vallon d'Anterne, crête des Frêtes

la haute dépression du revers oriental du massif de Platé

Le large vallon suspendu d'Anterne, qui héberge le lac de ce nom, s'étend sur 3 kilomètres de long au pied des abrupts aussi continus qu'imposants de la longue branche N-S de la crête des Rochers des Fiz (qui culmine à la Tête à l'Âne). Cette zone de relief plus mou, ouverte dans les couches du Jurassique supérieur à moyen, ouvre un assez large passage entre le massif de Platé et celui du Haut Giffre (dont le premier sommet est Le Buet).

Il s'agit en effet d'une combe monoclinale, ouverte dans les Terres Noires et dans les couches marneuses de la base du Crétacé, qui représente en définitive ici l'équivalent du sillon subalpin des massifs plus méridionaux. Toutes ses couches sont pentées vers l'ouest, en tant que flanc oriental du synclinal de Platé, et elle est accidentée par un petit crêt de Tithonique anormalement discret derrière lequel est retenu le Lac d'Anterne.

image sensible au survol et au clic

La falaise de la branche N-S des rochers de Fiz
, vue de l'est depuis la crête des Frêtes (cliché original obligeamment communiqué par M. Michel Delamette)
ØMd = chevauchement de Moëde (sa surface de chevauchement plonge sous le lac en direction de l'observateur) ; f.L = faille du Lac d'Anterne (décrochement dextre ?).
s.P
= flanc sud-oriental du synclinal de Platé : la très ample ouverture de sa charnière est accrue par le fait que son axe, NE-SW, est oblique en angle aigu par rapport à la falaise ; toutes les couches du fond du vallon et de son versant oriental pendent vers l'arrière-plan(vers le NW) parce qu'elles font partie du flanc oriental de cette grande ondulation.
Voir en page "Fiz" le commentaire sur les détails structuraux de la falaise crétacée.


La combe d'Anterne est limitée du côté oriental par le crêt émoussé des Frêtes de Villy et de Moëde. Ce dernier tombe au nord sur le cirque des Fonds (drainé en direction du Giffre) et au sud sur le vallon des sources de la Diosaz (drainé en direction de l'Arve). L'un et l'autre de ces deux vallons entament profondément la succession des couches, jusqu'à atteindre celles du Trias (et même le socle cristallin pour celui de la Diosaz).

Du côté ouest de la Crête des Frêtes le versant s'apparente à une dalle structurale, à ceci près qu'il est traversé par le chevauchement le plus élevé de ceux qui y affectent la succession jurassique (voir ci-après l'analyse du versant est).

image sensible au survol et au clic

Le vallon d'Anterne
, vu du nord-ouest depuis la Pointe de Sales.
Les Terres Noires et les couches du Bajocien qui s'élèvent jusqu'à former la crête des Frêtes, se révèlent être redoublées par un système de chevauchements dont les surfaces plongent vers l'ouest (c'est-à-dire qu'elles s'enfoncent de l'arrière vers l'avant).
ØFo = chevauchement des Fonds ; ØA = chevauchement d'Anterne ; ØCh = chevauchement du col de la Chaux ; ØMd = chevauchement de Moëde ; s.tM = synclinal de la Tête de Moëde.
Ces accident sont recoupés par des cassures W-E (à jeu modeste de décrochement dextre) : f.tV = faille de la Tête de Villy ; f.L = faille du Lac d'Anterne ; f.tM = faille de la Tête de Moëde.

Le versant oriental de la crête des Frêtes (c'est-à-dire celui du "regard" de son crêt), est orienté NE-SW, donc selon un azimut qui est seulement un peu plus N-S que les axes des plis et les azimuts des surface de chevauchement (il faut donc garder à l'esprit qu'il doit les recouper par un biseau aigu, ce qui ne facilite pas l'analyse). La carte géologique y représente un versant entièrement liasique parcouru par d'étroites lanières de Bajocien : un tel dessin porte à interpréter ces dernières comme des synclinaux couchés très aplatis.

La cartographie par analyse photo-géologique a permis ici aussi de repérer le niveau marneux de l'Aalénien - Toarcien. Cela conduit à une conclusion assez différente, qui est celle d'imbrications isoclinales par le jeu de plusieurs surfaces de chevauchement.

image sensible au survol et au clic
La rive gauche du vallon des sources de la Diosaz (alpages de Villy), vue de l'est depuis l'Aiguille de Bérard (cliché original obligeamment communiqué par M. M. Petetin).
ØMd = chevauchement de Moëde ; ØCh = chevauchement du col de la Chaux (prolongement vraisemblable du précédent, décalé par la faille "f.Ch") ; ØA(?) = chevauchement d'Anterne "naissant", se branchant sous le chevauchement de Moëde ; ØS (en orangé) = surface de charriage de la couverture subalpine.
Cassures W-E sub-verticales: f.tV = faille de la Tête de Villy ; f.L = faille du Lac d'Anterne ; f.tM = faille de la Tête de Moëde ; f.Ch = faille (supposée) du vallon des Chaux ; f.cC = faille du Col des Chaux.
"s.pa" = surface de la pénéplaine anté-triasique ; "M" = calcaires clairs massifs (jurassique supérieur ) recouvrant les dolomies triasiques ; "Lc" = "Lias calcaire" hettangien-carixien ; "Aa" = "Lias schisteux" aalénien-toarcien.


L'extrémité méridionale de la combe d'Anterne correspond à la crête W-E qui porte le Col d'Anterne, au sud de laquelle la succession stratigraphique est tranchée orthogonalement, sur toute sa hauteur, par la profonde vallée du cours inférieur de la Diosaz (voir la page "Fiz"). Le sentier qui monte par ce versant atteint le col en franchissant le ressaut de la barre calcaires bajocienne.


Le promontoire sud-oriental des Rochers des Fiz vu de l'est, depuis la Tête de Moëde.
La pente douce qui descend vers l'ouest, depuis la Tête de Moëde jusqu'au col d'Anterne, est une dalle structurale de Bajocien appartenant au flanc oriental du synclinal de Platé.

Du côté oriental du col cette crête, très émoussée, s'élève jusqu'à la Tête de Moëde sur les couches du dos de la barre du Bajocien, en dominant les pentes méridionales que traverse le sentier qui s'élève du sud depuis le refuge du col (au fond du vallon de Moëde). Elles donnent une coupe totale de la succession stratigraphique jurassique jusqu'à son chevauchement basal (dit "de la nappe de Morcles") et montrent que cette dernière y est affectée par un redoublement dû au chevauchement de Moëde. Toutefois cet accident ne se poursuit pas, dans ce versant, à l'ouest du Col d'Anterne : en effet il s'élève vers l'ouest, en sectionnant la succession en biseau, jusqu'à franchir la crête quelques dizaines de mètres seulement à l'ouest du col d'Anterne.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud du Col d'Anterne, vu du SW depuis l'altitude de 1940 sur le sentier montant par Ayères.
s.tM = synclinal de la Tête de Moëde ; ØMd = chevauchement de Moëde ; ØS = surface de chevauchement de la couverture subalpine
L'avancée de l'épaulement rocheux soutenant le point coté 2338 cache le col d'Anterne et masque ainsi le chevauchement du Bajocien sur le Tithonique, qui coupe la crête juste à l'ouest du col.


Le lac d'Anterne situé à mi-distance de la longueur de la combe, est sans aucun doute d'origine glaciaire ; il correspond plus précisément à un lac de verrou* retenu derrière la barre des calcaires tithoniques. Sa cuvette correspond à un net élargissement des affleurements de Terres Noires, dont la limite dessine un net rentrant vers l'est jusqu'au pied des pentes des Frêtes de Moëde. Le fait que ces couches s'engagent sous les calcaires liasiques pentés vers le lac, qui constituent la partie basse de ces pentes, montre que les Terres Noires en sont séparées par une surface de contact tectonique qui coupe les couches en oblique selon un angle aigu.

Cette dernière est celle du chevauchement de Moëde, que l'on peut pratiquement observer d'ailleurs dans le soubassement des buttes 2131 au nord du Lac et 2191 au sud (la charnière du crochon frontal de ce chevauchement est visible dans la coupe naturelle du versant nord de cette dernière butte). Cette surface de chevauchement est très faiblement pentée vers l'est et se suit vers le sud dans le fond du vallon jusqu'à franchir la crête du col d'Anterne quelques dizaines de mètres à l'ouest du passage du sentier.

image sensible au survol et au clic

Le Lac d'Anterne vu du sud (de la butte 2191 au nord du col)
Le lac, dont le fond est constitué par les marnes des Terres Noires, est retenu derrière un verrou glaciaire armé par la barre tithonique (mais des fuites se manifestent à ce niveau, du fait de la fissuration de ces couches calcaires). Du côté sud le lac tend à se combler par l'avancée des cônes de déjections alimentés par les petits ravins qui descendent en entaillant les dalles structurales de Lias- supérieur - Bajocien qui forment les pentes orientales.
ØMd = chevauchement de Moëde ; f.L = faille du Lac (le compartiment arrière est relativement décalé vers la droite, ce qui correspond à un rejet dextre).

Du côté nord du Lac n'affleurent que des Terres Noires, jusque sous la butte 2281 où l'on retrouve le contact chevauchant du Lias sur les Terres Noires : ce décalage est dû au passage d'une cassure verticale pratiquement W-E, la faille du Lac d'Anterne : le sens de décalage des couches et du chevauchement qu'elle tranche indique qu'elle a dû jouer en décrochement dextre.

 Le fait que la surface de ce chevauchement (qui coupe les couches à angle aigu) soit très peu inclinée s'accorde avec celui que toutes les couches du secteur "plongent" vers l'ouest : ceci implique que cet accident avait fonctionné avant la formation de l'ondulation synclinale de Platé puis a été basculé dans cette direction, avec les couches qu'il affecte, lors de cette dernière étape. En fait cette disposition basculée de l'édifice tectonique se poursuit de façon systématique, plus au nord-est, dans tout le versant occidental du chaînon du Buet (voir la coupe synthétique du haut Giffre septentrional).


image sensible au survol et au clic

La crête des Frêtes
vue depuis le Col d'Anterne.
Cette vue complète la précédente en montrant la partie supérieure du revers du crêt des Frêtes et le fait que ses couches ont un pendage conforme à la pente du versant (tellement qu'un placage de Terres Noires garnit la pente supérieure juste en contrebas de la crête elle-même).
f.L = faille du Lac d'Anterne

Du côté septentrional la Combe d'Anterne est brutalement coupée, sous le Collet d'Anterne, par les escarpements de la rive gauche du Giffre des Fonds (voir la page "Sixt").

 


Versant occidental de la crête des Fiz.
Versant méridional de la crête des Fiz.
Aperçu général sur le massif de Sixt.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Cluses

.
Carte géologique très simplifiée de l'extrémité sud-ouest du Haut Giffre
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074.


Flaine

Commune

Buet
Sales

LOCALITÉS VOISINES

(Belvédère)

Fiz Servoz

(Prarion)

(Diosaz)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section CHABLAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 19/03/18