Aiguille et Lac du Goléon, haut vallon de Maurian

les crêtes rocheuses qui dominent les alpages du NE de La Grave

Les molles pentes d'alpages installées sur les schistes argileux jurassiques au nord-est de La Grave et de Villar d'Arêne sont couronnées par des crêtes orientées NW-SE qui culminent, au NE de la Grave, à la montagne du Goléon. Elles sont formées par les bancs de grès alternés de lits argileux du "flysch des Aiguilles d'Arves".

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-ouest de l'Aiguille du Goléon vu du sud, depuis le col du Bec (arête du Pic de l'Homme, massif de la Meije).
En suivant la base du Nummulitique de droite à gauche (du sud vers le nord) on y voit d'abord l'extrémité septentrionale de l'écaille des Anrouchors qui s'y fait cacheter* (flèche rouge), puis l'apparition de la lentille de conglomérats qui se développe plus au nord jusqu'à former les pyramides rocheuses de Aiguilles d'Arves (dont les sommets pointent en arrière-plan, par dessus la crête).
ØA = chevauchement de l'écaille des Anrouchors ; D = surface de discordance du Nummulitique : la disposition des bancs du flysch suggère un repos en onlap* sur le Jurassique, mais la continuité de la jupe d'éboulis qui masque la discordance empèche ici de vérifier cette impression (que confirme le repos, également direct, du flysch sur le Jurassique à La Pare des Trois Évéchés).
Les charnières dessinées dans le Bajocien et l'Aalénien ne peuvent pas être distinguées sur le cliché, mais elles sont bien visibles sur le terrain.


L'aiguille du Goléon est une pyramide taillée entièrement dans le flysch nummulitique. Au sud du sommet ce dernier terrain repose ici directement sur le Jurassique, avec une belle discordance sur les plis et chevauchements ante-nummulitiques.
En outre on remarque deux choses :
- 1 - les conglomérats qui marquent plus au nord la base du Nummulitique disparaissent ici par effilement vers le sud ;
- 2 - les couches du flysch s'appuient sur ce substratum jurassique avec un onlap accusé vers le sud.

Ces deux dispositions sont cohérentes entre elles : elles indiquent en effet que le dépôt du flysch a gagné sur des reliefs qui s'élevaient en direction du sud à partir d'une dépression située plus au nord, dans laquelle s'étaient accumulés les premiers débris de leur érosion (qui forment maintenant les conglomérats basaux du Nummulitique). À ces reliefs appartenait à l'évidence le massif du Pelvoux de l'époque, érodé peu au sud jusqu'à son socle cristallin (mais les matériaux des conglomérats sont loin de ne provenir que de lui).

image sensible au survol et au clic

Les crêtes des sources du torrent du Maurian, vues d'avion de l'est, depuis l'aplomb de la crête d'Argentière (cliché original obligeamment communiqué par Mr. M. Caplain).
s.aS = synclinal des aiguilles de la Saussaz ; a.cL = anticlinal du col Lombard.
"Nfls" = flysch nummulitique supérieur, riche en grès ; "Nfli" = flysch nummulitique inférieur, pauvre en grès ; "Nm" = marnes nummulitiques ; "Ncg" = conglomérats nummulitiques.


Le revers est de la crête méridionale de l'Aiguille du Goléon tombe sur le vallon supérieur de Maurian, qui descend du cirque du Glacier Lombard et du col de même nom. La partie amont de ce vallon est ouverte au sein des couches de ce flysch et met à nu ses conglomérats de base ainsi même que les Terres Noires sur lesquelles ils reposent, ceci à la faveur d'un pli NNW-SSE, l'anticlinal du col Lombard. Plus au sud le versant oriental du vallon, en amont du lac et jusqu'assez haut sous la crête qui le domine, est ouvert dans des schistes argileux qui sont attribués à la formation olistolitique du sommet de la succession nummulitique (voir Ch. Bravard, 1982).

image sensible au survol et au clic

La partie amont du vallon de Maurian
vue du sud d'avion.
dN (en jaune d'or) = surface de discordance* du Nummulitique ; s0 = tracés de quelques surfaces de stratification au sein du flysch nummulitique ; f.pJ = faille de Petit Jean (voir la page "Arves est") ; a.cL = anticlinal du col Lombard ; à l'angle inférieur droit, les charnières indiquées correspondent au synclinal du Goléon et à son repli anticlinal.
"gl-r" = petit glacier rocheux ; "gl" = moraine récente du glacier Lombard ; "Nfli" = flysch inférieur argilo-gréseux ; "Nfls" = flysch supérieur très gréseux ; "Ns"schistes argileux de la formation olistolitique du sommet de la succession nummulitique ; "Nc" = calcaires argileux nummulitiques (olistolites) ; en jaune paille la surface de base de la formation olistolitique (apparemment discordante par rapport aux bancs de grès des Rubans).


Cette formation olistolitique se singularise ici par le fait qu'elle héberge essentiellement des olistolites de calcaires argileux nummulitiques. Ses rapports avec le flysch nummulitique qu'elle devrait recouvrir, c'est-à-dire les bancs bien ordonnés des Rubans à l'ouest et le flysch replissé de la crête d'Argentière à l'est, ne sont pas d'une parfaite clarté. L'interprétation adoptée dans la figure ci-dessus diffère fortement de celle de la carte au 1/50.000° "La Grave". Notamment en rive orientale du vallon, dans le secteur des Cognets, les observations de Ch. Bravard mettent plutôt en évidence la présence d'un synclinal couché hébergeant la formation olistolitique (qui représente sans doute le prolongement du synclinal des Aiguilles de la Saussaz) dont le cœur est affecté par un repli anticlinal faisant réapparaître le flysch en deux boutonnières. 

image sensible au survol et au clic

Les abords orientaux du lac du Goléon, vus d'avion, du S-SW (depuis l'aplomb de la Crête du Puy Golèfre).
On a cherché à représenter les replis les plus importants par leur taille :
s.aSs = synclinal de la Saussaz (repli supérieur) ; s.aSi = synclinal de la Saussaz (repli inférieur) ; a.C = repli anticlinal des Cognets ; f.pJ = faille de Petit Jean.
Le flysch de la crête du Pas du Goléon et du col du Goléon est considéré ici comme le flanc inverse du synclinal de la Saussaz, alors que Ch. Bravard y voit une unité chevauchante, l' "écaille de la Pointe de Lauzettes" (voir la coupe ci-dessous).



Coupe interprétative de l'ensemble du chaînon, à peu près orientée comme son versant ouest (extrait de BRAVARD Christian, 1982)


En aval du coude que décrit le tracé de ce vallon, immédiatement en aval du lac du Goléon, l'entaille du torrent du Maurian donne au contraire une coupe NE-SW : elles est donc presque orthogonale aux structures majeures de la zone ultradauphinoise de ce secteur, qu'elle permet effectivement d'analyser.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Goléon et le vallon de Maurian vus du sud, d'avion, depuis l'aplomb de Villard d'Arène
(le Lac du Goléon, masqué par la crête de Puy Golèfre, se situe au bord droit du cliché)
ØA = surface de chevauchement de l'écaille des Anrouchors ; dN (en jaune) = surface de discordance* du Nummulitique (transgressif sur différents termes du Jurassique et cachetant le chevauchement des Anrouchors).
L'ensemble de la succession nummulitique et de son substratum est ployé en un synclinal très ouvert qui plonge vers le sud-est et dont le vallon de Maurian a évidé le coeur.


La rive gauche du bas vallon du Maurian donne de cet empilement tectonique une coupe symétrique ; la suite, vers le SE, de ce versant est étudiée à la page "Trois Évéchés".

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du vallon de Maurian, vue du NE depuis les ruines de Puy Granier.
ØA = surface de chevauchement de l'"écaille" des Anrouchors (tsp = spilites triasiques) ; ØH = surface de chevauchement de l'"écaille" des Hières.
Les replis du flysch du Pic des Trois Évéchés representent sans doute le prolongement de ceux du Lac du Goléon (voir plus haut dans cette page).


image sensible au survol et au clic

Détail de la rive gauche du Torrent du Maurian, vu depuis sa rive droite (pente de Serre Coupa) (partie centrale basse du cliché précédent).
Splendide morphologie de loupes de glissement et de coulées boueuses formées aux dépens des calcschistes toarciens et de leurs éboulis : les figurés en jaune concernent le matériel glissé avec sa loupe principale et les coulées qu'elle a émise dès sa formation, ainsi que les coulées "secondaires", formées ultérieurement.

 Il est assez notable que le sommet du Goléon se situe, comme ses proches voisins septentrionaux les Aiguilles de la Saussaz, à un endroit où la crête du chaînon des Aiguilles d'Arves change de direction, en passant de NNE-SSW (au nord du glacier Lombard) à NW-SE (au sud), ce qui permet à ces couches de se poursuivre, plus au sud, en contournant par l'est le massif du Pelvoux au lieu d'aller buter contre ses reliefs.
Ce changement d'azimut des strates traduit le fait que toute la pile de couches (post et anté-nummulitiques) subit ici une large inflexion synclinale dont l'axe, NW-SE et plongeant vers le sud-est, passe par la cuvette du glacier Lombard, qui est donc une sorte de val, au sens jurassien du mot (voir la page "Aiguilles de la Saussaz").

 
figure plus grande


Carte structurale de la bordure nord-est du massif du Pelvoux
extrait de la publication086

On voit bien, dans la partie haute de la carte, le coude que dessine le tracé de la surface de discordance du Nummulitique à l'emplacement des Aiguilles de la Saussaz (non désignées sur la carte).

NB : cette carte comporte des inexactitudes dans le tracé précis des décrochements aux confins du Briançonnais (à l'est du Lautaret) : pour ce secteur se reporter à la carte de la région de Briançon.

version encore plus grande de cette image

Cette torsion résulte assez vraisemblablement de ce que la couverture sédimentaire, lorsqu'elle s'est déplacée vers l'ouest, entrainée sous les nappes internes, s'est trouvée effectivement contrainte de contourner par le nord le relief de socle saillant que constituait le massif du Pelvoux (depuis le Nummulitique et même avant). Vue de cette manière cette torsion exprime un cisaillement coulissant sénestre : de fait un tel cisaillement s'exprime, aux approches du socle cristallin, dans le secteur du Lautaret et de la haute Guisane par des cassures de décrochement qui constituent le faisceau de failles du Lautaret.

 


aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne
Ce secteur a fait l'objet, en 1982, d'une étude de Christian Bravard.


Carte géologique simplifiée des environs nord de La Grave

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille La Grave


Arvan ; Albiez

Aig. de la Saussaz

Aiguilles d'Arves
(Mas de la Grave)

LOCALITÉS VOISINES

Aiguilles. d'Arves est

La Grave nord

Trois Évéchés

Col du Galibier sud
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16