Pointe de la Terrasse, Praina

la rive droite du cours aval de la vallée des Glaciers

En aval des Chapieux, jusqu'à son confluent avec l'Isère à Bourg-Saint-Maurice, le torrent des Glaciers traverse par un cours NW-SE les crêtes mitoyennes entre la moyenne Tarentaise et le Beaufortain le plus oriental. Elles sont constituées au NE par les pentes du Versoyen et du côté SW par le chaînon de la Pointe de la Terrasse, contrefort le plus oriental de celui du Roignais, qui s'abaisse jusqu'à l'agglomération de Bourg-Saint-Maurice. À l'occasion de ce trajet le torrent offre, par une entaille profonde, une coupe transversale des affleurements de la nappe des brèches de Tarentaise.

image sensible au survol et au clic

La vallée du torrent des Glaciers vue d'amont depuis les pentes dominant les Chapieux (le village est caché, à gauche, par le rebord d'avant-plan) .
a.B = anticlinal de Bonneval ; s.Tn = synforme de Terrassin ; a.Sa = anticlinal de Saint-Antoine ; f.Te = faille sub-verticale de La Terrasse ; ØV = chevauchement des Vararays ; a.Ob = antiforme de l'Observatoire ; f.Ch = faille des Chapieux.

Les deux versants de la vallée sont de relief assez dissemblables, avec seulement de raides pentes d'alpages coupées de barres en rive gauche et de puissantes falaises coupées de profondes ravines en rive droite. Cette différence est liée au plongement axial des axes de plis vers le SW quiles fait trancher presque orthogonalement par le versant de rive droite et plutôt en tangence pa celui de rive gauche.

image sensible au survol et au clic
Les escarpements de rive droite de la vallée du Torrent des Glaciers, vus de face depuis les pentes de rive gauche au dessus de Crêt Bettex (alt. 1800)
a.B = antiforme de Bonneval ; s.Tn = synforme de Terrasin ; a.sA = anticlinal de Saint-Antoine ; s.V = synclinal (majeur et précoce) du Versoyen.
"flT" = flysch de Tarentaise ; "flCb" = ses calcaires de base ; "flS" = schistes noirs associés aux "roches vertes" de son soubassement.

A son extrémité amont le chaînon de la Pointe de la Terrasse est tranché transversalement par la Combe de la Neuve. L'entaille de ce vallon NE-SW montre le soubassement de la série du flysch de Tarentaise et les accidents, principalement chevauchants, qui mettent en contact l'unité du Roignais avec celle, plus externe, de Moûtiers.

image sensible au survol et au clic

Le versant nord-est de la pointe de la Terrasse (abrupts de rive droite du Torrent des Glaciers, au sud des Chapieux) vu du nord, depuis les pentes de la Croix du Bonhomme (environs de La Raja).
u.M = unité de Moutiers ; ØR = surface de chevauchement de l'unité du Roignais (u.R) ; f.Ch = faille des Chapieux ; a.Ob = antiforme de l'observatoire ; ØV = chevauchement des Vararays ; f.Te = faille sub-verticale de la Terrasse ; a.T = antiforme de la Terrasse ; s.Tn = synforme de Terrassin.
Les tirets verts sombre correspondent à la base du flysch de Tarentaise ("fli" = couches de base "des Marmontains", à lits de quartzites).
voir les remarques restrictives concernant le synclinal couché du Versoyen à la page "Beaufortain oriental"

La structure révélée par cette entaille est complexe et les documents fournis par les auteurs de la carte au 1/50.000° ne suffisent pas à en rendre compte complètement. En descendant depuis le sommet de la Pointe de la Terrasse vers le nord (en direction des Chapieux) on rencontre en effet les éléments structuraux suivants (voir le cliché ci-dessus) :

- Le flysch de Tarentaise est très épais et disposé à l'envers d'après la carte, donc attribuable au flanc inverse du grand synclinal couché du Versoyen. Il est accidenté par une faille de La Terrasse qui paraît très récente et sans doute coulissante car son tracé montre sans ambiguité qu'il s'agit d'une cassure plane et sub-verticale. En outre les couches de sa lèvre occidentale sont ici toujours en succession renversée mais abaissées, alors que plus au sud, sur le plateau de la Forclaz (voir la page "Roc de l' Enfer") c'est clairement sa lèvre orientale qui est abaissée.
- Le large col coté 2679 devait correspondre au plan axial du grand synclinal couché du Versoyen car , en contrebas, la succession du flysch qui forme la Pointe de Pralognan est disposée à l'endroit.
- Le pied occidental des escarpements de ce sommet est garni d'éboulis mais ces derniers laissent voir, au collet des Vararays, qu'ils masquent une bande de gypses triasiques : il passe donc là une dislocation pentée vers le SE que l'on peut appeler "chevauchement des Vararays".
- En fait ces gypses constituent le terme le plus haut d'une succession renversée qui forme la butte des ruines de l'Observatoire et qui y est ployée en un antiforme de l'Observatoire à cœur de calcaires de la base du flysch de Tarentaise. Son flanc NW est constitué par les calcaires liasiques de la Crête des Mélèzes et les éboulis du vallon de la Neuva-devant masquent le passage de la faille des Chapieux. En effet ils les séparent des affleurements houillers que la route descend du Cormet de Roselend traverse à l'aplomb sud du village des Chapieux, lesquels constituent la semelle de l'Unité de Moûtiers, formant plus au sud le haînon du Grand Fond.

Du côté sud-ouest le chaînon de La Terrasse tombe sur la vallée du torrent de Charbonnet, parallèle à celle du torrent des Glaciers, qui le sépare des replats du fort de la Platte (voir la page "Roc de l' Enfer").

La coupe naturelle, également orthogonale aux structures, que donne la vallée du Charbonnet est moins profonde que celle des Chapieux, ce qui est également lié au plongement d'ensemble des structures du nord-est vers le sud-ouest. Tandis que le fond de l'entaille de la vallée des Glaciers montre le repos normal du flysch sur son substratum anté-Crétacé, la partie haute des crêtes et le versant de rive gauche de celle du Charbonnet appartient à la série renversée de la sous-unité du Versoyen, laquelle est reployée par des plis à déversement modéré vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite de la vallée de l'Isère sur la transversale de Bourg-Saint-Maurice, vues du sud, depuis la Pointe de Friolin (rive gauche de l'Isère, au sud de Peisey)
fmT = faille de la moyenne Tarentaise ; f.Ar = faille de l'Arbonne ; u.rE = unité du Roc de l'Enfer ; u.R = unité du Roignais (elle s'enfonce sous la précédente) ; u.V = unité du Versoyen ; SB = unité (subbriançonnaise) du Petit Saint-Bernard.
a.sA = antiforme du pont Saint-Antoine ; s.Tn = synforme anticlinale de Terrassin ; a.B = anticlinal de Bonneval.
Les pentes du Roc de l'Enfer et de La Platte masquent le fond de la vallée du Charbonnet : elles sont décrites à la page "Bourg-Saint-Maurice"

Ce versant de la crête est d'autre part moins abrupt que celui de la rive droite de la vallée des Glaciers : cela traduit le fait que sa pente d'ensemble, de la crête vers le vallon se conforme presque au pendage des axes des plis qui y affectent la succession des couches.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-ouest de la crête de la Terrasse (abrupts de rive gauche du Torrent de Charbonnet) vu du sud depuis le laquet 2170 au nord-ouest du Grand Praz (échine du fort de la Platte).
(N.B. le point 2667 se situe sur un éperon saillant en avant de la crête principale).
"fli" = "couches des Marmontains"= base du flysch de Tarentaise.
f.Te = faille de La Terrasse ; a.T = antiforme de la Terrasse (= du pont Saint-Antoine ?) ; s.Tn = synforme de Terrassin ("syncl. du passage de la Brebis" in P.Antoine 1971, fig.17, p.74).
Sur la partie haute du versant, seule visible sur le cliché, ces plis affecteraient la série renversée du Versoyen (ce seraient donc respectivement des antiformes* et des synformes*) ; s.V? = synclinal majeur, du Versoyen ?.
Toutefois cette assertion a été mise en doute en 2006 et les termes stratigraphiques flCb et flS représenteraient en fait le sommet de la succession, à l'endroit, du flysch de Tarentaise (plus de détails à la page "Beaufortain oriental").

C'est ce dispositif à la fois renversé et replissé qui explique la présence, dans les alpages de Praina (à l'extrémité sud-orientale de la crête de La Terrasse) d'un affleurement de "roches vertes" (fragment d'un ancien fond océanique). L'érosion l'a isolé en un chapeau qui forme la butte du Grand Clapet. Ce chapeau ne constitue pas une klippe* mais simplement une butte témoin*, qui repose en continuité stratigraphique sur le reste de la série, disposée ici en position renversée et ployée en une moitié de cuvette synclinale. Son relief chaotique est d'autre part dû à un début de dislocation par glissement sur la pente, qui y a été favorisé par la conformité des pendages.


L'extrémité orientale de la crête de La Terrasse vue du sud , depuis les abords occidentaux des chalets de Praina
Les formations de base de la succession du flysch de Tarentaise affleurent dans une ondulation synclinale affectant la série renversée (ce pli est distinct du synclinal de Terrassin, immédiatement plus occidental).

À l'opposé, du côté aval, les pentes de rive droite (sud-ouest) du vallon de Charbonnet montrent que l'unité du Roignais s'enfonce vers le sud-ouest sous l'unité du Roc de l'Enfer (voir la page "Roc d'Enfer").

C'est la comparaison des coupes de ces deux vallées et leur mise en corrélation avec celle du Versoyen qui semble fournir la clef de l'organisation tectonique de la zone des brèches de Tarentaise sur cette transversale. Mais celle-ci s'avère en définitive assez sophistiquée et non dénuée d'incertitudes ou de points controversés (voir le chapitre "unités valaisanes").


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Coupe schématique de la zone valaisane au nord-ouest de Bourg-Saint-Maurice
tentant de faire la synthèse des dispositions observables entre la combe de la Neuva et la vallon de Charbonnet (au sud -ouest), d'une part et la frontière italienne (au nord-est), d'autre part (coupe supérieure).
s.V = synclinal couché du Versoyen ; fmT = faille de la moyenne Tarentaise (= front de la zone briançonnaise).
s.Te = synclinal de la Terrasse ; a.SA = anticlinal du Pont Saint-Antoine ; s.Tn = synclinal de Terrassin ; a.B = anticlinal de Bonneval (ces quatre plis s'expriment par des antiformes et synformes de série renversée dans les crêtes de rive droite du torrent des Glaciers, formées par le flanc supérieur du synclinal du Versoyen!.
oph. = ophiolites ("roches vertes") ; flcg = conglomérats de base du flysch de Tarentaise dans la succession à l'endroit des unités du Roignais et de Moûtiers ; flCb = calcaires de base du flysch de Tarentaise dans la succession renversée du Versoyen.
voir le schéma d'interprétation de la formation de cette structure (et les restrictions sur la valeur de ce schéma) à la page "Beaufortain oriental"

 

voir l'aperçu général sur le Beaufortain oriental


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Bourg-Saint-Maurice.

Carte géologique simplifiée du Beaufortain oriental, entre Cormet d'Arèches et Bourg-Saint-Maurice
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



plus au nord

plus à l'est


Cormet de Roselend

Les Chapieux

La Seigne
Grand Fond LOCALITÉS VOISINES Versoyen

Roignais

Roc de l'Enfer

Bourg-Saint-Maurice
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 17/06/19