Le massif du Combeynot (versant Guisane)

crêtes de rive droite de la haute vallée de la Guisane

Le massif du Combeynot est une énorme amande de socle cristallin, dotée d'un coeur de granite enveloppé au nord et à l'est par une chape de gneiss. Du côté ouest il est séparé du reste du massif du Pelvoux par la dépression sédimentaire du vallon d'Arsine. Son versant oriental, entre le col du Lautaret et le village du Lauzet, a une structure bien différente de celle des versants nord et surtout ouest : le cristallin, formé de gneiss dont la carapace s'enfonce vers l'est, supporte directement la succession transgressive des couches nummulitiques, qui y ont fossilisé des paléoreliefs et y hébergent quelques olistolites.

image sensible au survol et au clic

Le versant nord- oriental du massif du Combeynot (rive droite de la Guisane), vu du sud-est, depuis les environs du Lauzet.
Les conglomérats de base du Nummulitique (Ncgl) s'appuient contre les escarpements est du Rocher de Guerre par une surface fortement inclinée vers l'est ; comme les bancs du flysch qui affleurent plus à l'est sont pentés à peu près de la même manière ce pendage résulte d'un basculement post-sédimentaire, par le plissement post-nummulitique.
Par contre le replat situé en amont ouest de l'épaule 2369 héberge une "flaque" de flysch (Nfl) qui témoigne de la présence d'un paléo-sillon qui a été rempli lors de la reprise de sédimentation. C'est probablement la faille anté-nummulitique f.aN, cachetée* par ces couches, qui avait déterminé la mise en relief du Rocher de Guerre lors de l'érosion qui avait précédé ; en tous cas le jeu de cette cassure n'est pas post-Nummulitique car son rejet correspond à un abaissement des gneiss dans sa lèvre orientale et aurait donc dû abaisser le Nummulitique à l'emplacement du Rocher de Guerre (où le cristallin est au contraire saillant).



image sensible au survol et au clic

Le revers nord du Rocher de Guerre vu du nord, depuis la route N.91, 2 km en amont du Lauzet.
Les conglomérats à ciment de calcaires nummulitiques sont directement plaqués sur le socle cristallin, qui dessine un paléorelief en forme d'échine, que borde du côté ouest (amont actuel) un sillon allongé N-S, sur lequel les grès du flysch reposent en onlap*. Au flanc est (gauche) de ce relief un autre affleurement de cristallin représente sans doute un olistolite car il est séparé du côté sud des affleurements principaux par une bande de grès arkosiques qui semble s'engager sous lui.
Analyse de ces détails dans la thèse de A. Lami,1988


Plus au nord, à partir des sources de la Liche des Chamois, il s'intercale, sous le Nummulitique, des témoins de la couverture mésozoïque, d'abord exclusivement constitués par du Trias. Les venues d'aux thermo-minérales, appréciées des chamois, semblent y être liées à la traversée de ces affleurements par la faille de décrochement de la Liche, qui représente la branche sud-occidentale du grand décrochement Lauzet -Lautaret.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de la Liche des Chamois vues du nord-est, depuis la route N91 (sortie aval du tunnel des Valois)
d.L = faille de décrochement de la Liche.
(voir le schéma interprétatif ci-dessous).


figure agrandissable
Croquis cartographique de détail du secteur de la source de la Liche des Chamois dans le versant oriental des Clochettes (voir la carte de situation)
(croquis de Christian Bravard, d'après ses levés de terrain en 1978, ré-orienté pour montrer le versant de façon dont on l'observe d'en face).

Le figuré blanc sur fond presque opaque correspond à deux olistholites de cristallin.
Les deux branches de la faille de la Liche, le long desquelles remontent les eaux thermo-minérales de la source ferrugineuse de "La Liche", appartiennent à la famille des décrochements sénestres, NE-SW, du col du Lautaret. Elles avaient été anciennement considérées comme la surface de chevauchement d'une lame de cristallin servant de semelle à une écaille de matériel nummulitique.
confronter ce schéma avec le cliché ci-dessus


Encore plus au nord de petits affleurements de mésozoïque réapparaissent sous le Nummulitique et forment en une étroite bande dans les pentes du Bois de la Madeleine. Ils y sont de nouveau recoupés par une faille de décrochement, qui représente sans doute la branche principale du décrochement du Lautaret.


figure agrandissable
Carte de détail du Bois de la Madeleine , 2 kilomètres à l'est - sud-est du col du Lautaret (voir la carte de situation).
(croquis d'après les levés de terrain par Christian.Bravard, 1978).


Enfin, lorsque l'on débouche dans les pentes moins déclives qui descendent du col du Lautaret, cette bande mésozoïque se complète par du Lias calcaire (qui affleure largement aux abords du col), contre lequel le flysch nummulitique s'appuie directement, sans intercalation de couches basales (ce qui appuie l'interprétation selon laquelle ce contact correspond à une cassure).

image sensible au survol et au clic

Le versant nord-oriental du Combeynot et la haute vallée de la Guisane vus du nord-ouest, depuis l'échine de Roche Noire (route D902, du col du Galibier, alt. 2350)
f.P = faille de la Ponsonnière ; ØB = chevauchement de l'Unité briançonnaise du Grand Galibier (tirets roses) ; ØSB = chevauchement des écailles subbriançonnaises (tirets bleus).
d.pA = décrochement du Pont de l'Alpes ; d.L = décrochement du Lautaret ; d.Li = décrochement de la Liche.
Dans les abrupts du Combeynot les gneiss sont surmontés par le granite car ils sont renversés en flanc inverse par une charnière anticlinale déversée vers le nord : celle-ci représente le crochon* du chevauchement du massif cristallin.


Le Lias calcaire affleure largement aux abords du col, en une bande est-ouest que dominent du côté sud les abrupts septentrionaux du massif du Combeynot. Ceci est dû à ce que l'on se trouve là en avant du front de chevauchement du cristallin de ce massif (qui s'est avancé vers le nord avant le dépôt du Nummulitique). Les couches du Nummulitique conservent leur azimut NW-SE et ne s'engagent pas sous ce chevauchement (qui s'est effectué avant leur dépôt) : elles recouvrent en discordance l'extrémité orientale de la surface de chevauchement (elles la "cachètent").


Voir l'aperçu général sur la bordure orientale du Massif du Pelvoux
Pour plus de détails consulter la publication086


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille La Grave



Villar d'Arène

col du Lautaret

(Roche Colombe)
vallon d'Arsine

LOCALITÉS VOISINES

(Le Lauzet)

col d'Arsine

Petit Tabuc

(Monêtier)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16