Saint-Gervais

Le rebord occidental du Vercors au nord de la vallée de la Drevenne.

A la latitude de L'Albenc mais en rive opposée de l'Isère, entre La Rivière et Saint-Gervais, le bord occidental du Vercors, à peu près rectiligne et orienté à peu près N25, s'écarte progressivement du cours de la rivière, orienté plus NE-SW. Il dessine donc un rentrant qui s'accroît vers le sud avant de se terminer sur les reliefs qui s'avancent vers l'ouest en rive gauche de la vallée de la Drevenne (voir la page "Cognin"). Dans cet espace il se présente comme une haute barrière dont les escarpements comportent plusieurs lignes parallèles de falaises étagées et qui correspond dans son ensemble à un front d'érosion presque parallèle aux structures tectoniques (orientées à peine plus N-S).
image sensible au survol et au clic

La plaine de l'Isère et la bordure du Vercors à la latitude de Saint-Gervais, vus du SW d'avion.
f.R = faille de La Rivière ; f.C = faille des Combes ; f.V = faille de Voreppe ; ØR = chevauchement de Rencurel ; ØPa = chevauchement du Pied Aigu.
a.fB = anticlinal de Face Belle ; a.Co = anticlinal des Coulmes ; a.N = anticlinal du Nant.

En fait depuis la vallée la perpective, en contre-plongée, ne laisse souvent pas deviner que les deux lignes de falaise supérieures sont en réalité séparées par un vallon N-S. Ce vallon des Égouges court en contrebas de la ligne de crête, dont il est séparé par l'accident majeur qu'est le chevauchement de Rencurel. (voir la page "Écouges"). C'est en réalité la crête située en avant de ce vallon qui couronne le versant qui tombe sur Le Lignet et Saint-Gervais : du nord au sud elle est constituée successivement par les Rochers de la Fessie, du Paillet et du Malade et se prolonge au sud du cours inférieur de la Drevenne jusqu'au Bec de Neurre.

A/ Les pentes septentrionales, qui tombent, en contrebas des Écouges, sur la vallée de l'Isère depuis Saint-Gervais jusqu'à La Rivière au nord sont donc couronnées par la falaise urgonienne des Rochers de Paillet. Il est clair, pour de simples raisons de continuité des affleurements de part et d'autre du canyon des Écouges, que cette dernière prolonge vers le nord le flanc oriental de l'anticlinal des Coulmes (voir les pages "Malleval" et "Coulmes"), mais le reste de ce pli est ici complètement éventré par l'érosion.

Dans cette succession de son flanc oriental il s'individualise d'abord en contrebas une falaise basse, moins massive et moins continue (car partiellement garnie de bois), qui est celle des calcaires du Fontanil moyens, les plus massifs. La succession de ces couches de ce niveau y est très proche plus de celle qu'on leur connaît en Chartreuse occidentale, aux abords de la localité type (elle diffère par contre de celle, moins épaisse, des abords de Grenoble).

Plus bas le talus, semé de prairies, qui court du village des Monts au nord jusqu'à celui de Moléron au sud, montre surtout du Berriasien marno-calcaire ainsi que quelques pointements de Tithonique (surtout à la faveur des entailles de ravins). Ceux-ci correspondent au coeur de l'anticlinal des Coulmes, même si ce dernier s'y montre affecté du faisceau de petites cassures subverticales dont l'ensemble constitue la faille des Combes, qui parcourt le versant presque horizontalement. Les ressauts de calcaires du Fontanil qui soutiennent ce talus peuvent enfin être considérés comme le appartenant au flanc ouest de synclinal de Moléron, mieux caractérisé au sud du village de ce nom (voir plus loin).

image sensible au survol et au clic

Les pentes du versant oriental de la vallée de l'Isère, au nord de Saint-Gervais, vues du sud-ouest, depuis le village de Riquetière (Rovon), en rive ouest de l'Isère.
f.V = prolongement méridional de la faille de Voreppe ; f.R = faille de La Rivière ; f.C = faille des Combes ; a.fB = anticlinal de Face Belle ; a.Co = anticlinal des Coulmes ; s.A = synclinal d'Artets.

Mais le fait structural le plus important est que la partie septentrionale de ces basses pentes est traversée en biais par un accident dont le tracé prolonge clairement celui de la faille de Voreppe : il court depuis le col de Montaud pour aboutir dans la plaine alluviale au village de Saint-Gervais. Entre les deux compartiments, NW et SE, qu'elle sépare les différences ne sont pas telles que l'on ne puisse y reconnaître des structures similaires, simplement décalées par un rejet dextre.

C'est ainsi que l'Urgonien qui forme les dalles structurales du coteau d'Artets (qu'entaille une très disgracieuse carrière) dessine le flanc oriental, très redressé, d'un synclinal d'Artets (dont l'Urgonien du flanc ouest est enlevé ici par l'érosion de la vallée de l'Isère). Bien que ce pli soit plus ouvert vers l'ouest que le synclinal de Moléron il est très plausible d'y voir le prolongement de son flanc oriental. De fait, dans cette interprétation la faille des Combes trouve son prolongement dans la faille de La Rivière, qui est également sub-verticale et qui surhausse de façon similaire le cœur de l'anticlinal de Face Belle . Il est donc très plausible de voir dans ce dernier la suite de celui des Coulmes : il en diffère surtout par le fait que sa voûte urgonienne soit moins éventrée, ce que cette interprétation explique bien puisque le rejet coulissant dextre la rend moins saillainte vers l'ouest dans cette lèvre NW de la faille de Voreppe que dans l'autre.

Le tracé de ce prolongement apparent de la faille de Voreppe traverse ce versant, ici orienté N-S, par un biais descendant qui débouche finalement sur la vallée de l'Isère peu au nord de Saint-Gervais. Ce faisant il conserve une orientation NE-SW et ne décrit donc pas l'inflexion anti-horaire que devrait déterminer le changement d'orientation du versant si la surface de cassure avait un pendage incliné vers l'est. De plus il se poursuit de façon presque rectiligne en dépit des accidents de relief (ravins et échines les séparant).  Tout ceci atteste de la verticalité de cette cassure. Ajouté aux indices de rejet coulissant dextre de la faille de Voreppe cela veut dire qu'au sud du col de Montaud son prolongement doit donc perdre toute composante de chevauchement et devenir un simple décrochement.

C'est pourquoi on a proposé d'y voir un accident relativement distinct, que l'on devrait appeler plutôt la "faille de l'Isère", car le tracé de son prolongement au sud de Saint-Gervais semble être sensiblement celui de l'axe de la plaine alluviale de l'Isère.

Coupe W-E en rive droite de la Drevenne, passant peu au sud (1 kilomètre) de Saint-Gervais (extrait très retouché de la notice de la Carte géologique Grenoble à 1/50.000°).

B/ Au sud de Saint-Gervais, à peu près selon le cours du torrent de la Drevenne, le rentrant de la bordure occidentale du Vercors cesse pour faire place à un important saillant vers l'ouest. Ce saillant est constitué par le versant septentrional de la montagne de Pied Aigu et de Roche Rousse. Cette dernière correspond à la voûte urgonienne du mont jurassien de l'anticlinal du Nant (voir la page "Cognin"), qui s'efface vers le nord, par plongement axial sous la plaine de l'Isère, aux abords de Rovon.
image sensible au survol et au clic

Le débouché de la vallée de la Drevenne, en arrière de Rovon vu de l'ouest, depuis le hameau de Riquetière (rebord de la terrasse de Vinay, en rive droite de l'Isère)
ØR = chevauchement de Romeyère ; d.pO = décrochement du Pas de l'Ours ; a.Co = anticlinal des Coulmes ; s.M = synclinal du Moléron ; a.N = anticlinal du Nant.
f.C = faille des Combes ; ØB = chevauchement des Belles (voir la page "Malleval") ; ØpA = chevauchement de Pied Aigu.
N.B. = du fait de la perspective en contre-plongée les rochers du Grand Bois (calcaires du Fontanil), qui culminent au point coté 1201, se profilent devant la barre urgonienne du Bec de Neurre.

Néanmoins à Rovon même, soit un peu plus de 1 kilomètre au nord-ouest du débouché des gorges de la Drevenne où s'efface cette voûte, des affleurements d'Urgonien émergent encore des alluvions de l'Isère, pratiquement dans le lit de la rivière, le long de la N532. Ces affleurements représentent peut-être des jalons intermédiaires du synclinal qui sépare l'anticlinal du Nant de celui plus occidental de Poliénas. Il faut toutefois noter que ces deux plis ont des directions axiales très divergentes vers le nord, ce qui suggère un branchement latéral du second sur le flanc du premier, plutôt qu'une simple succession au sein d'un faisceau de plis parallèles.

image sensible au survol et au clic

La coupe naturelle de la vallée de la Drevenne vue du nord, depuis les pentes de La Chapelle de Saint-Gervais. ;
d.pO = décrochement du Pas de l'Ours a.Co = anticlinal des Coulmes ; s.M = synclinal du Moléron ; a.N = anticlinal du Nant ; a.Co = anticlinal des Coulmes ; f.C = faille des Combes ; ØB = chevauchement des Belles ; ØpA = chevauchement de Pied Aigu ; f.M = terminaison septentrionale de la faille de Marandière (voir la page "Cognin"): cette cassure extensive mineure rehausse la partie basse du flanc ouest de l'anticlinal du Nant (la Côte de Beigne).

Sur cette transversale le cours de la Drevenne, orienté pratiquement E-W en amont de Rovon, traverse et dissèque par ses ravins de rive gauche l'extrémité des reliefs les plus septentrionaux de la Forêt des Coulmes (que perce plus au sud la boutonnière structurale de Malleval). Mais l'entaille du torrent est suffisamment profonde pour y révéler un certain nombre de complications qui n'apparaissent pas, plus au sud, à la latitude de la vallée du Nant (voir la page "Malleval").

image sensible au survol et au clic

Coupe en rive gauche de la Drevenne à peu près selon la ligne de partage des eaux avec la dépression de Malleval.
f.M = faille de Marandière ; ØB = chevauchement des Belles ; f.C = faille des Combes ; d.pO = décrochement du Pas de l'Ours.


En définitive la rive gauche de la Drevenne montre, de bas en haut, la succession tectonique suivante :

a) Le flanc oriental de l'anticlinal du Nant s'enfonce, comme au nord de Malleval, par l'intermédiaire du chevauchement des Belles, sous les couches plus récentes, qui sont ici les calcaires du Fontanil formant les Rochers des Enversins. Mais en dessous, au revers est de Pied Aigu, le chapeau urgonien de la voûte de l'anticlinal du Nant est redoublé par le chevauchement de Pied Aigu, qui est sans doute une imbrication secondaire induite par le chevauchement des Belles.

b) La barre des calcaires du Fontanil inférieurs des Rochers des Enversins rejoint au point coté 731 celle des Rochers des Frandolins : cela correspond au fait qu'il s'agit des deux flancs d'un synclinal, à cœur de calcaires du Fontanil supérieurs, dont l'axe plonge rapidement vers le nord. Ce pli n'est autre que le prolongement du synclinal de Moléron, qui se dessine en rive droite du torrent entre le village de ce nom et celui de Saint-Gervais où il est tranché en bideau par la faille de Voreppe. Ce pli est un élément structural inconnu au sud de Malleval, qui s'intercale ici entre les deux anticlinaux du Nant et de Coulmes.

b) Cette bande synclinale est séparée de la voûte de l'anticlinal des Coulmes, que dessinent les calcaires du Fontanil de l'échine du Grand Bois, par une cassure dont la lèvre orientale est surélevée. Cette faille des Combes se poursuit à flanc de versant jusque loin au nord de Saint-Gervais en gardant un tracé cartographique quasi rectiligne en dépit des accident de terrain : cela indique qu'elle est sensiblement verticale et que son rejet n'est pas celui d'un chevauchement. Ce rejet est néanmoins suffisamment important pour faire affleurer dans sa lèvre orientale quelques pointements de Tithonique qui peuvent être considérés comme le cœur, rompu, de l'anticlinal des Coulmes. Le sens de son rejet n'interdit pas d'y voir le prolongement septentrional ultime de la faille de Presles (voir la page "Coulmes" bien que cela soit difficile du fait que la continuité avec cette dernière n'apparaisse pas au niveau de la dépression de Malleval (voir la page "Malleval") et que le sens de rejet soit opposé à celui manifesté au sud de Malleval.

 Il est clair en définitive que ces replis et chevauchements que la différence de structure entre la rive gauche de la Drevenne et les secteurs plus méridionaux, de Malleval et des Coulmes de cette marge du Vercors, exprime une accentuation, du sud vers le nord, du serrage E-W qui l'a affectée.

Le canyon des Écouges marque la terminaison amont du cours E-W de la Drevenne car en amont de ce point la rivière descend du sud vers le nord depuis le Col de Romeyère. La rivière y franchit la ligne des falaises urgoniennes du flanc oriental de l'anticlinal des Coulmes par une entaille spectaculaire par sa hauteur et son étroitesse (voir la page "Romeyère").


Image complémentaire annexe :
image sensible au survol et au clic

même fenêtre
< image plus grande, commentée > nouvelle fenêtre
Le front occidental du Vercors au débouché aval de la vallée de la Drevenne vu du sud-ouest, depuis les coteaux de Beaulieu.
ØR = chevauchement de Rencurel ; ØF = chevauchements (imbrications) de Fessole ; ØPa = chevauchement du Pied Aigu ; f.V = faille de Voreppe
a.Co = anticlinal des Coulmes ; s.M = synclinal du Moléron ; a.N = anticlinal du Nant.
Noter le très fort plongement axial vers la gauche (vers le nord) des plis (synclinal de Moléron et anticlinal du Nant) de la fermeture méridionale du rentrant de Saint-Gervais. La vallée de la Drevenne est masquée par l'éperon saillant constitué par cette extrémité septentrionale du mont jurassien que détermine de l'anticlinal du Nant (voir la page "Cognin") qui se situe apparemment à l'est du prolongement méridional vraisemblable de la faille de Voreppe.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Grenoble et Vif


Carte géologique très simplifiée des environs de Malleval - Saint-Gervais.
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs


(Moirans, Tullins)

Montaud

Bec de l'Orient
(Poliénas) LOCALITÉS VOISINES Écouges

Cognin

Malleval

Romeyère
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Vercors

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 26/08/18