Terres Blanches

les vallons des sources du Drac Noir, à l'est de Prapic

Le Drac Noir draine les eaux d'une dépression largement ouverte dans le versant nord du Mourre Froid et reçoit symétriquement celles du versant sud de la crête des Lauzes Rousses (extrémité orientale du chaînon du Pinier). Il les réunit, juste en amont du Saut du Laire, en un cours unique qui descend vers le NW pour rejoindre le village de Prapic (il y reçoit en rive droite le torrent de Blaisil, provenant du nord, avant de se prolonger vers l'ouest par la vallée d'Orcières).

image sensible au survol et au clic

Le débouché ouest de la dépression des sources du Drac Noir, vu du NW, depuis le sommet Drouvet.
ØE = surface basale du chevauchement des nappes de l'Embrunais ; n.P = nappe du Parpaillon ; Nol = formation olistolitique de la fin de la sédimentation nummulitique ("Ncs" = calcschistes à Nummulites).
a.R = anticlinal couché du Rabious ; f.Pa = faille extensive du Paravar (voir la page "Estaris") ; a.Pr = anticlinal de Prapic.


Du côté oriental cette dépression est limitée par la crête des Rougnous qui constitue au nord du Mourre Froid la ligne de partage des eaux Drac / Durance ; elle se poursuit du côté septentrional jusqu'au col des Terres Blanches, qui permet de passer de la vallée du Drac Noir à celle de Dourmillouse.

  image sensible au survol et au clic

La dépression des sources du Drac Noir, vue du nord depuis la crête des Lauzes Rousses (cliché original obligeamment communiqué par Mr. D. Cayron).
ØP = surface de chevauchement de la nappe du Parpaillon ; ØE = surface basale des nappes de l'Embrunais (sBi = unité subbriançonnaise inférieure) ; f.L = prolongement probable de la faille du Laus (voir la page "Mourre Froid"), se prolongeant peut-être, elle-même, par la faille de Pellegrine, en rive droite du Drac ; f.Ca = faille de La Cabane (prolongement éventuel d'une branche orientale de la faille du Laus).

La partie septentrionale de cette dépression s'allonge, en amont du Saut du Laire, selon un azimut NE SW en suivant grossièrement le pied ouest de la crête des Rougnous. Le cours du torrent de La Bruyère, qui la draine depuis le col des Terres Blanches, suit grossièrement la limite entre la couverture autochtone du massif du Pelvoux et les nappes de l'Embrunais (ce tracé représente en fait celui de la marge occidentale du lobe cartographique dessiné par l'extension de ces nappes).

image sensible au survol et au clic

Les pentes septentrionales de la dépression des sources du Drac Noir, vues du sud depuis le Serre des Sagnes (cliché original obligeamment communiqué par Mr. B.Genre).
ØC = chevauchement de Chabrière (au sein de l'autochtone) ; ØE = surface de chevauchement des nappes de l'Embrunais (ici flysch à Helminthoïdes de la nappe de l'Autapie, avec une semelle de calcschistes néocrétacés) ; ØP = surface de chevauchement de la nappe du Parpaillon.
f.Cab, f.Ca = faille de la Cabane et sa satellite : elles constutuent peut-être le prolongement d'une branche orientale de la faille du Laus (voir le cliché précédent et la page"Mourre Froid" ).
Nol = olistostrome de la fin de la sédimentation nummulitique (flysch noir emballant des lentilles de calcschistes néocrétacés) ; il repose sur un niveau de calcschistes à Nummulites (notés "Ncs") représentant sans doute une écaille tectonique (sa surface de base est tracée en tirets jaune-kaki).

Entre l'autochtone et la nappe du Parpaillon s'intercale un coussin de flysch noir discontinu, épais en moyenne de quelques dizaines de mètres, provenant du domaine subbriançonnais. En effet il emballe des lambeaux tectoniques de terrains jurassiques, crétacés et même nummulitiques de type subbriançonnais et (plus rarement) briançonnais. Cependant la manière dont il repose sur les grès du Champsaur au nord du col (voir la page "Dourmillouse)" porte à le considérer comme appartenant la formation olistolitique qui s'est mise en place à la fin de la sédimentation nummulitique.

1- Le col des Terres Blanches est ouvert dans ce flysch noir ; il supporte ici le bloc-klippe* particulièrement volumineux du Roc Blanc, qui est formé de calcaires dolomitiques du Trias moyen briançonnais. Ce flysch noir inclut en outre, ici, des copeaux tectoniques de Jurassique supérieur, de Crétacé inférieur et de Nummulitique et même une assez grosse lentille de gypses triasiques. C'est certainement à ce dernier affleurement, de teinte blanche, que le col doit son nom.

image sensible au survol et au clic

Le col des Terres Blanches, vu de l'ouest (cliché original obligeamment communiqué par Mr. B. Genre)
n.P
= nappe du Parpaillon (flysch à Helminthoïdes) ; Br = bloc-klippe de matériel briançonnais ; SB = zone subbriançonnaise (flysch noir emballant des lames de Jurassique supérieur ("js"), de Crétacé inférieur ("ci") et de Nummulitique calcaire ("Nc") ; "fHA" = flysch à Helminthoïdes de la nappe de l'Autapie.
L'alignement N-S (= gauche-droite), bien visible, des affleurements se manifeste au niveau des copeaux de gypse par une succession d'entonnoirs de dissolution* : il jalonne, au sein de la zone subbriançonnaise, un chevauchement secondaire qui imbrique les lames tectoniques du soubassement du Roc Blanc sur le flysch noir qui affleure à l'ouest du col.


2- À l'ouest du col des Terres Blanches les pentes des Lauzes Rousses, qui s'élèvent à l'ouest du col en direction du sommet du Tuba, sont formées par une lame de flysch à Helminthoïdes, rapportée à la nappe de l'Autapie, qui bute vers l'est contre le flysch noir du col (elle en est séparée par un accident qui s'inscrit dans le prolongement de la faille du Laus. Cette écaille repose, selon les points, sur divers niveaux des grès du Champsaur autochtones ou de leur formation olistolitique terminale.
Des lambeaux disjoints par l'érosion de cette lame tectonique affleurent également dans le versant sud du Tuba ; le plus volumineux forme la petite klippe* rocheuse de Chapeau Rouge , en forme de gâteau isolé reposant sur une lame de calcschistes néocrétacés.

image sensible au survol et au clic

Les abords du col des Terres Blanches, vus du S-SE, depuis l'aplomb de la Tête de Soleil-Boeuf (en rive droite du Rabious).
ØE = surface de chevauchement basale des nappes de l'Embrunais ; n.A = nappe de l'Autapie ("cs" = calcschistes néocrétacé-éocènes associés à cette nappe) ; Br = bloc-klippe de matériel briançonnais.
(Voir la page "Vautisse" pour les commentaires relatifs à la moitié inférieure de ce cliché)

3- Au sud du col les pentes des Rougnous, en rive gauche du vallon de la Bruyère, et, plus au sud, celles du replat que soutient la Barre de la Cabane sont formées, jusqu'au Mourre Froid inclus, par le flysch à Helminthoïdes de la nappe du Parpaillon. Bien que cela ne soit guère apparent il s'avère que ses couches sont affectées là par le grand anticlinal couché du Rabious (voir la page "Vautisse"). En effet la charnière de la tête de ce pli est crevée, au NW du col de Tourettes et son cœur, constitué par les schistes versicolores du col de Vars de la succession charriée affleure au creux du replat des Sagnes, qu'il détermine.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du col des Tourettes, vu du NW depuis l'altitude de 2350 sur le sentier des Terres Blanches (cliché original obligeamment communiqué par Mr. B. Genre) .
L'axe du pli (anguleux), N160, est presque tangent à la pente du versant.


On observe en fait ce pli plus clairement sur le versant opposé de la crête, qui tombe sur le vallon de Rabious (voir aussi la page "Vautisse").

image sensible au survol et au clic  
Le versant oriental de la crête de partage des eaux Drac - Durance, vu du SE d'avion.
a.R = anticlinal du Rabious : son axe rentre vers la droite à angle aigu dans le versant ; les grès ("fHg") ressortent en boutonnière sur le versant Drac.
"snV" = schistes noirs du col de Vars (formation basale de la nappe du flysch à helminthoïdes).

La partie méridionale de la dépression de source du Drac est fermée par la crête qui court du SE vers le NW depuis le Mourre Froid jusqu'au Garabrut ferme le vallon de sources du Drac Noir (voir à son sujet la page "Mourre Froid"). Elle est constituée exclusivement par le flysch à Helminthoïdes calcaire de la nappe du Parpaillon.

image sensible au survol et au clic

Le cours supérieur du Drac Noir en amont d'Orcières, vu du nord depuis la Roche Rousse du vallon Diolion (cliché original obligeamment communiqué par Mr. R. Papet).
n.P = nappe du Parpaillon ; sBi = unité subbriançonnaise inférieure (flysch noir emballant des copeaux de jurassique et de crétacé) : vers la droite sa surface basale (en bleu) est masquée derrière le piton 2349 puis le plateau de Basset ; f.Pa = faille (secondaire) NW-SE du Paravar (compartiment droit abaissé) ; Nol = formation olistolitique de la fin de la sédimentation nummulitique ; Ncs = niveau de calcschistes à Nummulites au sommet des grès du Champsaur (il représente sans doute une écaille tectonique à la base de la formation olistolitique).

Mais au delà de l'arête est de la Pointe de Reyna le soubassement autochtone de ce flysch affleure en formant, en rive gauche du Drac Noir, tout le soubassement escarpé du talus d'alpages de Basset. Ce talus se prolonge au revers ouest du Serre de Jean Reymond (2349), par le Plateau de Basset. Il laisse voir sous les éboulis des affleurements discontinus du Jurassique et du Crétacé qui sont emballés dans le flysch noir de l'unité subbriançonnaise inférieure, sous le chevauchement des nappe de l'Embrunais ; cette unité se prolonge vers l'ouest en rive gauche du Drac, sous les abrupts du Garabrut (voir la page "Archinard").

voir l'aperçu général sur le Champoléon


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Orcières et Chorges.

Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

Pinier ; Prapic

(vallon de Dourmillouse)

(Gaulent)
Orcières

LOCALITÉS VOISINES

Couleau ; Vautisse

Garabrut ; Archinard

Mourre Froid

Mont Guillaume
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Embrunais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/06/17