Pont-en-Royans

Débouché aval des gorges de la Bourne

La localité de Pont-en-Royans se situe là où le cours de la Bourne s'échappe du Vercors pour rejoindre la plaine de l'Isère, plus précisément son diverticule oriental à cette latitude qui est la dépression du Royans. Celle-ci appartient au bassin molassique miocène péri-alpin* dont elle représente le synclinal le plus oriental.
image sensible au survol et au clic
Le Vercors occidental à la latitude de Pont en Royans, vu du SW d'avion.
a.N = anticlinal du Nant ; f.P = faille de Presles ; s.P = synclinal de Presles ; a.C = anticlinal des Coulmes.

L'agglomération s'étage sur les pentes des terrains secondaires du flanc est de ce synclinal, en rive droite du débouché aval d'une cluse* spectaculaire par laquelle la rivière tranche l'Urgonien du flanc nord de l'anticlinal du Nant, qui est le pli le plus occidental du Vercors. Ses dalles urgoniennes très redressées tombent en rive gauche de la cluse (en ébauchant d'ailleurs vers le haut une voussure anticlinale) .

image sensible au survol et au clic

L'agglomération de Pont-en-Royans vue de l'ouest, depuis la bifurcation des routes D.518 et D.531.
f.V = faille de Villeneuve ; a.G = anticlinal des Garides

En rive droite les pentes portant l'agglomération sont quant à elles formées par les couches plus récentes, sénoniennes et même éocènes, du flanc de ce pli : ces dernières ont d'ailleurs donné lieu à des exploitations de sables réfractaires encore visibles aussi en rive gauche de la rivière.


Les faubourgs méridionaux de Pont-en-Royans vus du sud-ouest, depuis la route de Sainte Eulalie (rive gauche de la Bourne).
observer l'ancienne carrière dans les sables réfractaires blancs.
f.V = faille de Villeneuve .

Curieusement la coupe naturelle de la cluse en amont du village n'y est pas orientée E-W, perpendiculairement aux couches, mais en grande partie NE-SW. Pourtant cela lui confère un tracé local en baionnette dont aucune donnée géologique n'explique la raison.

image sensible au survol et au clic

Les abords de Pont-en-Royans vus du sud, depuis la fermeture aval de la reculée de Combe Laval ("col Gaudissart", route D76).
s.R = synclinal du Royans ; a.G = anticlinal des Garides ; f.pR = faille du Pont Rouillard (elle passe sur le revers est de la crête des Garides et est recoupée plus au nord par la route qui mène de Saint-André, par le bas de la combe de Vialonge, au col de Toutes Aures) ; f.V = faille de Villeneuve

L'entaille du cours de la Bourne y met en évidence à cette occasion la charnière du bel anticlinal des Garides, mais ce pli ne représente sans doute qu'un repli du flanc ouest de l'anticlinal du Nant.

Il est en effet douteux, pour plusieurs raisons, que la charnière de l'anticlinal des Garides puisse représenter le prolongement vers le sud de celle de l'anticlinal du Nant.
Une première raison est qu'elle est beaucoup plus fermée que celle, très ouverte, de l'anticlinal du Nant telle qu'on la connait longuement plus au nord.
D'autre part l'axe de ce pli des Garides est sensiblement oblique à celui plus N-S de l'anticlinal du Nant.
Enfin cet axe est sensiblement parallèle au tracé des failles du Pont Rouillard, qui passent à l'entrée amont de la cluse de la Bourne.
Cela porte à penser qu'il s'agit d'un accident associé à leur jeu ; toutefois il ne saurait être un crochon associé au rejet vertical de ces failles car ce dernier a pour sens un soulèvement (et non un affaissement) de leur lèvre orientale.


La cluse de la Bourne
, en amont de l'agglomération vue du sud-ouest, depuis le hameau de Villeneuve
Noter la dysharmonie* de plissement entre l'Urgonien de la voûte de l'anticlinal des Garides qui dessine un seul pli ample et les petits bancs de son coeur qui décrivent plusieurs ondulations secondaires (ces dernières couches anciennement rapportées au Barrémien inférieur sont plutôt d'âge Hauterivien terminal).

D'autre part le flanc ouest de ce pli est accidenté d'une cassure à rejet compressif mais presque orthogonale aux couches, la faille de Villeuve. Elle s'apparente, par cette géométrie, avec celle du col de la Croix qui naît plus au sud à la latitude de Saint-Jean, et correspondre comme elle à une faille anté-Miocène extensive, basculée par le plissement.
image sensible au survol et au clic

L'agglomération de Pont-en-Royans vue du sud-ouest, depuis la route de Sainte Eulalie
La bande de sables siliceux éocènes du flanc est du synclinal du Royans passe à Pont-en-Royans même. Ces sables y ont été exploités comme matériaux réfractaires (carrières blanches, visibles en rive gauche et en rive droite de la Bourne).
La succession des couches est perturbée par la faille de Villeneuve (f.V). C'est une faille pentée vers l'est et presque orthogonale auc couches, qui fait avancer les dalles urgoniennes des pentes supérieures en chevauchement sur les termes plus récents de la série stratigraphique qui affleurent plus bas dans le versant.

 


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Coupe de la Bourne aval (par H. Arnaud)
(couleurs comme sur la carte d'ensemble du Vercors)


 


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Romans


Carte géologique très simplifiée des gorges de la Bourne et de la Vernaison
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs


Bas Royans nord

Saint-Pierre de Chérennes

Coulmes
Saint-Nazaire en Royans LOCALITÉS VOISINES Choranche

Monts du Matin

Royans sud-est

Vernaison aval
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Vercors

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 22/07/18