chaînon du Piolit

l'extrémité occidentale des crêtes de l'Embrunais (au sud du vallon de Rouanne).

Le chaînon du Piolit est le plus occidental de tous ceux de l'Embrunais (avec celui, plus septentrional, des Autanes dont il est séparé par le vallon de Rouanne). Ses crêtes sont presque uniquement formées par des couches, principalement argilo-calcaires, d'âge jurassique et crétacé, que leur succession conduit à rattacher originellement à la zone subbriançonnaise sous le nom d'unité de Piolit.

image sensible au survol et au clic

Les pentes sud-occidentales de la montagne du Piolit, vue du sud d'avion, depuis l'aplomb de Montgardin.
ØE = surface de chevauchement basale des nappes de l'Embrunais ; n.A = nappe de l'Autapie ; SBi = unité subbriançonnaise basale (flysch noir prédominant) : surface de chevauchement en bleu pâle ; u.Pi = unité subbriançonnaise de Piolit : surface de chevauchement en bleu sombre ; ØBr = surface de chevauchement des unités briançonnaises.
f.BN = prolongement septentrional de la faille de la Bâtie-Neuve.
Au dessus des Clots les replats boisés du Forest du Suret (terminus de la route forestière) correspondent à un important tassement de versant : celui-ci a pour effet de masquer passagèrement - entre l'aplomb des Clots et le ravin du Dévezet - la bande d'affleurements de l'unité subbriançonnaise basale, sous les paquets tassés provenant de l'unité du Piolit.


Cette unité est séparée de l'autochtone dauphinois, qui forme les basses pentes du chaînon sur le versant du sillon de Gap, par un coussin de flysch à Helminthoïdes appartenant à la nappe de l'Autapie. Mais cet élément intercalaire se biseaute vers l'est sous les unités subbriançonnaises ; on pense qu'il a été mis en place lors d'une phase précoce de charriage puis qu'il a été ensuite refoulée vers l'ouest, lors de la mise en place ultérieure des unités qui le recouvrent (lesquelles étaient elles mêmes entraînées sous la nappe du Parpaillon).

image sensible au survol et au clic

La terminaison occidentale du chaînon du Piolit, vue du nord, depuis la Petite Autane (cliché original obligeamment communiqué par M. B. Genre). (voir la suite vers la gauche au cliché suivant).
ØPi = surface de chevauchement de l'unité du Piolit ; SBi = unité subbriançonnaise inférieure ; n.A = nappe de l'Autapie ; f.Bn = faille de la Bâtie-Neuve ; a.A = anticlinal de l'Arche ; s.M = synclinal des Mortes


La succession de l'unité du Piolit, plutôt épaisse, a dû se déposer dans un sillon subsident au Jurassique supérieur et au Crétacé ; cela se manifeste par
- la présence de Terres Noires (à vrai dire peu épaisses) sous les calcaires tithoniques,
- le développement des calcschistes du crétacé inférieur et par la présence presque continue d'un niveau de schistes argilitiques noirs rapportés à l'Aptien supérieur - Cénomanien.
Un trait particulier notable est la présence de conglomérats et de grès épais de plus de 100 m à la base des calcaires plaquetés du Crétacé supérieur - Paléocène.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional du chaînon du Piolit, vu du nord, depuis la Petite Autane (cliché original obligeamment communiqué par M. B. Genre).
(suite vers la gauche du cliché précédent)
n.P = nappe du Parpauillon (klippe* de la Pourachière) ; a.P = anticlinorium* couché du Piolit ; a.A = anticlinal couché de l'Arche ; a.Rb = anticlinal de Rouanne Basse : son axe est incliné vers l'observateur, comme l'ensemble des couches de ce versant, de sorte que sa voûte de calcaires du Malm est largement dégagée dans le vallon de Courou ; mais ce n'est qu'autour du Serre La Grange et dans le cirque de la Haute Selle que le ravin la perce jusqu'à y atteindre les Terres Noires.
csb = conglomérats, grès et calcaires de la base du crétacé supérieur ; noter que l'incurvation d'aspect synforme des limites des couches sur l'éperon nord de l'Aiguille ne correspond à aucun pli : ce n'est qu'une sorte de "V topographique" lié au fait que les couches pendent vers l'observateur.


Dans le fond du vallon de Rouanne, les couches inférieures de la succession (Jurassique supérieur et moyen) percent au cœur de deux plis plus amples à voûte arrondie, l'anticlinal de Rouanne basse et, plus en amont, celui des sources de la Rouanne.

image sensible au survol et au clic

La pyramide sommitale de la montagne du Piolit vue d'avion, du sud, depuis l'aplomb des pentes au nord de Chorges.
C'est en repérant les bandes de schistes noirs du Crétacé moyen (cm) que l'on arrive à distinguer les plis couchés qui sont empilés dans cette montagne.
Les affleurements de Crétacé supérieur (cs) visibles sur ce cliché sont formés seulement par les calcaires à niveaux gréseux et à passées brèchiques du Sénonien inférieur.


Plus haut, notamment aux alentours même de la pyramide sommitale, les couches du Jurassique supérieur et surtout du Crétacé sont par contre froissées en accordéon par des replis multiples à plan axial presque horizontal qui s'organisent en un véritable anticlinorium* couché déversé vers l'ouest. Dans le versant méridional de la montagne cela donne l'aspect d'une simple pile de couches sub-horizontales, n'était-ce que l'on y voit se répéter plusieurs bandes de schistes noirs, rapportables au Crétacé moyen ou aux Terres Noires, selon le cas, et plusieurs barres calcaires du Tithonique.

Cette dysharmonie* de plissement semble avoir été permise par un décollemement de la succession au niveau des Terres Noires ; en effet on trouve ces dernières au coeur des anticlinaux couchés et elles sont souvent minces ou absentes, probablement par laminage tectonique, sur les flancs du Jurassique moyen des cœurs anticlinaux.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional du chaînon du Piolit et la partie amont du vallon de Rouanne, vus du nord-est depuis le col de Rouannette.
n.P = nappe du Parpaillon (klippe* de la Pourrachière ; u.Pi = unité subbriançonnaise de Piolit ; SBi = unité subbriançonnaise basale ; f.Bn = faille de la Bâtie Neuve ; n.A = nappe de l'Autapie.
(commentaires complémentaires à la page "Haute Rouanne")



consulter l'aperçu structural général sur les montagnes de l'Embrunais

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Chorges et Orcières.

Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Petite Autane

Grande Autane
Haute Rouanne
(Ancelle)

LOCALITÉS VOISINES
Parias-Pousterle

(La Bâtie-Neuve)

(Chorges)
Savines
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section EMNRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16