Valjouffrey aval : environs de La Chalp

la vallée de la Bonne aux confins de l'Oisans et du Beaumont

Entre Les Faures et Entraigues, le cours de la vallée de la Bonne, orienté presque E-W, est grossièrement parallèle à la limite de la couverture sédimentaire et du socle cristallin (dont la surface s'enfonce là rapidement vers le sud-ouest). Ce tracé suggère qu'il a dû, originellement, suivre une combe monoclinale inscrite dans les terrains triasiques.

image sensible au survol et au clic

Le Bas Valjouffrey et ses confins avec le Beaumont vu d'avion, du nord-ouest, depuis l'aplomb du col de Parquetout.
Le Valjouffrey est vu d'aval, presque d'enfilade, ne serait le double coude, en baïonnette, qu'il décrit de part et d'autre du village du Désert-en-Valjouffrey.
La dissymétrie de constitution des deux flancs de la vallée, cristallin en rive droite et sédimentaire en rive gauche, se manifeste clairement par la différence de modelé du relief.
f.A = faille principale du linéament d'Aspres-lès-Corps : son tracé se poursuit vers la droite, mais il y est masqué par la crête de la Croix de Rougny. De même, la limite socle-cristallin rejoint, vers la gauche, le fond de la vallée (à Gragnolet), mais elle y est masquée par la crête du Colombier.


Toutefois en poursuivant son creusement la rivière a percé la surface du socle, de sorte que la limite socle - couverture passe maintenant, à flanc de la rive gauche de la vallée, peu en contrebas de la crête mais à des altitudes variables selon la transversale considérée, en fonction des accidents tectoniques obliques au cours de la Bonne, qui en provoquent le surhaussement ou l'abaissement.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du Bas Valjouffrey, entre les transversales de La Chapelle et des Faures, vue du sommet de la crête du Rache (cliché original obligeamment communiqué par Mr. H. Champollion, extrait de son ouvrage "VALJOUFFREY", Éditions Terres Neuves).
f.A = faille principale du linéament d'Aspres-lès-Corps ; f.Pl = faille des Pleynets.
Formations appartenant au noyau cristallin : "gr" = granite ; "gn.migm" = gneiss très migmatitiques ; "ms-chl" = micaschistes chloriteux.
Formations appartenant à la série "corticale" du massif cristallin : "ms+conglo" = micaschistes et conglomérats métamorphiques ; "ms-qz" = micaschistes quartzeux.


Au demeurant toutefois les témoins de terrains sédimentaires de la rive gauche ne sont guère visibles depuis le fond de la vallée car ils se situent en amont du rebord rocheux constitué par la limite d'affleurement des roches métamorphiques du socle cristallin et des roches sédimentaires plus tendres (représentées d'abord ici par des schistes et grès houillers) : elle détermine un puissant épaulement dont l'origine est clairement structurale (ce rebord est particulièrement marqué par la crête du Quairelet qui s'intercale entre le fond de vallée et la crête de partage de eaux).

image sensible au survol et au clic

Le bas Valjouffrey, vu d'enfilade, du NW, depuis le Bois du Daim au-dessus de La Chapelle (cliché original obligeamment communiqué par Mr. H. Champollion, extrait de son ouvrage "VALJOUFFREY", Éditions Terres Neuves).
f.A = faille principale du linéament d'Aspres-lès-Corps (le plan de cassure traverse orthogonalement la vallée au niveau des Faures) ; "gr" = granite du Grun (noter sa position "flottante" sur les gneiss); "gn.migm" = gneiss très migmatitiques ; "ms-chl" = micaschistes chloriteux ; "ms-qz" = micaschistes quartzeux ; ms-cg = conglomérats métamorphiques (ces deux derniers termes sont caractéristiques de sa série "corticale") ; hr = houiller.

Parmi les accidents qui traversent le bas Valjouffrey le plus important est la faille principale du linéament d'Aspres-lès-Corps, qui traverse orthogonalement la vallée au village des Faures et vient rejoindre, dans le versant nord du Pic de Valsenestre, l'accident du col de la Muzelle. Cette faille à pendage très redressé met en contact en aval (à l'ouest) de termes peu métamorphiques typiques de la série "corticale" du massif avec des termes très métamorphiques et de granites appartenant à son "noyau" cristallin (voir la page "Roches cristallines").

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du Valbonnais sur la transversale des Faures, vue du N-NE, depuis les pentes de rive droite (cliché original obligeamment communiqué par Mr. H. Champollion, extrait de son ouvrage "VALJOUFFREY", Éditions Terres Neuves).
f.A = faille principale du linéament d'Aspres-lès-Corps (ici le plan de cassure est pratiquement vu d'enfilade) ; "gr-chl" = granite à gros grain très chloriteux ; "gn.migm" = gneiss très migmatitiques ; "ms-chl" = micaschistes chloriteux ; "ms-qz" = micaschistes quartzeux (série "corticale").


En amont des Faures le cours de la Bonne s'inscrit dans des gneiss migmatitiques clairs mais pénètre vite, par un contact vertical jalonné de micaschistes verdâtres (chloriteux) dans le pluton* intrusif du granite du Pic de Valsenestre qui se caractérise à la fois par son gros grain par sa composition "monzonitique" (peu sodique) et par l'abondance de chlorite verte dans sa pâte.

Ce granite diffère assez fortement du granite du Grun de Saint-Maurice qui repose intégralement sur les gneiss et qui a en général un grain moyen et une composition alumino-sodique (à muscovite).

image sensible au survol et au clic

La partie médiane du Valjouffrey, en aval du Désert-en-Valjouffrey vue de l'est, depuis les pentes dominant le Désert (ruines de Echarennes, sentier du col de la Vaurze).
La rive gauche de la vallée est tranchée par la faille principale du linéament d'Aspres-lès-Corps (f.A). A sa droite les terrains sédimentaires des crêtes de l'extrémité septentrionale du Beaumont reposent sur les micaschistes et les conglomérats métamorphiques de la série corticale* du socle cristallin. A sa gauche les crêtes du Grand Chapelet sont au contraire formées de gneiss migmatisés, injectés de granite, appartenant au noyau* cristallin.
s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique, tordue par un pli déversé vers le nord-ouest (crochon* de la faille d'Aspres ?).

Concernant le linéament d'Aspres-lès-Corps son rejet actuel final est probablement le fruit de mouvements multiples et notamment d'un soulèvement de son compartiment sud-oriental au Jurassique, si l'on en croit les observations faites dans les niveaux stratigraphiques de cet âge en Beaumont. Au niveau du socle cristallin cette cassure présente effectivement un fort rejet de ce type au niveau du Pic de Valsenestre.

De nombreux autres faits mettent en évidence une importante composante de rejet horizontal dextre sans doute plus tardif : au niveau de l'interface socle - couverture de la rive gauche du Valjouffrey, il se manifeste par un décalage cartographique sénestre de 2 kilomètres, tandis qu'à l'est du Pic de Valsenestre elle tranche en la crochonnant longuement dans le sens dextre la bande sédimentaire (hémigraben*) du col de Côte Belle (qui s'étire le long du vallon qui longe le pied ouest du chaînon de la Muzelle et se poursuit ainsi jusqu'au nord du col de la Muzelle). Enfin elle tord également dans le sens dextre la bande granitique de Combe Guyon (haute vallée du Béranger au NE de Valsenestre).


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille La Mure

Carte géologique simplifiée des confins du Beaumont et du Valjouffrey
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus à l'ouest : Champsaur ; plus à l'est : Valgaudemar ;
plus au sud : Chaillol
; plus au sud-est : Champoléon ;
accès général aux cartes des secteurs voisins




Arcanier

Pic de Valsenestre

Haut Valjouffrey
(Beaumont sept.)

LOCALITÉS VOISINES

col de la Vaurze

(La Salette)

(Les Vachers Rouchoux)

(Grun de St-Maurice)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section OISANS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP


Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette 5/11/16Date -->