Roc de l'Enfer, Lacs de Forclaz, La Platte

pentes orientales du Roignais, au dessus de Bourg-Saint-Maurice.

Au revers oriental de la crête du Roignais se détache un chaînon secondaire qui naît à la Pointe de Combe Neuve, se poursuit par le groupe de petits sommets du Roc de l'Enfer et des Deux-Antoines pour finalement s'effacer au delà dans la zone de replats menant aux lacs de Forclaz depuis le Fort de La Platte. Ces replats couronnent les basses pentes du versant nord-ouest (rive droite) de la moyenne Tarentaise sur la transversale de Bourg-Saint-Maurice (leur bord méridional est entaillé par une succession de ravins affluents de rive gauche du ruisseau de l'Arbonne.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite de la vallée de l'Isère sur la transversale de Bourg-Saint-Maurice, vues du sud, depuis la Pointe de Friolin (rive gauche de l'Isère, au sud de Peisey)
fmT = faille de la moyenne Tarentaise ; u.rE = unité du Roc de l'Enfer ; u.R = unité du Roignais (elle s'enfonce sous la précédente) ; u.V = unité du Versoyen ; SB = unité (subbriançonnaise) du Petit Saint-Bernard.
a.sA = anticlinal du pont Saint-Antoine ; s.Tn = synclinal de Terrassin ; a.B = anticlinal de Bonneval

Ce versant se termine du côté oriental par la profonde et longue entaille du vallon du Charbonnet qui le sépare de la Crête de Praina, laquelle descend vers le sud-est depuis la Pointe de la Terrasse pour rejoindre la vallée de l'Isère au nord de l'agglomération de Bourg-Saint-Maurice.
image sensible au survol et au clic

Le revers oriental du chaînon du Roignais vu de l'est, depuis les pentes occidentales de l'alpage de Praina.
u.R = unité du Roignais ; f.Te = faille de La Terrasse ; u.rE = unité du Roc de l'Enfer (ØrE = sa surface de chevauchement, "D" = schistes noirs du Jurassique moyen) ; u.V? = unité du Versoyen : la succession renversée du flysch de Tarentaise s'y complète vers l'aval par des ophiolites.

Du côté NE ces replats dominent en balcon la rive droite du vallon du Charbonnet et s'élèvent depuis le Fort de la Platte jusqu'aux lacs de La Forclaz.

Sur tout ce versant de la montagne le flysch de Tarentaise s'enfonce sous un placage de termes houillers qui déterminent précisément cette zone de replats. Ces terrains supportent une couverture mésozoïque, formant les sommets secondaires du Roc d'Enfer et des Deux-Antoines dont les caractères, et notamment la présence du Lias marbreux de type "Villette", ont conduit les auteurs des levers géologiques à séparer cette unité du Roc de l'Enfer du domaine briançonnais, pour la rattacher au domaine valaisan. La semelle de houiller de cette unité est grossièrement ployée en un berceau synclinal très dissymétrique, d'axe NE-SW.

image sensible au survol et au clic

Le plateau suspendu des lacs de la Forclaz, vu du NW depuis le point coté 2701 de la crête d la Pointe Motte.
f.Te = faille de La Terrasse ; ØrE = chevauchement du Roc de l'Enfer ; u.rE = unité du Roc de l'Enfer ; u.R = unité du Roignais ; D = schistes noirs du Jurassique moyen (?).
Remarquer le puissant et typique glacier rocheux* qui descend de la Pointe de la Combe Neuve et qui tend à combler le lac supérieur.

Elle limitée brutalement du côté ouest, peu au nord du col de la Forclaz, par le prolongement méridional de la faille de La Terrasse, à surface de cassure quasiment verticale (voir la page "Terrasse") : c'est sans doute un décrochement mais son rejet consiste ici en un abaissement de sa lèvre orientale. Au nord du col de la Forclaz vallonnement suspendu du rebord de rive droite de la vallée de Charbonnet, aménagé par le creusement glaciaire en cuvettes successives qui hébergent les Lac de la Forclaz. Mais il n'y affleure plus que du flysch de Tarentaise : cette morphologie correspond assez vraisemblablement au déblaiement total d'anciens affleurements de la semelle houillère.

En contrebas de ce replat, dans les basses pentes de l'échine du Fort de la Platte, l'entaille de la rive droite du vallon de Charbonnet perce complètement et sur toute sa longueur l'unité du Roc de l'Enfer : cela montre sans ambiguïté que cette dernière y repose sur l'unité du Roignais et que l'une comme l'autre s'enfoncent vers le sud-ouest puisque l'on n'en trouve aucune trace en rive gauche de ce vallon.

image sensible au survol et au clic

La rive droite du vallon du Charbonnet vue de l'est - sud-est, depuis le lacet 1549 de la route pastorale des chalets de Praina.
N.B. : la partie droite du cliché est visible sous un angle beaucoup plus favorable sur la photo prise depuis Praina (voir plus haut).
f.Pw = faille de La Platte, branche occidentale ; f.PE = faille de La Platte, branche orientale ; ØrE = surface de chevauchement de l'unité du Roc de l'Enfer ; u.SB = lambeau de charriage rattaché à l'unité du Petit Saint-Bernard ; u.R = unité du Roignais - Versoyen ; s.Tn = synclinal de Terrassin (noter que ce pli, qui affecte l'unité du Roignais, est sectionné vers le haut par ØrE).
L'essentiel du versant est armé par les formations basales de l'unité du Roignais. Les terrains de l'unité du Roc de l'Enfer ne forment ici qu'un mince placage sur le rebord supérieur du versant (mais ils garnissent largement les pentes d'arrière-plan, invisibles du fait de la perspective en contre-plongée).


Il est important de constater que, sous le fort de La Platte et, en amont, jusqu'à la latitude du hameau des Sagières, les plis qui affectent le flysch de l'unité du Versoyen sont tranchés, apparemment rabotés, par la surface de charriage de l'unité du Roc de l'Enfer. Cela montre que deux étapes distinctes de déformation sont intervenues.

Par contre les rapports entre les lames de terrain qui constituent l'échine descendant du Fort de La Platte vers celui du Truc relèvent d'une toute autre géométrie commandée par deux failles sub-verticales orientées NW-SE, comme cette échine (voir la page Bourg-Saint-Maurice). Cette association structurale, peu cohérente avec le reste de l'organisation visible, ne suggère aucune explication simple.

image sensible au survol et au clic

Le Fort de La Platte, vu du NW depuis le replat de l'échine du Grand Praz.
D'après la carte géologique ce sont deux branches (f.PW et f.PE) d'une faille de La Platte, sub-verticale et orientée NW-SE, qui délimitent la lame de calcaires liasiques qui supporte le fort, entre le houiller de l'unité du Roc de l'Enfer et les calcaires à brèches de la base de la succession du flysch de Tarentaise.

 


voir l'aperçu général sur le Beaufortain oriental

carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Bourg-Saint-Maurice.

Carte géologique simplifiée du Beaufortain oriental, entre Cormet d'Arèches et Bourg-Saint-Maurice
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074

Grand Fond

Cormet de Roselend

Les Chapieux
Roignais LOCALITÉS VOISINES La Terrasse

Portette

Grand Châtelet, Valezan

Bourg-Saint -Maurice
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 21/06/19