Chaînon de la Muzelle

Valsenestre oriental (haut vallon de Béranger)

Le haut vallon de Béranger, en amont du village de Valsenestre, se termine en butant contre le pied de la haute muraille du chaînon de la Muzelle.
Les basses pentes de ce chaînon ont la particularité remarquable d'avoir été le site d'exploitation d'un marbre ("cipolin"). Ce dernier se présente en un seul filon très redressé et épais de quelques dizaines de mètres qui court à flanc du versant pour franchir au sud la crête sud-occidentale du chaînon aux abords du col et de l'Aiguille des Marmes (qui leur doivent leur nom) et se terminer au nord à la latitude du col de la Muzelle.

On trouvera des renseignements complémentaires sur ces anciennes exploitations dans le site du Patrimoine matheysin, à la page " Valsenestre : cipolins"

image sensible au survol et au clic

Les abrupts occidentaux du chaînon de la Muzelle
vus du sud-ouest, depuis les alpages de la rive gauche de la Combe Oursière (versant ouest du Pic de Valsenestre).
cip = bande de cipolins ; tSp = spilites triasiques ; td = dolomies triasiques ; gn.L = gneiss Lavey ; gr.T = granite de Turbat ; an = anatexites.


Il se partage là en deux branches, l'une allant vers le nord (col de la Muzelle) l'autre vers le sud (col de Côte Belle), l'une comme l'autre guidées par la grande faille d'Aspres-lès-Corps, dont l'azimut est NNE-SSW et le pendage subvertical. Cette cassure prolonge en effet vers le nord la cassure principale du faisceau de failles du "linéament d'Aspres-lès-Corps" ; elle se poursuit à son tour vers le nord, au delà du col de la Muzelle par le système de failles de la marge orientale des Grandes Rousses (notamment la faille du Chambon).

Le contexte régional indique que cette cassure majeure a eu un jeu tardif en fort coulissement dextre en ambiance compressive (voir les pages "Pic de Valsenestre" et "Beaumont"). Or les chevauchements du type de celui de Valsenestre, qui ont une vergence SW, s'amortissent vers le NW et semblent se greffer vers le sud sur la faille d'Aspres (qui les tranche) : il est donc pas déraisonnable d'envisager qu'ils représentent des accidents secondaires induits latéralement par le jeu en transpression du linéament d'Aspres-lès-Corps.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional du chaînon du Clapier du Peyron, vu du sud depuis le col de Côte Belle.
f.PR = faille de Pisse-Rousse ; ØL = chevauchement du signal de Lauvitel ; ØV = chevauchement de Valsenestre ; ØcP = chevauchement du Clapier du Peyron ; f.A = faille d'Aspres-lès-Corps.
grCG = granite monzonitique* de Combe Guyon ; gr.4T = granite à grain fin des Quatre Tours ; gr.cP = granite à gros grain du Clapier du Peyron ; gnL = gneiss du type Lavey ; gn.o = gneiss oeillés clairs ; s.chl = schistes chloriteux ; cip = cipolins.


Mais la structure se complique du fait que plusieurs autres accidents d'âge alpin viennent là buter contre cette cassure, sans en dévier le tracé, montrant par là que c'est elle qui les a recoupé :
- Du côté ouest c'est le chevauchement de Valsenestre (voir la page "Valsenestre"), le chevauchement du Clapier du Peyron et les chevauchements plus mineurs du Signal du Lauvitel et de Pisse-Rousse, qui peuvent être considérés comme ses satellites. Tous, en effet pendent vers le nord-est et montrent une vergence sud-ouest. Leurs tracés s'abaissent progressivement vers le fond de la vallée, à flanc des escarpements terminaux de la crête qui descend du Clapier du Peyron ("les Quatre Tours"), ce qui les mène a être intersectés par la faille du col de la Muzelle à la bifurcation du fond de la vallée de Béranger.

 

Le col de la Muzelle vu du sud (versant Valsenestre)

Le fond de l'hémigraben est redressé à la verticale par le pincement entre les deux blocs de socle cristallin.
Les couches ont une épaisseur anormalement faible (en partie parce qu'elles sont étirées par leur écrasement entre les deux mors de cristallin) ; mais leur succession est normale et presque complète ; du côté oriental (à droite), leur contact avec le cristallin est fondamentalement stratigraphique même si l'écrasement rend certains bancs discontinus.

f.A = faille principale du linéament d'Aspres-lès-Corps.
spa = surface de la pénéplaine anté-triasique.

image sensible au survol et au clic


- Du côté est de cet accident, aux abords sud du col de Côte Belle, se branche la grande faille du Désert-en-Valjouffrey, subverticale et orientée NW-SE, qui limite, du côté sud-ouest, l'hémigraben* (anciennement désigné du nom de "synclinal") de la Vaurze.

On trouvera des renseignements complémentaires sur cette localité dans le site du Patrimoine matheysin, à la page "Valsenestre : Côte-Belle".

Le Pic de Valsenestre, situé du côté sud-ouest de ce fossé sédimentaire, appartient donc au bloc de socle cristallin plus externe que celui de la Muzelle, c'est-à-dire celui du Chaillol (voir la carte d'ensemble) : il doit donc représenter le prolongement du bloc du Rochail et des Rousses, décalé dans le sens dextre par la faille d'Aspres-lès-Corps.

image sensible au survol et au clic

Le fond du vallon de Béranger vu du nord, depuis le col de la Muzelle
f.DV = faille du Désert en Valjouffrey ; f.A = faille d'Aspres-lès-Corps.
gr.V = granite porphyroïde chloriteux du Pic de Valsenestre ; grQT = granite des Quatre Tours ; grCG = granite monzonitique* de Combe Guyon ; gnL = gneiss du type Lavey. ; cip = cipolins ; TSp = spilites triasiques ; s.pa (en rouge) = surface de la pénéplaine anté-triasique.


Le dispositif qui s'observe dans ce haut vallon de Béranger résulte donc de la superposition des effets d'au moins trois générations successives d'accidents (dont les places respectives dans le contexte général de la déformation des massifs cristallins externes ne sont pas encore définitivement établies).

Le contenu de l'hémigraben de la Vaurze se prolonge vraisemblablement vers le nord par l'hémigraben du Ferrand mais la faille col de la Muzelle - Aspres apparaît comme une cassure bien distincte de la paléofaille jurassique (prolongement de celle du Chambon) qu'est la faille du Désert. Le changement brutal de direction que subit le fond de cet hémigraben, à son intersection avec la faille d'Aspres-lès-Corps semble donc dû à un fonctionnement tardif de cette dernière. Celui-ci a dû intervenir après la torsion azimutale des blocs de socle et de l'hémigraben Ferrand - Vaurze (qui est la manifestation locale de la formation de l'arc des Alpes occidentales) : il faut sans doute y voir l'effet d'un jeu en coulissement reprenant, au nord, la paléofaille jurassique du Chambon et la prolongeant vers le sud à travers le bloc du Rochail, en coupant ce dernier en biais là où sa direction devenait trop oblique à ce mouvement.


Pour plus de développements consulter les publications n° 105 et 096
Aperçus d'ensemble : 1- sur le chaînon du Rochail ; 2 - sur le Valjouffrey
cartes géologiques
à 1/50.000° (*) à consulter : feuille La Mure



accès aux cartes des secteurs voisins



Lauvitel

vallon de la Muzelle

vallon de Lanchatra
Valsenestre

LOCALITÉS VOISINES

Lauranoure

Pic de Valsenestre

col de la Vaurze

Les Souffles
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section OISANS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 10/02/17