Vallon du Grand Tabuc, Croix de Cibouit

rive droite de la Guisane au niveau du Monêtier

Le vallon du Grand Tabuc comporte une partie tout-à-fait aval, où il traverse la marge occidentale du domaine briançonnais, et une partie tout-à-fait amont où il pénètre dans le socle cristallin du massif du Pelvoux. Entre les deux, c'est-à-dire dans la partie de son cours orientée NE-SW, il donne une coupe de l'enveloppe sédimentaire de ce massif, en commençant par celle de l'extrémité méridionale du bloc du Combeynot, qui tapisse, en rive gauche, les pentes de Sainte-Marguerite (où la voûte du cristallin du bloc du Combeynot s'enfonce vers le sud).

image sensible au survol et au clic

Le Monêtier-les-Bains, la rive gauche et le débouché du vallon du Grand Tabuc vus de l'est, depuis les pentes de Puy Jaumard.
ØSB = chevauchement "pennique frontal", surface de charriage le long de laquelle l'autochtone (en arrière) s'enfonce sous les nappes d'origine "interne"* (en avant) ; ces dernières commençent par des unités sub-briançonnaises, surtout formées de calcaires du Jurassique moyen (jm) et de calcschistes du Crétacé supérieur (cs).
ØG = chevauchement des Grangettes ; f.RD = faille du Riou de Dormillouse ; f.PT = faille du Petit Tabuc


Les terrains sédimentaires autochtones sont surtout développés en rive droite, où la succession nummulitique autochtone forme les abrupts de la Croix-de-Cibouit. Le Nummulitique y repose sur des couches jurassiques, qui affleurent dans le bas versant de cette montagne, par l'intermédiaire d'un chapelet d'amandes de roches cristallines (dont la taille va de la dizaine à plusieurs centaines de mètres de long).

image sensible au survol et au clic

La rive droite (méridionale) du ravin du Grand Tabuc vue du nord-ouest, depuis le ravin méridional des Prés-les-Fonts (env. 2600, pentes des Têtes de Sainte-Marguerite).
Deux points d'interrogation indiquent les points où l'absence d'affleurements laisse en suspens des problèmes d'interprétation : dans le bas du vallon de Montagnolle le prolongement vers le NE de l'écaille des Grangettes (ØG) et plus haut les rapports entre le chevauchement de Montagnolle (ØM) et le chapelet des lames de cristallin de la Croix de Cibouit.


Cette disposition avait été interprétée, jusqu'en 1978, comme due au chevauchement d'une "écaille" de cristallin (garnie de sa couverture) sur le Jurassique, à la façon des imbrications que l'on observe immédiatement plus à l'ouest, dans le secteur de l'Eychauda. L'étude des affleurements et celle du contexte environnant (Rocher de l'Yret notamment) ont conduit à conclure que les blocs cristallins jalonnant le contact du Nummulitique sur le Jurassique étaient des olistolites, mis en palce à la suite de l'érosion anté- et syn-nummulitique, qui a ici dénudé irrégulièrement le socle cristallin.

Vue détaillée du chapelet d'olistolites de la Croix-de-Cibouit
du nord-ouest, depuis le ravin des Prés-les-Fonts.
Malgré l'interruption des affleurements par des couloirs d'éboulis on voit la forme amygdalaire et l'imbrication des lames de cristallin dans le complexe schisteux basal du Nummulitique (voir schéma ci-dessous pour plus de commentaires).


figure agrandissable
Croquis résumant les résultats de l'observation sur le terrain des affleurements du cliché précédent
(extrait de la thèse de A. Lami,1988, légèrement retouché, d'après J.C.Barféty, pour le faciès attribué ici aux Terres Noires)
Les lettres cerclées attirent l'attention sur les points suivants :
B = terminaison en biseau de bancs de grès du flysch, qui s'effilent latéralement dans les marnes tertiaires (ce qui dénote une zone de sur épaississement des dépôts à matériel argilo-calcaire, sans doute d'origine locale) ;
C = paléopente enduite de calcaires nummulitiques amincis ; D = alignement de blocs de dolomie triasiques dans les Terres Noires ;
E = vire de schistes à nodules bruns, interstratifiés de lambeaux effilés de cristallin, de calcaires liasiques et de dolomie triasique.


Cette interprétation est cohérente avec celle qui voit, dans les imbrications socle - couverture du secteur de l'Eychauda (écailles de Montagnole et des Grangettes), des structures anté-nummulitiques, cachetées, du côté nord-oriental, par les couches nummulitiques, entre le Rocher de l'Yret et le bois des Sagnières (rive gauche du Tabuc). Elle a été reprise (avec des nuances et des aménagements de détail) dans une étude plus récente [thèse de A.Lami (1988)].
Elle n'a pas été retenue sur la carte géologique Briançon qui considére que le chevauchement de l'écaille de Montagnole se prolonge sous les lames de cristallin de la Croix de Cibouit et jusque dans le bois des Sagnières. Cette carte n'indique toutefois pas comment ce chevauchement y fait place à un contact purement stratigraphique du Nummulitique (prolongeant celui de la Croix de Cibouit) sur le socle cristallin, non affecté d'écaillages, du massif du Combeynot : une telle disposition implique nécessairement l'antériorité du chevauchement par rapport à la transgression nummulitique. Ce dernier point est d'ailleurs en accord avec les sens de mouvements - vers le NW (et non vers le SW)- indiqués par les figures d'entrainement observables dans les abrupts sud du Rocher de l'Yret, au lac de l'Eychauda et au Dôme du Monêtier.

À la lumière de ce que l'on sait désormais sur les déformations alpines tertiaires à l'interface socle - couverture sur la marge nord du massif du Pelvoux, d'une part et, d'autre part, sur la déformation de la couverture nummulitique à sa marge sud-est, dans les vallées du Fournel et de Dormillouse, il semble qu'une interprétation intermédiaire puisse être envisagée.
L'auteur de ce site considère toujours que l'écaille de Montagnole est bien cachetée par le Nummulitique et que les lames de cristallin de l'Yret et de Cibouit résultent bien d'un remaniement sédimentaire de son matériel, lors de la transgression nummulitique. Mais il incline désormais à penser que la mise en chapelet des lames de cristallin qui séparent le soubassement jurassique et la couverture nummulitique de cette écaille résulte, pour partie, d'un étirement lié au cisaillement généralisé vers l'ouest qui s'est exercé tangentiellement à l'interface socle-couverture lors des mouvements post-nummulitiques. À l'inverse des conceptions antérieures il voit là une déformation diffuse, sans véritable surface de discontinuité tectonique, qui n'est aucunement assimilable à une imbrication par écailles chevauchantes.


La partie supérieure du cours du Grand Tabuc prend une orientation presque W-E et les abrupts de sa rive droite fournissent alors une splendide coupe naturelle du chevauchement de l''écaille des Grangettes. Le tracé du vallon ne s'écarte alors qu'assez peu de celui d'une cassure qui est bien visible dans la partie amont de ces abrupts, la faille du Riou de Dormillouse : on peut donc penser que c'est cette cassure qui a originellement déterminé le changement de direction du thalweg dans cette partie supérieure de son cours.

Cette faille NE-SW, fortement pentée vers le SE et dont le compartiment méridional est abaissé de plusieurs centaines de mètres, vient ici rencontrer le prolongement méridional de la faille du Petit Tabuc, sans que l'on puisse déterminer leurs rapports avec certitude (en raisons du colmatage de Quaternaire qui occupe le fond de vallon). Une hypothèse serait que cette dernière se poursuive par le col des Grangettes, et au-delà par la faille du lac de l'Eychauda, car la surface de chevauchement de l'écaille des Grangettes est décalée verticalement de plus de 100 m à l'aplomb de ce col (bosse de Roche Peyron). Mais le rejet de cette faille (abaissement de son compartiment oriental) est à l'opposé de celui (surhaussement du compartiment oriental) de la faille du Petit Tabuc, de sorte qu'il est peu probable que ces deux cassures se prolongent réellement l'une l'autre ...



Panorama du fond du vallon du Grand Tabuc vu d'aval, depuis les environs de la cote 1900 ; dessins de Maurice Gidon, in Paul Gidon, 1954 (retouchés).
ØG = chevauchement des Grangettes ; f.E = faille du lac de l'Eychauda (?) ; f.RD = faille du Riou de Dormillouse.
js = marnes du Jurassique supérieur (Terres Noires) ; jmi = calcaires marbreux du Jurassique inférieur - moyen.


 

compléments cartographiques à la page Monêtier


Voir l'aperçu général sur la bordure orientale du Massif du Pelvoux
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuilles Saint-Christophe en Oisans et Briançon.
Pour plus de détails consulter la publication086 et la thèse de A.Lami (1988)



vallon d'Arsine

T. de Ste Marguerite

(Le Lauzet)
Agneaux

LOCALITÉS VOISINES

(le Monêtier)

Eychauda

Rocher de l'Yret

(Cucumelle)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16