Presset, Pierra Menta, Roc de Charbonnière

Crête de partage des eaux entre moyenne Tarentaise et Doron de Beaufort.

Le sommet monolitique de la Pierra Menta est devenu emblématique du massif du Beaufortain, au point que son nom a été donné à une course de ski-alpinisme se déroulant dans les environs d'Arêches. Il ne constitue pourtant que l'une des dents d'une longue arête rocheuse qui court depuis le Roc de la Charbonnière jusqu'à l'Aiguille du Grand Fond, en passant par le col du Bresson.

Cette crête est à peu près orientée selon l'axe d'allongement cartographique d'une bande NE-SW de terrains qui correspond à l'unité de Moutiers de la zone valaisane et dont le trait structural principale est d'être ployé par la large voûte de l'anticlinal de la Portette (voir la page "Portette").

image sensible au survol et au clic

Le lac de Presset et le versant sud-oriental de la crête de la Charbonnière vus du nord-est, depuis les pentes de la pointe de Presset au dessus du col du Grand Fond.
La crête de la Charbonnière constitue la ligne de partage des eaux entre le versant Tarentaise (à gauche) et le bassin du Doron (Beaufortain proprement dit). Elle est constituée par le flanc ouest de la voûte anticlinale de la Portette (a.P), qui affecte l'unité de Moutiers. Les couches argilo-calcaires du Jurassique moyen s'y amincissent fortement par rapport à l'Aiguille du Grand Fond et le coeur de quartzites permo-triasiques de son anticlinal est largement disséqué par l'érosion dans ses contreforts orientaux.
f.Ch = faille des Chapieux (= "chevauchement de l'unité du Roignais")


Son arête rocheuse est armée par les niveaux de cette unité tectonique qui sont les plus résistants à l'érosion : il s'avère que ce sont les conglomérats de la formation basale du flysch de Tarentaise, d'âge crétacé supérieur.


La Pierra Menta et le Roc de la Charbonnière (à sa gauche) vus du nord-est, depuis le lac de Presset.
La crête de partage des eaux entre Isère (versant gauche) et Doron de Beaufort est ici vue presque d'enfilade, à peu près selon l'azimut des strates. Les surfaces de couches, peu distinctes, sont inclinées à 40 - 50° vers la droite (nettement moins que les surfaces de clivage qui ont été utilisées par l'érosion).
Le refuge de Presset est construit sur un chapeau de moraine qui couronne le verrou rocheux de quartzites permo-triasiques qui retient le lac (ce relief, d'origine glaciaire, est dû à l'action d'un tout petit glacier qui descendait de la face sud de l'Aiguille de Presset).


Plus précisément c'est le gros banc, particulièrement massif, de la partie haute de cette formation conglomératique qui forme le fil de l'arête et, au passage, le sommet de la Pierra Menta lui-même (dont rien de particulier ne justifie a priori qu'il se détache plus que le reste de cette crête).

On trouvera un cliché montrant l'aspect de ces conglomérats à la page "Roches de la section Mont-Blanc"

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental de la Pierra Menta
vue du sud, depuis le col de la Charbonnière

Les couches plus élevées de la succession stratigraphique de ce flysch, gréso-argileuses, puis calcaires, forment le versant occidental du chaînon, qui est drainé par le vallon de Treicol.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de Treicol vu du nord, depuis l'Entrus (revers sud est du col du Pré)
Cette vue est orientée perpendiculairement aux bandes structurales, qui s'imbriquent les unes sur les autres, d'avant (unité de Roselend) en arrière (unité de Moûtiers). Elles n'affleurent que très mal en rive droite du torrent de Treicol, masquées sous une importante couverture de matériel morainique, elle-même affectée de glissements de terrain (au demeurant leur épaisseur s'y réduit par effilement et disparition successive, des plus basses aux plus élevées).
u.Q = unité du Quermoz (ses brèches du Jurassique moyen affleurent dans le vallon des Meudes) ; u.cA = unité du Cormet d'Arêches (représentée ici par une lamede Terres Noires et de calcaires du Lias).


La succession et la géométrie de ces couches est particulièrement observable aux abords du Lac d'Amour. Elles y prennent un pendage proche de la verticale, voire même renversé, car elles y sont affectées par la charnière, déversée vers l'ouest, du flanc occidental du la voûte anticlinale de la Portetta.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la Pierra Menta vu du sud-ouest, depuis le Mont Coin
Les conglomérats de la partie basse du flysch de l'unité valaisane de Moûtiers (flcg), qui forment la Pierra Menta, décrivent un anticlinal déversé vers l'ouest (a.P = charnière occidentale de l'anticlinal de la Portette) ; son coeur est occupé par les quartzites permo-triasiques que l'érosion met de nouveau au jour au nord du col du Bresson. cM = couches des Marmontains (schistes noirs à bancs de quartzites)
Les sommets de la Nova et du Roignais, visibles en arrière-plan, appartiennent à l'unité valaisane du Roignais, immédiatement plus interne.


image sensible au survol et au clic

La pyramide sommitale de la Pierra Menta vue du sud-ouest, depuis le Lac d'Amour
L'allure cubique du sommet est due à l'entrecroisement de clivages qui appartiennent à plusieurs familles :
s0 = surfaces de stratification. C'en est une qui est dégagée en dalle sommitale inclinée vers l'ouest. Dans l'éperon sud(de droite) elles se repèrent par les alignements de galets plus clairs dans le conglomérat. Dans la face ouest elles dessinent des stries inclinées vers la gauche en recoupant la surface verticale de la paroi (linéations* d'intersection s0/s1).
s1 = surfaces de schistosité, subverticales. Elles strient la dalle structurale sommitale en la recoupant et l'une d'entre elles a déterminé le débitage de la face ouest (ainsi que, en grande partie, de la face est). Elles sont plus visibles dans le socle occidental de la pyramide où l'on tendrait à les prendre pour de la stratification.
d1 et d2 sont des surfaces de diaclases conjuguées* (d2 semble avoir plus précisément déterminé le débitage des facettes nord et sud).

L'arête sud-ouest de la Pierra Menta
L'abrupt rocheux mesure environ 120 m de haut : l'échelle est donnée par les deux grimpeurs qui sont repérés par des flèches rouges sur le cliché de gauche (le grimpeur du bas est sur le point de déboucher sur la dalle terminale de l'épaule sud). L'agrandissement de droite permet de mesurer la taille de certains galets du conglomérat, qui se distinguent par leur teinte grise (on en a désigné deux par des flèches noires) : elle dépasse souvent 1 m de plus grande dimension.


Carte géologique simplifiée du Beaufortain oriental, entre Cormet d'Arèches et Bourg-Saint-Maurice
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


voir l'aperçu général sur le Beaufortain oriental
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Bourg-Saint-Maurice.

Roche Parstire

Lac de Roselend

Grand Fond
Cormet d'Arêches LOCALITÉS VOISINES Roignais

Crêt du Rey

Portette ; Mont Rosset

Aime NE ; Vulmix
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 13/05/17