir la page "Vaujany").

image sensible au survol et au clic

La crête sommitale des Grandes Rousses et ses contreforts occidentaux vus du nord-ouest, depuis le sommet du Rocher Blanc des Sept Laux.
La grande charnière anticlinale dessinée dans la moité gauche du cliché indique grossièrement la forme globale, en voûte, du bloc de socle cristallin des crêtes des Grandes Rousses. Le flanc ouest de cette voûte est rompu par la faille du Lac Blanc, qui est une faille extensive jurassique. Au pied de l'abrupt de cette faille la couverture est conservée mais se limite le plus souvent à un placage de Trias, comme sur le Plan des Cavales ou dans le haut vallon de la Cochette. Elle forme toutefois une grosse butte témoin dans la montagne des Aiguillettes, où le Lias calcaire est reployé en plis serrés (voir les pages col du Sabot et Vaujany).
a.H = accident de l'Herpie (graben d'âge hercynien, à remplissage de Houiller) ; f.LB = faille du Lac Blanc.
(chl.sc = chlorito-schistes ; gn.oc. = "gneiss ocellaires").


Ce large sillon suspendu à fond penté vers le nord, nommé le Plan des Cavales (étymologiquement = "des ravines"), draine les eaux qui alimentent le torrent de la Cochette. Son fond est garni par des dalles structurales discontinues de grès et surtout de dolomie capucin, peu inclinées vers le nord, qui s'étendent assez loin de part et d'autre du col du Couard.

affleurements de dolomies triasiques

sur le plateau des lacs du Plan des Cavales, au sud du col du Couard. (cliché obligeamment communiqué par M. Michel CAPLAIN) :
alternances de bancs de dolomies blanches et ocre-rouge : en premier plan les bancs sont disloqués par l'érosion ; en arrière-plan on distingue le litage (s0), plutôt penté vers la droite (vers l'intérieur de la montagne).

La présence de ces affleurements, à pendage plutôt dirigé vers l'intérieur de la montagne, témoigne d'un abaissement brutal et important de la surface du socle cristallin par rapport à celui qui forme les crêtes de l'Étendard et de la Cochette : il résulte à l'évidence du rejet vertical (plus de 1000 m) de la faille du Lac Blanc, dont le tracé suit le bord oriental de ce replat, depuis l'Herpie, au sud, jusqu'au nord du col du Couard.
La dénudation du tégument triasique adhérent au socle cristallin, qui garnit le sommet de cette marche d'escalier, est due à ce que l'érosion y a totalement enlevé les termes plus élevés de la couverture sédimentaire, constitués par les calcaires argileux liasiques. Plus à l'ouest, en rive droite du ravin du Flumet qui descend vers Vaujany, le matériel sédimentaire liasique a, par contre, été respecté par l'érosion : il y forme la crête saillante, orientée E-W, des Aiguillettes de Vaujany
(voir la page "Vaujany").

image sensible au survol et au clic

Le col du Couard et l'extrémité septentrionale du Plan des Cavales vus du nord, depuis le sentier de la Cochette, dans sa traversée du flanc est des Aiguillettes.
Le col du Couard est une encoche du rebord occidental du sillon des Cavales qui correspond au point amont atteint par l'érosion du ravin du Flumet ; elle n'est toutefois pas encore suffisamment profonde pour capturer les eaux du torrent de la Cochette et les drainer vers Vaujany.
La faille du Lac Blanc (f.LB) dénivelle verticalement deux subdivisions du bloc de socle cristallin des Grandes Rousses, celui de la crête des Rousses et celui du Sabot. A cette latitude elle tend à se transformer en un chevauchement, dont l'avancée a froncé les dolomies triasiques en plis déversés vers l'ouest.


La disposition presque horizontale des couches du Plan des Cavales montre que l'on se trouve à la voûte même du demi-anticlinal d'axe E-W (penté vers le nord) que dessine le bloc de socle cristallin des Petites Rousses (voir page "Grandes Rousses").

Immédiatement plus à l'est la surface du socle est rehaussée, jusque plus haut que la crête du Pic de l'Étendard, par la faille du Lac Blanc (les petits cirques des glaciers de la Cochette et de la Barbarate sont donc excavés dans l'ancien abrupt de faille de cet accident). Cette faille du Lac Blanc, d'orientation N-S est ici subverticale (voir page "Petites Rousses"). C'est vraisemblablement une ancienne faille extensive jurassique. Mais elle n'appartient pas à la famille la plus importante, celle des cassures à compartiment oriental abaissé qui limitent les blocs basculés. Elle se rattache au contraire à la famille conjuguée (à compartiment occidental abaissé) qui délimite des vrais grabens (de petite taille) sur le flanc des hémigrabens majeurs (voir la coupe d'ensemble du massif).

image sensible au survol et au clic

Les pentes de la Cochette, en rive orientale de la retenue de Grand Maison vues du nord, depuis le sommet de la Croix de Picheu
voir le cliché symétrique (revers sud des Aiguillettes) à la page "col du Sabot".


Au nord du col du Couard la ligne de replats des Cavales se termine assez vite, car elle y est atteinte par l'érosion remontante du haut ravin de la Cochette dont le cours inférieur s'échappe en gorges vers l'ouest dès l'aval de la bergerie (le cristallin affleure encore là, mais il disparaît en aval car le pendage de sa surface supérieure s'yaccroît plus vite que celle du lit du torrent). Comme le fait plus au sud le ravin du Flumet, mais ici au nord de la crête des Aiguillettes, le ravin de la Cochette y entaille à son tour cette couverture sédimentaire d'est en ouest. Ce cours, perpendiculaire à l'axe des plis qui y affectent les couches, en donne une excellente coupe naturelle qui montre bien leur forme réelle.

Ces plis sont bien dessinés dans les versants ravinés des deux rives. Ils sont toutefois plus difficiles à voir ici qu'au sud du col du Sabot, faute de pouvoir accéder facilement à des point de vue les montrant dans l'axe : par bon éclairage on les voit cependant assez bien depuis la route D.526 de rive gauche de l'Eau d'Olle, entre le barrage et Rieu Claret.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite aval du ravin de la Cochette vues du sud, depuis le sentier des Drayes de La Cochette (depuis la Draye du Renard).
noter l'icurvation, de bas en haut, du plan axial du synclinal principal, qui témoigne d'une influence provoquant un déversement du pli vers l'ouest (vers la gauche), de plus en plus marqué de bas en haut.
(voir la suite du paysage, vers la droite, au cliché suivant)


La coupe de ce ravin inférieur de la Cochette, comme celle du versant sud des Aiguillettes (voir la page "col du Sabot"), permet de constater que les plans axiaux de ces plis sont courbes, de sorte que ces plis se déversent de plus en plus vers l'ouest si l'on gagne en altitude dans l'édifice structural.
En outre on voit en rive droite la cause de ce phénomène, qui est l'avancée en chevauchement du bloc des crêtes des Grandes Rousses, par dessus la couverture du bloc du Sabot (formée par le Lias des Aiguillettes et de la Cochette).

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite amont du ravin de la Cochette vues du sud, depuis le sentier des Drayes de La Cochette (depuis la Draye des Odoux).
Cette vue fait suite vers la droite à la précédente et montre l'accentaution progressive, de a1 à a3 du basculement vers l'ouest des plans axiaux des plis. Ce phénomène est clairement induit par l'avancée, de la droite vers la gauche, de la succession renversée des pentes de la Croix de Picheu, au dessus de la surface de chevauchement Ø , qui prolonge ici la faille du Lac Blanc vers le nord.
(voir la suite sur la gauche au cliché précédent)


Cette géométrie de la déformation des couches illustre de façon particulièrement frappante le schéma général concernant la déformation des massifs cristallins externes lors de la phase compressive finale de formation de la chaîne alpine. Dans ce schéma les blocs de socle et les accidents extensifs anciens qui les délimitent ont simplement été reserrés dans leur partie basse, tandis que leurs parties élevées ont en outre été soumises à un effort cisaillant, à déversement vers l'ouest, qui s'accentue du bas vers le haut (pour plus de développements consulter la publication188).


Schéma interprétatif général de la déformation des hémigrabens des massifs cristallins externes
spécialement inspiré par les exemples des "synclinaux" de Bourg-d'Oisans, de la Muzelle, de la Vaurze et de Morges (l'orientation est celle de ces deux derniers ; ici la coupe devrait être orientée W-E).


Ici cet effort cisaillant a eu apparemment pour effet que la faille du Lac Blanc s'est transformée, dans sa partie haute, en un chevauchement vers l'ouest : ce compartiment de socle cristallin chevauchant a dès lors poussé devant lui les couches sédimentaires les plus hautes de sa lèvre occidentale (en y induisant même le chevauchement noté Ø sur le cliché ci-dessus.

 


Carte géologique simplifiée de la partie septentrionale du massif des grandes Rousses

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est ;
plus au sud


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuilles Domène, Saint-Jean de Maurienne, Vizille et La Grave
aperçu général sur le massif des Écrins // aperçu général sur le massif des Grandes Rousses

(Rochers Rissiou)

Grand Maison

(Ouillon ; Croix de Fer)
col du Sabot

LOCALITÉS VOISINES

Lacs de Saint-Sorlin

Vaujany

Petites Rousses

vallée du Ferrand
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 22/10/16