Les Thuiles, crêtes de l'Aupillon

rive droite de la partie occidentale de la dépression de Barcelonnette

Le village des Thuiles est construit sur le flanc oriental du cône de déjections construit par le torrent du même nom. À cet endroit le fond la vallée de l'Ubaye se rétrécit, en aval de la dépression alluviale de Barcelonnette, parce que sur la rive opposée vient, symétriquement, à sa rencontre, le front du glissement de versant qui supporte le village de Clot Meyran.

image sensible au survol et au clic

La vallée de l'Ubaye, dans sa traversée de la fenêtre de Barcelonnette, vue d'enfilade (de l'ouest) d'avion, depuis l'aplomb de Méolans.
ØE = surface basale du chevauchement des nappes de l'Embrunais ; sBi = nappe subbriançonnaise basale (surtout calcschistes néocrétacés) ; n.A = nappe de l'Autapie ; n.P = nappe du Parpaillon.



Cet emplacement correspond d'autre part à un très net rétrécissement des affleurements autochtones de la fenêtre* de Barcelonnette, car, sur les deux rives, le matériel charrié de la nappe subbriançonnaise basale s'abaisse presque jusqu'au niveau du lit de la rivière. Toutefois en rive droite (nord) les Terres Noires autochtones affleurent encore jusqu'assez haut, entre Les Thuiles et la Fresquière ; on peut grossièrement considérer qu'elles y reviennent au jour à la faveur d'un anticlinal de nappes secondaire, d'axe NW-SE plongeant vers le SE : en effet le cœur d'un tel pli est jalonné par des affleurements bajociens en rive droite de l'Ubaye, peu à l'ouest des Thuiles, ainsi que dans le vallon de l'Abéous, entre les villages des Trons et de Rioclar.

Toutefois ce n'est là qu'une vue très schématique car cet "anticlinal de Rioclar" est affecté de complications tectoniques supplémentaires : en particulier, sur son flanc NE, la surface basale du chevauchement des nappes de l'Embrunais est affectée d'indentations qui font que les terrains charriés et les Terres Noires autochtones y affleurent en lanières intriquées (un bel exemple en est la lame de Terres Noires du village des Prats).

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de rive droite de l'Ubaye à l'ouest de la transversale des Thuiles, vues du sud depuis le sommet de la Petite Séolane. (cliché original obligeamment communiqué par M. Lucien Tron).
nappes de charriage empilées (de haut en bas) : nP = nappe du Parpaillon ; Br = lambeaux de matériel briançonnais ; nA = nappe de l'Autapie (fHd = flysch à Helminthoïdes "dissocié", rapporté à cette nappe) ; sBi = nappe subbriançonnaise basale ("écailles"de calcschistes néo-crétacés dans une matrice de flysch noir) ; Aut. = autochtone affleurant en coin à la faveur des failles NW-SE.
failles NW-SE extensives (tracés en jaune pâle) : f.C = faille des Courréous ; f.A = faille de l'Auta ; f.E = faille de l'Eissalette ; f.Pl = faille des Plastres (prolongement de la précédente) ; f.cO = faille du col des Orres.


En fait de telles indentations affectent tous les tracés des surfaces de chevauchement qui se succèdent de haut en bas du versant septentrional de la vallée de l'Ubaye. Elles sont dues à l'interférence entre les surfaces de charriage et des failles sub-verticales (fortement pentées vers le NE) qui les recoupent en les décalant le plus souvent dans le sens dextre. Ces failles s'organisent en un faisceau orienté sensiblement NW-SE dont les deux éléments majeurs, la faille des Courréous et la faille de l'Auta (voir la page "Montagnette") traversent tout le versant en biais, en perdant de l'altitude d'ouest en est.

À l'est des Thuiles (plus précisément au village de La Frache) la limite supérieure des terrains autochtones remonte brutalement, de près de 800 m, essentiellement à la faveur d'une autre faille NW-SE, la faille des Plastres. Outre le surhaussement de la surface basale des nappes on constate là par ailleurs la disparition dans ce secteur des écailles subbriançonnaises basales, apparemment supprimées par laminage sous le flysch à Helminthoïdes de la nappe de l'Autapie.

La faille des Plastres se poursuit plus au nord-ouest, en traversant la crête de partage des eaux avec la Durance au col de l'Eissalette ; d'autre part elle se prolonge à l'évidence vers le sud-est, au sud de Barcelonnette, en déterminant le tracé de la basse vallée du Bachelard (aux environs d'Uvernet).
C'est en définitive, sur les deux rives de l'Ubaye, cet accident qui apparaît comme le véritable responsable de la fermeture aval de la fenêtre de Barcelonnette proprement dite (c'est-à-dire en excluant de cette dernière la fenêtre aval, déterminée par l'anticlinal de Rioclar).

image sensible au survol et au clic

Le versant de rive droite de l'Ubaye en amont des Thuiles, vu du sud depuis le sommet de la Petite Séolane. (cliché original obligeamment communiqué par M. Lucien Tron).
nappes de charriage empilées (de haut en bas) : nP = nappe du Parpaillon ; Br = lambeaux de matériel briançonnais ; nA = nappe de l'Autapie (fHd = flysch à Helminthoïdes "dissocié", rapporté à cette nappe) ; sBi = nappe subbriançonnaise basale ("écailles"de calcschistes néo-crétacés dans une matrice de flysch noir) ; Aut. = autochtone (Terres Noires, affleurant largement dans le bassin du Riou Bourdoux et au pied des pentes au niveau des Thuiles).
failles NW-SE extensives (tracés en blanc) : f.A = faille de l'Auta ; f.Pl = faille des Plastres ; f.cO = faille du col des Orres ; f.P = faille de La Pare.
noter
la forte surélévation du toît de l'autochtone = surface basale de chevauchement des nappes de l'Embrunais - Ubaye (tracé en bleu) dans le bassin du Riou Bourdoux, à l'est de la faille des Plastres.


Cette particularité structurale a permis, au NE de cette faille des Plastres, une ablation plus rapide de la couverture, relativement protectrice, des terrains charriés qui recouvraient les Terres Noires (elle était ici à la fois amincie et plus exposée à l'érosion par son surhaussement). Cela a sans aucun doute favorisé là, dès qu'a commencé l'affouillement de ces marnes particulièrement sensibles à cette érosion, l'intense activité du ravinement torrentiel qui s'y est manifesté. Cette érosion a abouti au dessin d'un rentrant de près de 5 km dans le versant nord de la vallée de l'Ubaye (voir la carte ci-après) ; la morphologie de ce rentrant est en effet caractérisée par la convergence de multiples ravins qui s'y organisent en un vaste et typique bassin de réception et sont drainés par le chenal d'écoulement le Riou Bourdoux.

Cette activité dévastatrice de l'érosion a été à l'origine d'importants travaux de stabilisation des sols et de rectification du profil des torrents qui ont été entrepris et menés à bien avec bonheur à la fin du XIXeme siécle : ils ont été depuis maintes fois cités en exemple.


 

Carte géologique simplifiée des montagnes de la Basse Ubaye à l'ouest de Barcelonnette
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Barcelonnette
consulter l'aperçu structural général sur les montagnes de la Basse Ubaye

La Montagnette

Boussolenc

Parpaillon
Tête de Louis XVI

LOCALITÉS VOISINES

Barcelonnette

Le Laverq

Les Séolanes

Pra- Loup
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil EMBRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16