La Plagne
le haut versant de rive gauche de l'Isère, entre Aime et Landry

La station de la Plagne a été implantée dans les hauts vallons tributaires du torrent de l'Arc, lequel se jette dans l'Isère aux abords de Mâcot et se ramifie vers le haut en une patte d'oie dans les alpages en pente douce dominant les pentes boisées plus raides. Ce changement de paysage correspond à un chevauchement de nature des roches.
En effet aux alentours de l'agglomération principale (La Plagne, 1975 m) on voit de façon très claire que les terrains les plus élevés du soubassement siliceux de la zone houillère briançonnaise (quartzites werféniens) sont recouverts, pratiquement à plat (selon une surface peu inclinée vers l'ouest), par des cargneules et des gypses, épais de plus de 500 m, que l'on rapporte à la nappe des gypses au même titre que ceux qui affleurent plus au sud, dans la même situation, à la Dent du Villard ou au Petit Mont Blanc.

image sensible au survol et au clic

Les pentes septentrionales de la station de la La Plagne, vues du nord, depuis les alpages du Mont Rosset (rive droite de la vallée de l'Isère).
ØsL = surface basale de la nappe des schistes lustrés ; ØG = chevauchement de la nappe des gypses ; c.Ch = cicatrice de Champagny - Chavière.
hrP = conglomérats permo-houillers ("assise de Courchevel").

Dans les pentes occidentales de la station (Roc du Bécoin) ces gypses s'engagent latéralement entre leur soubassement tectonique briançonnais et la klippe des schistes lustrés du Jovet, qui les recouvre plus à l'ouest dans tout le massif du Mont Jovet ; de ce fait ils semblent constituer un coussinet tectonique sur lequel se seraient avancés ces schistes lustrés, d'origine évidemment très exotique.

Le matériel gypseux se développe ici largement et forme même la crête de la grande Rochette et de la Grande Forcle, qui domine la station principale. Il confère à ces pentes un relief très accidenté dans le détail, fait de ravines et criblé d'entonnoirs de dissolution.


Les pentes septentrionales de la Grande Rochette et l'agglomération de Plagne-Village, vues depuis le sommet de la Grande Rochette.
Versant entièrement formé de gypses, dont les buttes sont criblées d'entonnoirs de dissolution.


Dans le versant sud de la crête de la Grande Rochette ces gypses hébergent en outre des cargneules qui ont la particularité de percer verticalement la masse gypseuse (dont elles ont été dégagées par l'érosion).


Pitons de cargneule en forme de chandelles, émergeant des gypses du versant sud de la la Grande Rochette (cliché original obligeamment communiqué par M. Daniel Fournier).


image sensible au survol et au clic

Le revers des crêtes dominant La Plagne (= extrémité orientale du chaînon du Mont-Jovet), vu de l'est, depuis la Roche de la Tome (abords méridionaux de la Pointe de Mio).
fE.Ch= faille orientale de la cicatrice de Champagny ; a.Ar = anticlinal des Arpettes (l'échine 2349 en représente seulement le flanc oriental, sub-vertical) ; s.Bl = synclinal des Blanchets : la bande de cargneules de la Rossa (sur laquelle est installée la remontée mécanique) en occupe le cœur. Ces plis d'ampleur hectométrique, d'axe presque N-S, affectent la retombée occidentale du bloc de socle de la Vanoise nord-orientale. Bien que d'importance mineure, ils se suivent en marge orientale de la cicatrice de Champagny, parallélement à cette dernière, sur une dizaine de kilomètres, jusqu'à l'extrémité septentrionale de la Montagne des Arpettes (voir la page "Montchavin").


Du côté oriental la station de ski de La Plagne communique, dans le secteur des Arpettes, avec le haut des pistes de celle de Montchavin (secteur du Carroley : voir la page "Montchavin").

image sensible au survol et au clic

d'après une image extraite de "google-earth"
Les montagnes des environs de La Plagne, vue d'ensemble, du nord (selon un point de vue plongeant, de type aéronautique).
n.SL = nappe des schistes lustrés (klippe du Mont Jovet) ; n.G = "nappe des gypses" ; a.Vor = anticlinal bordier occidental de la Vanoise nord-orientale (= "anticlinal de la Pontille" à Champagny) ; tQ = quartzites triasiques de la base de la couverture mésozoïque de la zone houillère.
En rouge la faille orientale de la cicatrice de Chavière - Champagny.


Les gypses, ici enlevés par l'érosion y cèdent la place à leur semelle de cargneules, particulièrement épaisse comme dans le revers sud de la Grande Rochette (voir cliché précédent).

Du point de vue tectonique ce secteur correspond au passage d'un important accident, la cicatrice de Champagny, qui représente la frontière entre la Vanoise nord-occidentale et la Vanoise nord-orientale. Au sud de la Belle Plagne, au col de la Grande Forcle, il fait se juxtaposer, de part et d'autre d'une cassure verticale, les gypses de la crête de la Grande Forcle, à l'ouest, et les quartzites du Roc du Diable, à l'est ; plus au nord il traverse les alpages de l'Arpette à flanc, en délimitant de la même manière les cargneules de La Plagne par rapport aux terrains permo-werféniens de la crête du Carroley, qui appartiennent à la Vanoise nord-orientale.

On trouvera des développement complémentaires sur la cicatrice de Champagny aux pages "Montchavin" et "Champagny".

image sensible au survol et au clic

Les alpages des Arpettes et la station orientale de La Plagne, vus du SW depuis le sommet de la Grande Rochette.
ØG = surface de chevauchement de la nappe des gypses (il décrit un "V" topographique à la traversée de la vallée du Ruisseau de l'Arc) ; c.Ch = cicatrice de Champagny - Chavière (faille orientale).
s.B = synclinal du lac des Blanchets (sur le versant opposé de la crête il passe au sommet du Dos Rond) ; a.A = anticlinal des Arpettes.


Dans la partie supérieure (orientale) des alpages de l'Arpette ces terrains décrivent deux replis mineurs, connus également sur le versant de Champagny, le synclinal du lac des Blanchets et l'anticlinal des Arpettes. Leurs axes, N-S, sont parallèles au tracé de la cicatrice de Champagny ; ils traduisent apparemment un froncement, en bordure de cette cicatrice, du flanc ouest du vaste anticlinal bordier occidental de la Vanoise nord-orientale (voir la page "Champagny")



Carte géologique simplifiée des abords de La Plagne

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud


Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges
 Carte géologique simplifiée de la Moyenne Tarentaise, aux abords d'Aime
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
carte cliquer sur les imagettes Légende


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Moûtiers.
aperçu général sur la Vanoise
(Roche à Thomas)
(Aime NE ; Vulmix)
(Bourg Saint-Maurice)
(Villette)
LOCALITÉS VOISINES

Montchavin

Mont Jovet
Champagny ; Chiaupe
Bellecôte
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.
accueil section Vanoise
début de la page
sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/11/16