La Bagnaz, crêtes du Dzonfié et du col de la Légette

alpages du haut vallon du Nant Agot

Les pentes escarpées et boisées qui tombent sur la vallée de l'Isère à la transversale de Villette sont sculptées dans les formations en prédominance calcaires de l'unité de Moûtiers. En amont du hameau de La Combe, dans la vallée du Nant Agot et de l'éperon rocheux de la Roche de Janatan qui la sépare de celle plus septentrionale du torrent de Tessens les pentes s'adoucissent et le versant s'ouvre en se partageant de part et d'autre du col de la Légette en une multitude de petits vallons qui drainent au sud les alpages de La Bagnaz et au nord ceux du Boulissoir.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite de l'Isère au nord et à l'ouest de Villette vues du sud-est depuis le sommet du Mont Jovet
u.UD = unités à affinités ultradauphinoises ; ØM (en jaune kaki) = chevauchement de l'unité de Moûtiers (front de la nappe Valaisane) ; f.Js = faille supérieure de Janatan ; f.Ji = faille inférieure de Janatan ; d.rT (en rose) = décrochement de la Roche-à-Thomas ; f.Ct = faille de Centron.

La partie la plus déprimée de ces alpages, qui passe au col de la Légette, correspond au passage d'une large bande N-S de gypses, qui souligne assez clairement le tracé de la surface de chevauchement de l'unité de Moûtiers.

image sensible au survol et au clic

Les alpages de la Bagnaz vus du sud-ouest depuis le point coté 2332 entre Croix de la Bagnaz et Grand Quermoz.
d.rT = décrochement de la Roche à Thomas (selon l'interprétation inédite de M.Gidon) ; s.cB = synclinal de Combe Bénite ; u.M = unité de Moûtiers (ØM = sa surface de chevauchement) ; u.Q = unité du Quermoz ; u.B = unité de la Bagnaz (sa surface de chevauchement est tracée en vert vif) ; u.cA = unité du Cormet d'Arêches.

Ce vallonnement est bordé du côté occidental par une bande de calcschistes à lits de brèches qui est considérée comme le prolongement nord, très rétréci, de l'unité du Quermoz. Au delà, du côté nord-ouest, ces alpages sont limités par la crête Croix de la Bagnaz - Pointe du Dzonfié (partie médiane du chaînon du Crêt du Rey - Quermoz) qui correspond à la ligne de partage des eaux entre la partie septentrionale du vallon de Naves (qui s'ouvre sur la basse Tarentaise), à l'ouest, de la moyenne Tarentaise, à l'est.

Dans le détail le versant oriental de cette crête est formé par des bandes alternées de dolomies triasiques et de calcaires liasiques qui correspondent à un système complexe de plis serrés représentant l'unité de la Bagnaz. Si c'est aussi cette unité qui forme passagèrement la crête aux abords de la Croix de la Bagnaz, par contre la plus grande partie de la ligne faitière elle-même appartient, au nord comme plus au sud de ce point, à l'unité du Cormet d'Arêches. Cette dernière y est bien caractérisée par ses schistes verts et violacés du Permien ("schistes de La Bagnaz").

image sensible au survol et au clic

Les crêtes dominant les alpages de la Bagnaz, vues du sud-ouest depuis le point coté 2332 entre Croix de la Bagnaz et Grand Quermoz (le Dzonfié pointe son sommet en arrière de la crête de la Bagnaz).

Ces couches constituent notamment le sommet du Dzonfié, où l'on peut en outre observer que ces schistes sont en partie repris, à l'état de blocs décimétriques à pluri-métriques, interstratifiés dans des calcaires marbreux d'âge probablement jurassique.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale de la crête de la Croix de la Bagnaz
vue de l'est, depuis le point coté 2346 (épaulement oriental du Dzonfié).

Dans le vallon du Boulissoir, c'est-à-dire du côté nord oriental de la crête Dzonfié - Janatan on observe la même imbrication d'unités que sur le versant de la Bagnaz. Mais la coupe naturelle de la rive droite de la vallée du Nant de Tessens est beaucoup plus favorable à l'observation de la géométrie structurale car l'érosion y est plus profonde.

image sensible au survol et au clic

La crête de rive droite du haut vallon du Nant de Tessens vue du nord-est, depuis le sommet de la Pointe de Combe Bénite
f.jb = faille supérieure de Janatan ; d.rT = décrochement de la Roche à Thomas ; u.M = unité de Moûtiers (ØM = sa surface de chevauchement) ; u.Q = unité du Quermoz ; u.B = unité de la Bagnaz ; u.cA = unité du Cormet d'Arêches.
Noter le synclinal à flancs parallèles (sans doute un ancien pli couché) dont le plan axial, sub-vertical, est tordu en rétro-déversement vers la gauche (vers l'est).

On y voit en particulier que les plis et les surfaces de chevauchement se rebroussent, de bas en haut, vers l'est. Ce mouvement tardif de "rétrodéversement" est même beaucoup plus visible que les structures antérieures qu'il affecte. L'origine plus précise et la signification de cette disposition remarquable restent toutefois mal élucidées.


voir l'aperçu général sur le Beaufortain oriental

Carte géologique simplifiée des abords du Crêt du Rey
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074.


plus à l'est :

carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Bourg-Saint-Maurice.

Grand Mont

Riondet ; Grande Combe

Crêt du Rey
Roc Marchand LOCALITÉS VOISINES Roche à Thomas

Naves

Le Quermoz

Villette ; Janatan
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 1/06/19