Petite Autane, Saint-Léger-les-Mélèzes

entre Pont-du Fossé (Bas Champoléon) et Ancelle (Gapençais nord-oriental)

La Petite Autane est le sommet le plus occidental de la longue crête, orientée est-ouest, qui sépare le vallon de Rouanne de la vallée du Drac au niveau de Pont-du-Fossé. Ce chaînon se termine entre les villages de Saint-Léger-les-Mélèzes du côté nord (Drac) et d'Ancelle du côté sud-ouest. Comme, plus au sud, son jumeau le chaînon du Piolit celui des Autanes constitue un promontoire occidental du système des nappes de l'Embrunais au nord de la Durance. Mais, à la différence de ce qui a lieu sur le versant durancien ce matériel charrié ne repose pas directement sur les Terres Noires du Jurassique supérieur. Ici ces dernières (qui sont bien mises à nu par la vallée du Drac en Champsaur) ont conservé l'épaisse couverture constituée par la formation nummulitique des Grès du Champsaur.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive gauche du Champsaur en aval de Pont du Fossé, vus du NW d'avion, depuis l'aplomb du village de Chabottes (cliché original obligeamment communiqué par Mr. G. Beaudoin).
n.P = nappe de flysch à Helminthoïdes du Parpaillon ; SB = écailles subbriançonnaises ; f.pF = faille de Pont du Fossé (en grande partie masquée derrière la crête de la moraine du 1° stade de retrait de Würm).


L'éperon occidental de la crête des Autanes, qui tombe sur le village d'Ancelle est celui qui montre de la façon la plus claire l'empilement d'unités tectoniques qui constitue cette montagne.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité occidentale du chaînon des Autanes vue de l'ouest depuis le sommet du Puy de Manse (cliché original aimablement communiqué par Bernard Genre)
n.P = nappe de flysch à Helminthoïdes du Parpaillon ; SB = écailles subbriançonnaises ; n.A = nappe de flysch à Helminthoïdes de l'Autapie ; ØE = surface de charriage basale des nappes de l'Embrunais ; f.pF = faille de Pont du Fossé.
W1
= crête de la moraine du 1° stade de retrait de Würm.
pour plus d'explications sur le quaternaire de la partie inférieure du cliché se reporter à la page "Ancelle"


De haut en bas :

La pyramide sommitale est constituée par du flysch à Helminthoïdes qui appartient à la nappe du Parpaillon : c'est l'affleurement le plus nord-occidental des couches de cette nappe. Sous ce chapeau le reste de la montagne montre la superposition de trois unités charriées, qui sont de haut en bas :
- l'unité subbriançonnaise du Piolit, où prédominent les calcaires du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur ;
- l'unité subbriançonnaise basale, où les lentilles (surtout formées de Crétacé supérieur) sont emballées dans du flysch noir ;
- l'unité du Flysch de l'Autapie, formée de flysch à Helminthoïdes qui se dissocie au sein de la formation olistolitique du Nummulitique terminal.

Le tout repose sur le Nummulitique autochtone, qui affleure encore dans ses pentes tout-à-fait inférieures, de part et d'autre du débouché du vallon de Rouanne mais dont l'épaisseur se réduit rapidement au sud d'Ancelle (voir la page "Ancelle").

image sensible au survol et au clic

La Petite Autane et le vallon aval de Rouanne, : détails vus du sud, depuis le sommet de L'Arche. (cliché original aimablement communiqué par Bernard Genre).
mW1 = moraine du maximum de Würm abandonnée par le glacier local descendant du vallon de Rouanne (partie rive droite de son vallum frontal).
ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais, ici déformée par les intrications de la nappe de l'Autapie (n.A) avec la formation olistolitique du sommet du Nummulitique autochtone (le détail des multiples lames imbriquées n'a pas été représenté) ; sBi = unité subbriançonnaise basale ; u.Pi = unité de Piolit (Terres Noires à Crétacé supérieur : voir la page "Piolit") ; n.P = nappe du Parpaillon.


Le versant sud de la crête est le moins garni de végétation, raison pour laquelle c'est là où l'on peut le mieux détailler la constitution de ces unités (bien quelle y soit illisible sur les larges portions de ce versant qui sont affectées par de puissants glissements de terrains).

La nappe du Parpaillon est, comme d'habitude, affectée de grands plis couchés : ils sont repérables à l'est du sommet par les bandes de schistes noirs de base du flysch, qui affleurent dans les cœurs aplatis des anticlinaux.

L'unité de Piolit est affectée de redoublements des divers termes de sa succession, qui résultent de chevauchements internes et/ou de plis couchés secondaires. Sur le versant de la Rouanne elle a été affectée, au quaternaire, par plusieurs tassements en masse dont l'un a évolué dans sa partie haute (en amont de Jévaudan) en éboulement disloqué et, dans sa partie basse (Les Mias), en une coulée boueuse dont la loupe frontale repousse vers le sud le lit du torrent.
Le mélange de flysch noir et de calcschistes néo-crétacés de l'unité subbriançonnaise basale est fort mal visible sur la rive droite de la Rouanne car ses affleurements y ont été balayés par ces glissements de terrain ; il affleure mieux en rive gauche, en aval (à l'ouest) du ravin des Traverses (voir à la page "Piolit").

La nappe de l'Autapie s'intrique ici de façon complexe avec le matériel de la formation olistolitique du Nummulitique autochtone sous-jacent, des lames de l'un s'intercalant dans l'autre. Les lames de flysch à Helminthoïdes de l'Autapie se raréfient au sein de la formation olistolitique sur le versant nord de la montagne au contraire les lames de flysch noir et de Jurassique se raréfient vers le sud. Ces conditions de gisement sont sans doute l'effet d'une mise en place "tectono-sédimentaire" au cours de laquelle le matériel de la nappe s'est avancé en repoussant divers copeaux arrachés à l'autochtone ou glissés depuis son front et en les incorporant aux sédiments nummulitiques en cours de dépôt.

Le versant nord-ouest de la montagne domine la vallée du Drac depuis Pont-du-Fossé jusqu'à Saint-Léger-les-Mélèzes. Il montre plus largement le soubassement autochtone sous l'empilement des unités charriées. Toutefois la coupe qu'il donne est assez largement masquée par le couvert forestier propre à ces pentes d'ubac et porte en outre, à mi hauteur sous le sommet, d'assez larges placages d'alluvions quaternaires ainsi que des zones de terrains glissés.

image sensible au survol et au clic

Le versant nord-occidental de la Petite Autane, vu du SW depuis les environs du village de Manse.
f.pF = faille de Pont-du-Fossé ; f.G = faille du Gariveau ; ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais ; n.A = nappe de l'Autapie (s'effilant au sein de la formation olistolitique) ; sBi = unité subbriançonnaise basale ; u.Pi = unité de Piolit ; n.P = nappe du Parpaillon.


Entre Pont-du-Fossé et le sommet de la Petite Autane la pile des unités charriées est tranchée, presque perpendiculairement au versant, par une faille (en grande partie masquée) qui suit à peu près le tracé du vallon de Gariveau. Cette faille du Gariveau a pour effet de surélever sa lèvre orientale d'environ 400 m, de telle sorte que la surface basale des nappes de l'Embrunais est reportée en altitude jusqu'au niveau de la crête ouest du vallon de Combeau.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du Drac, immédiatement en amont de Pont-du-Fossé, vue du nord depuis Saint-Nicolas.
ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais ; sBi = unité subbriançonnaise basale (flysch noir emballant des lames de calcschistes du Crétacé supérieur) ; u.Pi = unité de Piolit (Terres Noires à Crétacé supérieur : voir la page "Piolit") ; n.P = nappe du Parpaillon ; f.Ga = faille du Gariveau.


Il s'avère d'autre part que le tracé du pied du versant de la montagne, qui s'écarte progressivement ici de celui du lit du Drac, a dû être dirigé par le tracé du prolongement sud-occidental de la grande faille de Pont-du-Fossé (alors que, en amont de cette localité, le lit du Drac suit son tracé : voir la page "Pont-du-Fossé"). Cette cassure, qui se dédouble en 2 branches parallèles sur la transversale même de Pont-du-Fossé, est orientée NE-SW ; sa lèvre occidentale est surélevée, portant à l'affleurement Terres Noires et Bajocien, ce qui réduit beaucoup la largeur d'affleurement des grès d'Annot, abaissés, du pied de de sa lèvre orientale (compte tenu du pendage général des couches vers le NE cela correspond sans doute à un décrochement dextre).

image sensible au survol et au clic

Le versant nord de la Petite Autane, vu depuis Saint-Jean, en rive droite du Drac (cliché original obligeamment communiqué par Mr. R. Papet).
f.pF = faille de Pont-du-Fossé (partagée du côté NE en deux branches parallèles : "a" et "b") ; f.G = faille du Gariveau ; ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais ; sBi = unité subbriançonnaise basale (flysch noir emballant des lames de calcschistes du Crétacé supérieur) ; u.Pi = unité de Piolit (Terres Noires à Crétacé supérieur : voir la page "Piolit") : ici trois écailles superposées ; n.P = nappe du Parpaillon.


Au delà, la faille de Pont-du-Fossé doit longer d'assez près le pied des escarpements inférieurs de la Petite Autane pour passer entre ceux-ci et les affleurements de Terres Noires de Saint-Léger-les-Mélèzes. Mais, plus loin dans cette direction, l'importance de la couverture quaternaire ne permet que des conjectures quant à son prolongement en Gapençais : sa direction suggère qu'elle passe entre le Puy de Manse et la montagne de Chatégré, sensiblement au village de La Rochette (voir la page "Col de Manse") mais elle ne peut se poursuivre au delà, entre Gap et Rambaud car la faille des Fauvins, qui passe là a un rejet cartographique au contraire sénestre.

consulter l'aperçu structural général sur les montagnes de l'Embrunais

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Orcières et Chorges.

Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


(Chaillol station 1600)

(Pont du Fossé)
Orcières
(Chabottes)

LOCALITÉS VOISINES
Grande Autane

(Ancelle)

Piolit
Haute Rouanne
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section EMBRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16