La vallée du Guiers Mort

Vue d'ensemble de la coupe naturelle méridionale du massif chartreux

La vallée du Guiers Mort est la plus méridionale des deux vallées presque E-W qui permettent d'accéder à l'intérieur du massif en venant de l'ouest. C'est notamment par elle que l'on atteint le couvent de la Grande Chartreuse et le village de Saint-Pierre-de-Chartreuse. Elle traverse d'est en ouest tout le massif, orthogonalement à ses plis, par une succession de cluses*.

1/ En amont de Saint-Pierre-de-Chartreuse :

La source du Guiers Mort, située 4 km en amont de Saint-Pierre-de-Chartreuse, est une résurgence* typique. Elle s'ouvre à la base de l'Urgonien de la partie septentrionale du plateau de la Dent de Crolles, pratiquement à la charnière du synclinal chartreux oriental (c'est-à-dire au point le plus bas des affleurements de ce terrain).

Elle tranche d'abord, par une première cluse, qui correspond aux gorges de Perquelin, le coeur jurassique de l'anticlinal le plus oriental du massif (anticlinal de Perquelin), et en donne, dans les pentes méridionales de la Scia, une assez belle coupe naturelle.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la Scia et le débouché de la cluse de Perquelin, vus du sud-ouest, depuis les pentes de Morinas.
a.P = anticlinal de Perquelin ; ØS = chevauchement de la Scia (il est masqué au nord des Essarts par un éboulement ancien provenant de la falaise tithonique supérieure de la montagne) ; s.S = synclinal du Sappey.
Le replat de prairies de Saint-Hugues, de Mollard Bellet et de Saint-Pierre-de-Chartreuse représente le sommet du colmatage de la dépression ouverte dans les marnes de Narbonne du synclinal du Sappey lors du maximum de la glaciation de Würm.



même figure, plus grande
coupe selon la rive droite du cours du Guiers Mort (partie amont), à l'est de Saint-Pierre-de-Chartreuse
pour plus de détails et pour les explications qu'appelle cette coupe, voir le fascicule n°1B


Elle traverse ensuite le sillon longitudinal de la Chartreuse orientale (alignement des trois cols routiers) en entaillant son lit dans les alluvions qui comblent cette dépression à Saint-Pierre-de-Chartreuse.

image sensible au survol et au clic

Le cadre montagneux de Saint-Pierre-de-Chartreuse, vu du sud, depuis le sommet de Chamechaude.
Cette vue du sillon de la Chartreuse orientale le montre presque d'enfilade (le col de Porte est hors du cliché, dans la direction donnée par le coin inférieur gauche).
Seuls sont représentés les accidents majeurs, à l'exclusion des complications de détail : d.cA = décrochement du col de l'Alpe ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.S = synclinal du Sappey ; a.P = anticlinal de Perquelin.
La langue de nuage qui remonte la vallée du Guiers et pénètre par les gorges du Grand Logis jusqu'à la Diat figure assez bien l'emplacement du lac qui se développait là à l'époque du maximum de Würm, retenu par le glacier qui contournait le massif et barrait la vallée à Saint-Laurent-du-Pont. Les zones de prairies peu inclinées du bassin de Saint-Pierre-de-Chartreuse sont largement occupées par le colmatage d'alluvions qui s'est déposé en marge de ce lac du fait des apports torrentiels des trois torrents (Couzon au nord, Herbétan au sud et Guiers à l'est) qui se jetaient dedans.


2/ A l'ouest de Saint-Pierre-de-Chartreuse
Le Guiers Mort entaille d'abord, à l'ouest de La Diat, les calcaires du Fontanil faiblement pentés du fond du synclinal du Néron, qui est le pli le plus occidental de la Chartreuse orientale. Puis il s'engage dans une traversée en gorges de la Chartreuse médiane et occidentale, par un chapelet de cluses.


version plus grande
coupe d'ensemble des gorges du Guiers Mort, en aval de Saint-Pierre-de-Chartreuse.
Pour plus de détails et pour les explications qu'appelle cette coupe, voir le fascicule n°1K

Au Pont du Grand Logis, la rivière s'engage dans un étroit défilé qui tranche l'Urgonien du flanc oriental de l'anticlinal médian : sur la plus grande longueur de l'entaille de la route, entre ce pont et celui de la Porte de l'Enclos (d'où part la route de Valombré) les bancs massifs de la base de l'Urgonien y dessinent le fond d'un synclinal très ouvert ; mais à la marge orientale (amont) des falaises on voit sur les deux rives, (mais surtout en rive gauche le long du sentier allant à la résurgence) que les couches, constituées là par les alternances calcaréo-argileuses du Barrémien inférieur, se rebroussent énergiquement et même se renversent un peu au delà de la verticale : cette torsion représente le crochon induit par le chevauchement de la Chartreuse orientale ; ce dernier accident détermine seulement sur chaque rive, juste au niveau des appuis amont du pont, un étroit vallonnement comblé d'éboulis.

Il est à remarquer que, d'une rive à l'autre du torrent (et compte tenu de la direction des strates), la géométrie des couches se correspond parfaitement : cette absence de décalage montre clairement l'absence d'une éventuelle faille qui aurait dirigé le tracé de cette gorge (contrairement à des suppositions qui ont parfois été hasardées ...).

En aval du défilé, à partir du petit pont de la Porte de l'Enclos, le Guiers traverse les terrains sous-jacents du flanc oriental de l'anticlinal médian et en descend la succession au gré de ses sinuosités (que dessine aussi la route) ; une d'entre elles, en aval immédiat du débouché de la route descendant de la Correrie, est l'éperon saillant déterminé par les calcaires du Fontanil.

image sensible au survol et au clic

Panorama de la partie moyenne des gorges du Guiers Mort, vu du sud, depuis le Charmant Som (Le pont du Grand Logis et celui de la Porte de l'Enclos sont cachés par les rochers de l'extrémité septentrionale de l'Arête de Bérard ; le pont Saint-Pierre se situe sous la notation "Be" à gauche en bas du mot "Correrie" ; les pentes de Malamille, avec la notation "Be", cachent le secteur des Trois tunnels du lit du Guiers).
a. occ. = anticlinal occidental de la Chartreuse ; a.M = anticlinal médian ; Ø2 = chevauchement de la Chartreuse médiane ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; d.M = décrochement de la Roche May ; d.CA = décrochement du col de l'Alpe.

Au pont Saint-Pierre, point où se détache la route (D.103) qui monte au couvent, le thalweg qui descend de ce dernier (Ruisseau de Saint-Bruno) entaille son lit en suivant les couches du Berriasien inférieur.

voir la page spéciale "pont Saint-Pierre".

En aval de ce pont la route principale (D.520b), suit d'abord la rive septentrionale du vallon de Saint-Bruno en dénudant des dalles structurales, jusqu'à atteindre celles formées par les calcaires du Tithonique supérieur. À leur extrémité elle reprend, par un tournant brutal, la direction du lit du Guiers Mort et tranche alors les bancs calcaires de plus en plus anciens du Tithonique, qui affleurent là au coeur de l'anticlinal médian. Le Guiers Mort traverse ce coeur de pli par le défilé du secteur des trois tunnels (points 6 à 7 de la coupe) qui est une cluse des plus caractérisées. Les complexités de ce secteur, où le chevauchement de la Chartreuse occidentale est recoupé par deux décrochements, sont analysées à part :

voir les pages spéciales "Trois tunnels" et "route des Chartreux".

On retiendra que, là encore, aucune des multiples failles de ce secteur ne guide le cours du Guiers, car toutes sont recoupées par ce dernier, plus ou moins obliquement.

3/ En aval des Trois Tunnels le Guiers Mort donne, jusqu'à la cimenterie de La Pérelle, une coupe continue de la succession du flanc oriental de l'anticlinal de la Chartreuse occidentale. La coupe des crêtes du versant sud (rive gauche) de la vallée montre que ce long monoclinal* y est cependant affecté d'ondulations (flexures de Génieux et de la Petite Vache).

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive gauche du Guiers Mort, entre les trois tunnels et le pont Saint-Bruno vues du nord vers le sud depuis le belvédère des rochers de la Molière (l'ouest, donc l'aval, est à droite)
(assemblage réalisé à partir de clichés communiqués par M. Jacques Durand).
Ø2 = chevauchement de la Chartreuse médiane ; on le perd dans les pentes à gauche du col de la Charmette, en grande partie parce qu'il s'y amortit du bas vers le haut ; a.M = anticlinal médian (sa voûte urgonienne forme le Charmant Som) ; s.P = synclinal de Proveysieux ; f.a.G = flexure anticlinale de Génieux ; f.s.V = flexure synclinale de la Petite Vache.
On distingue, sur le revers sud (gauche) de la crête des Agneaux le losange clair dénudé de la dalle structurale dénudée..
belv = belvédère des Sangles.
Pour avoir un schéma interprétatif de cette coupe naturelle de la Chartreuse médiane et occidentale, on se reportera à la coupe de la Grande Sure.

plus de détails concernant la dalle dénudée des Rochers des Agneaux

Ces ondulations ne sont visibles qu'en rive gauche, car l'érosion n'a pas préservé, en rive droite, leur prolongement dans les couches de l'Urgonien ni des calcaires du Fontanil (elles y interfèrent en outre, au niveau du Tithonique, avec l'anticlinal de Fourvoirie, moins méridien, qui les recoupe à 45°).

Au sortir du tunnel aval la gorge finit de traverser la puissante barre de l'Urgonien, dans lequel la route, d'abord en encorbellement, se fraie localement un passage entre la falaise de rive droite et un monolithe détaché coté torrent, appelé "Pic de l'Oeillette".

image sensible au survol et au clic

La vallée et les pentes de rive gauche du Guiers Mort, en aval des Trois tunnels de la Molière : vue prise de l'ouest, depuis la route forestière Curière - Charmette à la traversée de la dalle structurale des Agneaux.
Ø2 = chevauchement de la Chartreuse médiane ; d.Oe = décrochement de l'Oeillette.
plus de détails concernant le secteur du "Pic de l'Oeillette".

En amont aval du parking - dépôt de bois de "Roche Morte", qui est situé à la base de la falaise urgonienne de la Molière, on peut observer les couches de base de l'Urgonien (alternances calcaréo-argileuses du Barrémien inférieur). En aval de ce parking les talus dominant la route sont constitués de beaux affleurements d'Hauterivien, fossilifère .

image sensible au survol et au clic

La rive droite des gorges du Guiers Mort (partie inférieure), vue du sud, depuis le tunnel de Tenaison (route du col de la Charmette)
s.P = synclinal de Proveysieux ; Ø2 = chevauchement de la Chartreuse médiane.
Le Pic de l'Oeillette n'est pas visible, caché à l'extrémité droite du cliché par le promontoire du belvédère des Sangles.

Les abords du Pont Saint-Bruno sont particulièrement intéressants pour l'étude des calcaires du Fontanil. En amont comme en aval de ce pont le bedrock est localement masqué par des alluvions limoneuses qui représentent les témoins résiduels de l'ancien colmatage lacustre qui s'y est produit dans toute la vallée, entre son débouché aval et Saint-Pierre-de-Chartreuse, à l'époque du maximum d'extension du Würm.

plus de détails concernant le secteur du "Pont Saint-Bruno".

En aval du Pont Saint-Bruno, jusqu'au pont de l'Orcière (parking de Pré Martinet), la vallée donne une coupe presque continue de la succession du Berriasien, dont les faciès deviennent de plus en plus marneux vers le bas (voir la coupe explicative).

Le pont de l'Orcière est emprunté par la voie ferrée des exploitations souterraines de pierre à ciment, d'âge Berriasien inférieur. En aval de ce pont la vallée donne une coupe continue du Jurassique supérieur, depuis le Tithonique jusqu'au Séquanien, qui affleure au niveau de la cimenterie de La Pérelle.

image sensible au survol et au clic

La vallée du Guiers Mort et l'extrémité septentrionale du chaînon de la Grande Sure, vus du nord, depuis les Rochers d'Arpison (le pont de l'Orcière se trouve au point où le cours du Guiers disparaît derrière les pentes du Rocher du Solitaire.
f.a.G = flexure anticlinale de Génieux ; f.s.V = flexure synclinale de la Petite Vache ; a.Occ. = anticlinal de la Chartreuse occidentale.
Ø1 = chevauchement de la Chartreuse occidentale (= "faille de Voreppe") et sa cassure satellite Ø' (cf. coupe de Fourvoirie) ; ', " = chevauchements mineurs des basses pentes de Curière (nord-ouest du pont de l'Orcière), qui redoublent le Tithonique en fond de vallée.


L'examen du versant de rive gauche (versant opposé aux actuelles exploitations) y montre cependant que les couches y sont affectées par deux petites failles compressives ("inverses") qui y induisent l'imbrication des marnes basales du Berriasien avec les calcaires du Tithonique supérieur. On peut se demander si ce n'est pas ce dispositif qui s'amortit vers le haut en s'exprimant, au niveau des calcaires du Fontanil, par l'ondulation anticlinale de Génieux.


4/ En aval de la Pérelle le défilé de Fourvoirie correspond à la traversée par le Guiers de l'anticlinal occidental de la Chartreuse, dont la voûte est dessinée avec une belle ampleur dans les pentes élevées des deux rives, aussi bien par la puissante corniche tithonique (surtout en rive gauche) que par celle des calcaires du Fontanil (surtout en rive droite) ; par contre la voûte urgonienne a été crevée par une érosion précoce, sans doute dès l'Oligocène et n'est conservée qu'assez loin des gorges, tant au nord qu'au sud.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche (sud-occidentale) du débouché aval des gorges du Guiers mort, vue de la rive droite, depuis les prairies de l'Orcière.
a.Occ = anticlinal occidental (de Fourvoirie) ; Ø1 = chevauchement de la Chartreuse occidentale ("faille de Voreppe").


image sensible au survol et au clic

La rive droite (nord-orientale) du débouché aval des gorges du Guiers Mort, vue du sud, depuis la Petite Vache.
s.C = synclinal de Couz ; a.É = anticlinal des Égaux ; Ø1 = chevauchement de la Chartreuse occidentale ("faille de Voreppe") ; d.C = décrochement de Corde.
On a indiqué en rouge la surface d'aplanissement des Rochers d'Arpison, qui tranche en biais l'Urgonien de la voûte de l'anticlinal de Fourvoirie (couches à Orbitolines en violet).


Mais au niveau du lit de la rivière, entre l'usine de la Pérelle et l'entrée amont du défilé de Fourvoirie, ce pli est rompu par le chevauchement de la Chartreuse occidentale (= faille de Voreppe). Cette grande cassure marque, au plan tectonique, le front occidental du domaine subalpin* (dont fait partie la Chartreuse) et sa frontière structurale vis-à-vis des chaînons jurassiens*. Le trait de scie de la gorge de Fourvoirie correspond à la traversée en cluse du flanc ouest de l'anticlinal occidental, dont la largeur est d'ailleurs fortement amoindrie par les dislocations tectoniques dues au chevauchement de la Chartreuse orientale.

voir la page spéciale "Fourvoirie".

Là encore, le cours du Guiers ne se révèle dirigé par aucune faille et tranche orthogonalement toutes les cassures de ce secteur.

5/ En sortant du défilé de Fourvoirie le Guiers Mort entre dans le synclinal de Voreppe, dont le contenu miocène s'intercale entre les affleurements jurassico - crétacés des chaînons subalpins et des chaînons jurassiens (ces derniers sont représentés, immédiatement à l'ouest de Saint-Laurent-du-Pont, par la montagne de Ratz). Les molasses miocènes du flanc oriental de ce synclinal sont toutefois assez largement masquées par les alluvions quaternaires et affleurent surtout au niveau de la maison forestière.

voir aussi la page spéciale "Fourvoirie".

La rivière débouche enfin dans la plaine alluviale de Saint-Laurent-du-Pont, qui correspond au colmatage d'un lac de surcreusement glaciaire ouvert au Würm dans le coeur de molasses miocènes, facile à évider, de ce synclinal de Voreppe.

En définitive on ne manquera pas de remarquer qu'en aucun endroit le cours du Guiers Mort ne suit un accident tectonique (ni une faille ni un abaissement de voûte de pli) qui ait été susceptible d'en avoir dirigé le tracé. Au contraire il recoupe en oblique plusieurs cassures et notamment (au niveau des trois tunnels) les prolongements du grand décrochement du col de l'Alpe. La succession de cluses qui le constitue n'a donc pas une origine structurale ...


Ce secteur est visité par les itinéraires du fascicule1K
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Voiron, Grenoble et Domène
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)


Saint-Laurent -du-Pont

Le Couvent

Grand Som
Charmille LOCALITÉS VOISINES Saint-Pierre-de-Chartreuse

Grande Sure

Charmant Som

Saint- Hugues
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site

Dernières retouches apportées à cette page le 5/07/16