Lac de Roselend, Rocher du Vent

alentours septentrionaux de la retenue de Roselend

Le lac de Roselend est une retenue entièrement artificielle qui s'étale latéralement à l'amont de son barrage en occupant les deux vallées anciennement confluentes du Doron (descendant du Cormet de Roselend) et du torrent de Treicol. Ce barrage s'appuie sur le splendide verrou* naturel de Méraillet, armé par le bloc de socle cristallin des Enclaves, qui se situe du point de vue géologique à la bordure orientale du rameau interne de Belledonne.

voir le contexte géologique à la page "Beaufortain occidental"

image sensible au survol et au clic

Le lac de retenue de Roselend, vu du sud-ouest depuis l'aplomb du Mont des Acrays.
aut. = couverture autochtone proprement dite des blocs de socle ; b.P = bloc de la Grande Pierrière (voir la page Girotte) ; cr = lame de roches cristallines de Roselette (base de l'unité de Roselend) ; u.R = unité de Roselend (Jurassique supérieur à Crétacé inférieur calcaréo-argileux) ; u.cG = "unité de la Crête des Gittes" (Jurassique moyen) ; ØuD = surface de chevauchement des unités à affinités ultradauphinoises (= principalement ici unité du Quermoz : u.Q) ; ØzV = surface de chevauchement des unités de la zone valaisane.


Le cours du Doron entaillait ce bloc de socle par les gorges de Méraillet, qui sont orientées perpendiculairement à la limite entre affleurements de socle et de couverture : ce parcours n'a donc pas été guidé par les directions structurales, et son tracé a par conséquent été surimposé* à partir de celui d'un cours d'eau très ancien (établi avant que le socle soit atteint par l'érosion).
La voûte du socle cristallin de ce bloc, que l'érosion glaciaire a dénudé au nord comme au niveau du barrage, s'enfonce vers le sud-est et disparaît sous sa couverture sédimentaire peu au sud du barrage, aux approches du col du Pré.

image sensible au survol et au clic

Le barrage et la partie nord-orientale de la retenue de Roselend. vus de l'ouest, d'avion.
La couverture autochtone "directe" (qui repose directement sur le socle cristallin) est séparée du reste de la zone dauphinoise par un chevauchement secondaire marqué par une lame de cristallin sur le versant du lac de la Gitte (extrémité gauche du cliché). Cet accident correspond à la base de l'Unité de Roselend (selon la définition adoptée dans ce site), qui appartient néanmoins encore à la zone dauphinoise (elle en a la succession stratigraphique).
cN = lame de calcaires nummulitiques, en position de coeur de synclinal couché, au sein de l'unité de Roselend.

En contrebas du verrou de Méraillet le cours du Doron se coude vers le NE pour suivre, jusqu'au village des Fontanus le tracé du fond de l'hémigraben du Sallestet, complètement vidé de son contenu sédimentaire à ce niveau. Puis il reprend un trajet E-W pour traverser orthogonalement le bloc d'Outray et rejoindre le bassin de Beaufort.

image sensible au survol et au clic

Le revers sud-est de la montagne d'Outray vu du sud, en arrière du lac de Roselend, depuis le vallon de Treicol
La vallée du Doron s'échappe vers la gauche (nord-ouest), en aval du barrage de Roselend, en tranchant successivement les deux blocs de socle cristallin d'Outray et des Enclaves.
Les pentes d'avant plan droit sont tapissées d'alluvions glaciaires qui masquent le Jurassique de la zone dauphinoise.

Au nord-est du verrou de Méraillet, la rive occidentale du lac de Roselend s'allonge presque parallèlement à la direction du contact des couches sédimentaires (masquées sous les eaux) sur le socle. Ceci est notamment dû à ce que le creusement* par les glaciers a été particulièrement intense à la limite même du massif cristallin, dont les premiers termes de la couverture sont constitués par les cargneules* et dolomies litées du Trias. C'est essentiellement la bande de ces derniers terrains qui plonge sous les eaux du lac au hameau des Lanches (la chapelle de Roselend est d'ailleurs construite en cargneules).

L'extrémité nord-orientale du lac est dominée par une barrière d'escarpements qui ont été créés par l'entaille cours tout-à-fait supérieur du Doron, entre le Roc du Biolley au sud et le Rocher du Vent au nord. Cet ensemble a été qualifié d'unité de Roselend, en considérant qu'il s'agit d'une unité "parautochtone", c'est-à-dire dont le matériel stratigraphique se rattache à la couverture "dauphinoise" des massifs cristallins externes mais qui est imbriquée sur cette dernière par des chevauchements.
Au dessus d'un talus de calcschistes argileux essentiellement rapportables aux Terres Noires ces abrupts sont zébrées de lignes de falaises parallèles : elles représentent autant de barres calcaires tithoniques, alternant avec des calcschistes plus ou moins argileux, les plus calcaires attribués au Crétacé inférieur ou à la base du Tithonique, les autres, plus argileux, représentant l'équivalent des Terres Noires.

image sensible au survol et au clic

Les falaises du versant occidental du Cormet de Roselend (versant sud de la Roche du Vent) vues du sud-ouest, depuis l'appui méridional du barrage de Roselend
ØR = chevauchement basal de l'unité de Roselend ; ØS = chevauchement des Sauces ; ØG = chevauchement de l'unité de la crête des Gittes.
Le dessin des charnières des plis couchés des abrupts supérieurs du Rocher du Vent est un peu hypothétique. En effet il implique l'âge Crétacé inférieur des deux bandes de calcschistes (notées ci?), alors que celles-ci sont rapportées au Callovien par la carte géologique. Mais l'interprétation proposée ici s'accorde assez bien avec le fait que de tels calcschistes affleurent largement plus au nord dans les Rochers de la Pennaz, où ils semblent occuper des replis synclinaux.


Quoi qu'il en soit des âges précis de ces couches, leur disposition résulte sans doute principalement d'un empilement de plis couchés aplatis (dont on n'observe toutefois les charnières que très localement). La présence, à mi-hauteur, d'une lame de calcaires qui a livré des nummulites suggère en outre que ce dispositif doit pouvoir être considéré comme un synclinorium aplati dont cette lame nummulitique représenterait le coeur synclinal (c'est d'ailleurs une telle disposition structurale qui se reconnaît clairement, toujours dans l'unité de Roselend mais sur une transversale beaucoup plus méridionale, au Roc Marchand).

image sensible au survol et au clic

La partie orientale de l'arête du Rocher du vent, vue du NW depuis la crête des Enclaves.
u.Ri = unité de Roselend supérieure (de la Pennaz) ; ØbP = chevauchement des bancs de la Pennaz ; f.cB = faille du col du Bonhomme (prolongement transformé en chevauchement ?) ; u.Rs = unité de Roselend supérieure (des Fours).
tnc = calcschistes à oolithes ferrugineuses attribués au Callovien (équivalent latéral des Terres Noires) ; ci = calcschistes de La Pennaz (attribués au Crétacé inférieur).


La structure révélée, au Rocher du Vent, par la coupe naturelle du Doron et par l'entaille du vallon de la Gittaz se poursuit vers le NE dans les pentes du versant nord du chaînon de rive gauche du vallon de la Gittaz, jusqu'aux Roches Merles, secteur où l'on peut analyser ses rapports avec celle de l'extrémité méridionale du massif du Mont Blanc.


La crête sommitale du Roc du Vent possède une particularité qui ajoute à son pittoresque (et qui en fait d'ailleurs un but d'excursion assez prisé) : en effet elle est dédoublée par une étroite gorge en trait de scie, limitée par des parois verticales. Il s'agit non pas d'un canyon creusé par un cours d'eau mais de la crevasse d'arrachement d'un paquet tassé.


La partie occidentale de la crevasse d'arrachement qui partage la crête sommitale du Rocher du Vent, vue d'enfilade depuis l'arête nord-est.
L'observateur a les pieds sur le compartiment resté en place, qui forme aussi l'arête rocheuse de droite, restée miraculeusement en place et en équilibre jusqu'à ce jour ....



On pourrait croire que c'est la lame rocheuse occidentale (à droite sur le cliché), qui culmine à 2329m et qui domine le versant du lac de la Gittaz, qui s'est détaché du reste de la montagne. Il n'en est rien, d'une part parce que le tracé d'ensemble de la crevasse est arqué avec une concavité vers le sud-est, d'autre part parce que c'est uniquement dans cette direction que la dalle tithonique pouvait glisser puisque c'était par là que l'entraînait le pendage des couches. En réalité le compartiment tassé est celui constitué par l'arête rocheuse principale (point coté 2360).


La crête sommitale du Rocher du Vent, vue du nord-est, depuis le sommet 2350
La crevasse de détachement du paquet glissé, en partie et inégalement colmatée par des éboulis, ceinture le sommet 2360 et est concave de son côté.


D'autre part son mouvement s'est arrêté après un déplacement d'à peine une cinquantaine de mètres (largeur de la crevasse) : ceci s'explique très vraisemblablement par le fait que l'extrémité inférieure de la dalle tithonique s'est alors éboulée, allégeant ainsi brutalement la traction du poids de cette masse rocheuse. Effectivement la crevasse d'arrachement de cet éboulement est encore très bien visible du côté sud-ouest de la dalle calcaire, ainsi que ses énormes blocs qui sont descendus vers le sud jusqu'au lit du Doron : ils ont d'ailleurs barré ce dernier en déterminant la formation du plan alluvial du Plan de la Lai.

image sensible au survol et au clic

Les pentes orientales de la crête de la Roche du Vent vues du sud, depuis la route D 217 (de Beaufort au Cormet) au refuge du Plan de la Lai.
tnc = calcschistes à oolithes ferrugineuses attribués au Callovien (équivalent latéral des Terres Noires) ; ci = calcschistes de La Pennaz (attribués au Crétacé inférieur).
Le replat alluvial du Plan de la Lai a été créé par l'éboulement visible au bord gauche du cliché qui est tombé du Rocher du Vent et a barré le lit du Doron. (commentaires complémentaires sur ce cliché de la page "Cormet de Roselend").
Concernant la limite entre unité de Roselend et unité de la crête des Gittes voir la page "Beaufortain oriental"



voir l'aperçu général sur le Beaufortain occidental
voir l'aperçu général sur le Beaufortain oriental
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Bourg-Saint-Maurice.

Carte géologique simplifiée du Beaufortain central, entre Beaufort et les Chapieux
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



Beaufort, Outray

Girotte Enclaves

vallon de la Gittaz
Arêches LOCALITÉS VOISINES Cormet de Roselend

vallon de Treicol

Pierra Menta

Grand Fond
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/04/17