Combe Bénite, Roche à Thomas

Beaufortain oriental, entre le torrent du Cormet d'Arèches et le Nant de Tessens

La crête de Combe Bénite se détache vers le sud-est, depuis le chaînon du Crêt du Rey, en séparant les vallées du torrent du Cormet d'Arèches et du Nant de Tessens. Elle aboutit au piton rocheux de la Roche à Thomas, dont le versant sud-est tombe assez brutalement sur la vallée de l'Isère à la hauteur d'Aime. Cette crête est sculptée essentiellement dans le flysch de Tarentaise de l'unité de Moûtiers.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-occidental de la montagne de Combe Bénite (rive gauche du Nant de Tessens) vu du sud-ouest, depuis le sommet du Dzonfié.
s.cR = synclinal du Crêt du Rey ; s.cB = synclinal de Combe Bénite.
Le vallon du ruisseau des Douves suit le flanc ouest du synclinal de Combe Bénite en inscrivant son lit dans les couches basales du flysch de Tarentaise. Les lames rocheuses qui le surplombent en rive droite sont formées par les conglomérats basaux de ce flanc du pli, redressés à la verticale. Une cassure injectée de cargneules les sépare du flanc oriental du synclinal du Crêt du Rey


Les couches du flysch de Tarentaise et ses conglomérats basaux y sont ployées par un ample synclinal de la Combe Bénite, pli qui se suit d'ailleurs assez loin plus au sud, et affectés en outre de multiples replis mineurs au cœur desquels affleure même les couches du Jurassique moyen qui forment leur subtratum normal.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la crête de la Roche à Thomas vu du nord-est, depuis les chalets de Mont Rosset.
f.Ch = faille des Chapieux (limite entre l'unité de Moûtiers u.M et celle du Roignais u.R) ; d.rT = décrochement de la Roche à Thomas ; s.cB = synclinal de Combe Bénite
Dans la face nord de la Roche à Thomas les replis qui affectent les conglomérats basaux du flysch sont tranchés presque transversalement par le décrochement dextre et juxtaposés à l'amas de gypses de la rive septentrionale du Nant de Gargas.


La pyramide sommitale de la Roche à Thomas elle-même est presque entièrement constituée par la formation conglomératique basale du flysch de Tarentaise, qui y est fortement replissée (on y constate même des renversements de la succession des couches).
Mais ces plis ne prolongent pas ceux de la crête de combe Bénite : ils en sont séparés par une cassure oblique à la crête, qui se poursuit dans le versant ouest de la montagne en déterminant le verrou derrière lequel est retenu le Lac du Guio.


Le versant ouest du sommet de la Roche à Thomas vu de l'ouest, depuis l'extrémité sud de l'épaule 2410 de la Pointe de Combe Bénite
L'épaisseur apparente des conglomérats basaux de la formation du flysch de Tarentaise est accrue par leur reploiement en plis presque droits (le caractère massif, mal lité des conglomérats rend ces plis peu visibles).
d.rT = décrochement de la Roche à Thomas.


C'est apparemment cette cassure qui biseaute l'extrémité nord-orientale de la lame de calcaires liasiques de la Roche de Janatan dans les pentes de rive gauche du torrent de Tessens(voir la page "Villette"). En définitive cet accident, orienté NE-SW et de pendage subvertical, semble bien avoir un rejet coulissant dextre, de sorte que l'on peut le désigner comme le décrochement de la Roche à Thomas.

La Roche à Thomas vue du nord-ouest, d'avion
L'éclairage, encore matinal, souligne l'abrupt de faille par son ombre.
 

 

Le décrochement de la Roche à Thomas semble même être une cassure assez importante. En effet les données de la cartographie (voir la carte) portent à en poursuivre le tracé vers le SW, en passant en bordure nord-ouest de la barre liasique de la Roche de Janatan, jusqu'au col nord du Quermoz et, au delà, dans les pentes du versant de Naves.
En sens opposé (vers le NE) il semble aussi se prolonger selon un tracé passant par Pra Pinet, le long duquel on observe un assez flagrant décalage des entités structurales successives dans le sens dextre, et au delà jusqu'au front de la zone houillère briançonnaise en rive gauche de la vallée de l'Ormente (voir la page "Mont Rosset").
Ce décrochement montre en outre une parenté avec la faille de la moyenne Tarentaise : il a le même sens de rejet, même si ce dernier est plus minime, et leurs azimuts sont très proches. Son tracé semble même l'amener à se connecter à ce dernier à l'ouest de Bourg-Saint-Maurice, dans le secteur du vallon de l'Arbonne, de sorte que l'on serait tenté de considérer le décrochement de la Roche à Thomas comme une cassure secondaire induite par le jeu de la faille de la moyenne Tarentaise.

Sur la transversale de la Roche à Thomas le tracé de la limite entre l'unité de Moûtiers et celle du Roignais est difficile à localiser avec précision car ces deux unités de la zone valaisane ne se distinguent en réalité par aucune différence de constitution stratigraphique : l'on pourrait donc rattacher la Roche à Thomas aussi bien à l'une ou l'autre de ces deux unités.
Le tracé adopté par la carte géologique, qui passe dans le versant est de la Roche à Thomas, ne découle pas d'une évidence flagrante ; il n'est en fait justifié que par la présence d'une bande de cargneules qui aboutit aux chalets de Thiabord.
Immédiatement plus au sud la limite qu'on attribue à ces deux unités correspond à un alignement de grosses lentilles de gypses qui traverse le versant en oblique jusqu'à atteindre le lit de l'Isère à Centron.

Il est remarquable que ces amas gypseux sont discontinus et ne s'épanouissent que dans les entailles des vallons alors qu'ils s'étranglent au niveau des crêtes. Cette disposition s'accorde bien avec l'interprétation retenue dans ce site, selon laquelle il ne jalonnent pas un chevauchement mais une cassure très redressée représentant le prolongement le plus méridional de la faille des Chapieux. En fait ce sont plus probablement des cœurs d'anticlinaux (déversés plutôt vers l'est, d'ailleurs) recoupés par cette faille.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite de l'Isère aux abords de Villette vues du sud depuis Notre-Dame-du-Pré (rive gauche de l'Isère) [lacet 1670 de la route D.88]
u.M = unité de moûtiers ; ØJ = chevauchement du Roc de Janatan ; d.rT = décrochement de la Roche à Thomas ; fCh = faille des Chapieux ; u.R = unité du Roignais ; u.rE = unité du Roc de l'Enfer ; fmT = faille de la moyenne Tarentaise (en rouge) ; ØhB (en rose) : chevauchement de la zone houillère briançonnaise.
Les masses gypseuses sont indiquées par une surcharge rouge ; LC = calcaires massifs liasiques.


Les basses pentes de la Roche à Thomas, à partir de Granier et en contrebas, montrent, sous une couverture morainique très développée, de rares affleurements de houiller rattachés les uns à l'unité du Roc de l'Enfer, les autres (en amont d'Aime et en fond de vallée) à la zone houillère briançonnaise.


Carte géologique simplifiée du Beaufortain oriental, entre Cormet d'Arèches et Bourg-Saint-Maurice
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Bourg-Saint-Maurice.

Crêt du Rey

Cormet d'Arêches

Portette ; Mont Rosset
Bagnaz LOCALITÉS VOISINES Aime ; Vulmix

Quermoz

Villette ; Tessens

(La Plagne)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/11/16